Live report Dead Girls Academy @ Forum de Vauréal, le 17/11/2019 !
Hell Haine
Journaliste

«Malgré un ‘Girls Girls Girls' en guise de final, Dead Girls Academy n'a pas réussi à nous convaince !»

Créé 17/11/2019
333 vues

C'était ambiance californienne ce dimanche au Forum de Vauréal. Si niveau température extérieure nous étions loin de l'État américain, le son et la foule compacte ont été les ingrédients d'une soirée chaude.

La soirée débute avec Dead Girls Academy, groupe rock, goth, emo (ou à peu près). Si les gars sur scène ont l'air fort sympathiques et visiblement heureux d'être là, il faut bien avouer que la prestation est en dessous des deux groupes suivants. Le chanteur occupe bien le petit espace (les changements de plateau peuvent être sportif et ils se retrouvent quasiment en ligne sur scène avec la batterie en avant), les musiciens maitrisent leurs sujets et semblent s'amuser, et pourtant le public reste relativement calme à part visiblement quelques fans. L'impression est qu'ils se sont trompés de public, la moyenne d'âge étant plus celle de quarantenaires venant voir leur « amour de jeunesse », mais un amour un peu plus virulent et non pas un groupe pour ado. Ils balanceront un ‘Girls Girls Girls' de Motley Crüe, inattendu dans leur répertoire qui fera chanter très timidement la foule sans non plus réussirent à convaincre. Bref, si l'intention était bonne, le rendu fût moins convaincant.

SetList
This is War
Forever
Too Late
No Way Out
Everything
Cannibal
Girls, Girls, Girls,
I'll Find a Way

Après cette entrée en matière, place à Alien Ant Farm. Officiant depuis 1995, le groupe de Riverside est attendu. Et dès le premier morceau ‘Courage', ils donnent le ton : ils ne sont pas là pour enfiler des perles. Le public qui s'est massé dans la salle répond présent aux sollicitations de Dryden Mitchell (chanteur) en bonne forme.

Et c'est pendant 60 minutes que la formation californienne balancera ses morceaux rageurs. Même s'ils ont été associés au mouvement néo metal où on trouve un peu de tout, ils ont su affirmer leur identité et cela se ressent sur scène. Les fans de blast seront déçus, mais la section rythmique est solide et envoie un bon groove. Le bassiste est comme possédé s'éclatant sur scène avec un style qui lui est propre (mais que lui ont fait les pieds de micro de batterie ?). Cet enthousiasme est communicatif et ça pogote dans le public. Si le light show n'est pas ouffissime, le son est bon et nos esgourdes peuvent profiter pleinement des titres qui s'enchainent. Le feeling et la communication passent dans la salle et le groupe propose une setlist bien équilibrée de morceaux pêchus finissant leur set logiquement sur ‘Goodbye' titre à propos.

Fin du set pense-t-on, mais pour autant, on se dit que cela ne peut être fini car tout le monde attend un morceau, qui ironie du sort n'est pas le leur. A l'époque, ils avaient fait mouche avec la reprise de ‘Smooth Criminal' de Michael Jackson, et encore aujourd'hui dès les premières notes, les clameurs du public se font entendre. Ils concluront le set par ce morceau, laissant un public ravi et chaud bouillant pour la suite.

Setlist
Courage
Bad Morning
Forgive n Forget
Movies
Wish
These Days
Never Meant
Attitude
What I Feel is Mine
Stick n Stones
Goodbye
Smooth Criminal

Suite qui ne traine pas et c'est dans un Forum affichant complet que P.O.D fait son entrée.

P.O.D : c'est 3 lettres, c'est un groupe qui a connu quelques remous, ce sont des titres phares passés pour certains au rang d'hymnes et c'est 27 ans d'une belle carrière qui sera résumée sur scène ce soir avec une énergie qui n'a pas tari.

Ils attaquent leur set par un titre du dernier album ‘Listening for The Silence' qui déclenche directement des pogos. Le public est telle une pile électrique, bondissant et joyeux. Sonny (chant) plutôt calme off stage, n'est pas avare et vient au contact du public.

La setlist va piocher ça et là des morceaux d'une discographie riche. De ‘Boom' qui explose sur scène au nerveux ‘Southtown' en passant par ‘Panik Attack', ‘Circles' ou ‘Rockin'with the Best' pour défendre le dernier album, c'est dense comme leur musique, parfois agressif, parfois atmosphérique. Pas un temps mort, le frontman et sa formation tiennent le public en tension. Les riffs assassins de Marcos Curiel appuient des textes scandés.

On a beau tenir la scène, on a beau avoir une belle carrière derrière soi, il s'en ressent une certaine humilité de la part du groupe qui transmet que du positif et de belles valeurs telles que la tolérance, le respect et la paix. C'est peut-être surfait diront certains, mais quand c'est fait avec une telle honnêteté, ça fait du bien !
On pense le set terminé quand ils attaquent les incontournables ‘Alive' et ‘Satellite' qui enflamment l'audience. Mais ils reviennent avec ‘On Fire' rendant hommage à Vinnie Paul, pour finir sur ‘Who's in this House' à laquelle tout le monde répondra en choeur : P . O . D !!

Ce concert nous a montré que malgré les années, l'esprit et la hargne sont toujours là ! Un sans-faute pour le groupe de San Diego. En espérant que nous ne devrons pas attendre 6 ans cette fois pour les revoir dans l'Hexagone.

SetList
Listening for the Silence
Set It Off
Boom
Rock the Party
Panic Attack
Soundboy Killa
Rockin' with the Best
Always Southern California
Circles
Youth of the Nation
Lost in Forever
Murdered Love
Southtown
Will you
Alive
Satellite
On Fire
Who's in the House