Report Kadinja au Gibus le 25/05/2019 : festival Metal Story
Stephane Masson
Journaliste

«Kadinja clôture avec brio la première édition du Metal Story»

Créé 25/05/2019
2160 vues

Nous sommes le samedi 25/05/2019 et ce jour marquera la naissance d'un tout nouveau festival Metal en l'espèce le Metal Story.
Un bel événement à l'initiative de Associ.Art et qui verra le jour au Gibus Live. Plus qu'un simple festival le Metal Story est également un concept en effet, l'idée de ce nouveau festival consiste à proposer des groupes afin de retracer l'histoire de cette musique que l'on aime tant et ce du Rock'n'roll au plus extrême du Metal.
C'est ainsi qu'aujourd'hui se succèderons lors de cette première édition : Balls Out, Hürlement, Kozoria, Remenber The Light et en tête d'affiche Kadinja.

Ce soir les abords du Gibus connaissent quelques soucis liés aux mouvements sociaux mais, même si nous sommes obligés de faire un joli détour pour accéder à la salle force est de constater, une fois sur place, que pour une toute première édition le Metal Story a attiré du monde, ce qui est de très bonne augure pour la suite.

La soirée commence donc avec la montée sur les planches du groupe Balls Out, groupe niçois qui dans l'histoire du Metal représente pour ce premier volet du festival le rock, Balls Out dont le dernier album « Let Me In (I Know Someone Inside) » est disponible dans les bacs depuis le début de l'année.
Le quatuor niçois prend donc possession des lieux et envoie les premières notes de ‘Let Me In (I Know Someone Inside)', notes qui nous transportent bel et bien dans l'univers du Rock'n Roll, mais attention on parle d'un putain de Rock pêchu et énervé.
Balls Out nous téléporte directement sur les routes américaines pour découvrir et revivre la naissance du Rock et ce avec des riffs accrocheurs signés Yann VAUTRIN et Sonny MICUCCI, la batterie percutante de Pierre PIZANA et, si cela ne nous suffit pas à bien comprendre nous avons également les lignes de basses et le chant de Pat GIOAN qui viennent enfoncer le clou...
Vous l'aurez compris, Balls Out est un groupe complet et qui produit un Rock comme on l'aime et il suffit de voir la réaction du public pour comprendre que votre humble serviteur n'est pas le seul à apprécier cette dose de Rock'n'roll made by Balls Out!! Ajoutons qu'en plus de cela le groupe fait montre d'une aisance scénique naturelle et que ce dernier n'est pas le dernier pour entamer la discussion avec le public ce qui est fort agréable.
Hâte de recroiser votre chemin et je conseille à ceux qui ne les connaissent pas d'aller les voir dés que possible.

Setlist :

1- Let me in (I know someone inside)
2- Wet and late
3- Moaning hard
4- It's only rock n roll
5- Bad Wolf
6- Hurricane
7- Drumstick Sucker
8- Balls out

Changement de plateau rapide et Hürlement prend possession des lieux.

Ce soir Hürlement va représenter la scène Heavy Metal, déjà à la tête de trois albums le groupe parisien nous a pondu ça dernière galette en 2017 sous la titre, prémonitoire ou pas, « La Mort Sera Belle ».
Si il y a bien une chose qui est certaine c'est que le look du groupe correspond parfaitement à l'esprit du Heavy Metal comme les anciens comme moi l'on connu à savoir cheveux longs et veste en jean's couvert de patchs aux noms de groupes de Metal préférés arborés tels des médailles de guerre.
Musicalement on est également dans le thème Heavy Metal, chanté en français ce qui est suffisamment rare pour le préciser, ou vont se succéder des rythmes rapide et des solos donnant envie de nous lancer dans des séries endiablées de Headbangs. J'irai même jusquà dire qu'il y a un petit côté nordique dans le style de Hürlement mais ça tombe bien on adore ça…
Hürlement à plus d'un fan dans les rangs du public, je me suis même laissé entendre qu'un ou deux d'entre eux avaient fait le déplacement au Gibus uniquement pour voir Hürlement comme quoi, le Heavy Metal français n'est pas mort...
Hürlement ça envoie du bois et ce sans se poser de questions ou en faire des caisses, putain que c'est bon…

Setlist :

1- Ordalie
2- Guerrier
3- Brothers of the Watch
4- Prince noir
5- Pavillon noir
6- Mercenaire

Les uns nous disent au revoir pendant que les suivants s'installent déjà...

Après le Rock et le Heavy Metal on enchaîne avec Kozoria qui va mettre en avant l'époque Thrash Metal. Kozoria est un groupe francilien né en 2013 qui possède à son actif un EP sorti en 2016 sous le nom de « K ».
Kozoria nous montre quelques petits touches du look Thrash à « l'ancienne », et oui c'est important le look, avec certains membres au t-shirt déchiré ou encore la bonne vieille ceinture de cartouches.
Kozoria entre parfaitement dans la catégorie du Thrash Metal puissant à grands renforts de riffs agressifs et percutants que l'on doit à Valentin et Julien tout deux porteurs de la double casquette de guitariste-chanteur. L'on notera à l'occasion que le chant parfois guttural de Valentin est une pure merveille lorsqu'on l'additionne aux fameux riffs mentionnés plus haut et la basse incisive de Bertrand. Kozoria n'a peut être qu'un EP à son palmarès mais il faut reconnaître qu'ils ont eu aussi une belle aisance scénique et que le groupe sait parfaitement comment conquérir le public présent, un public qui joue allègrement des épaules pendant le set de Kozoria.
Voici un quartet plein d'avenir sur qui il faudra compter et une question me trotte : quand aurons nous l'honneur d'un album?

Setlist :

1- Reborn
2- Fool War
3- Plague Aims
4- Sun (titre provisoire)
5- Worst Ends
6- We're wolves

Petite pause devenue habituelle et on attaque avec le groupe suivant...en fait ce sera un changement de plateau bien plus long que prévu le temps de régler quelques petits soucis technique.

C'est donc le tour de Remember The Light de venir apporter sa pierre à l'édifice dans ce festival thématique et cette pierre va symboliser le Metal Symphonique.
Remember The Light est plus précisément un groupe de Heavy Metal Symphonique parisien dont le dernier EP « Exilé » date de déjà de 2018.
Remember The Light va ouvrir son set avec ´A Few Years Ago' un morceau instrumental montrant ainsi toute l'étendu symphonique de son art et de celui du Metal Symphonique dans sa globalité.
C'est un réel plaisir pour moi de me trouver à nouveau face à ce groupe, d'entendre la valse entre la voix si douce et sensuelle de Cécile DELPOÏO et cette voix si profondément gutturale et ténébreuse de Julien HARBULOT (Chant et basse), voix qui vient nous exploser en pleine tête tel un uppercut.
Tout groupe de Metal Symphonique se doit d'avoir un clavier(iste) et le groupe en a un bon représenté par Olivier REUCHER dont le notes viennent survoler les mélodies de Stayn (guitare), Julien et Léo GODART (batterie).
En parlant de mélodies celles de Remember The Light, comme à chaque fois, ont le don d'hypnotiser l'assistance présente qui se laisse bercer par le son Remember The Light et se laisse entraîner dans l'univers du groupe, un univers qui semble à la fois si doux et si torturé...mais un univers ou l'on aime s'abandonner!!
Cinq titres et c'est déjà terminé, planning oblige… et il ne nous reste plus qu'à remercier Remember The Light de nous avoir apporté au cours de leur set cette petite touche de féerie que seul le Metal Symphonique sait offrir.

Setlist :

1- A few years ago... (instrumental)
2- Blooming
3- Stand Up for What you Are
4- The Inescapable Cycle
5- Heroes

Dernière pause de la soirée...

Cette fois ci pas de problème technique c'est donc dans les temps que Kadinja se positionne devant nous pour clôturer cette magnifique soirée.
Kadinja groupe parisien de Progressive Metal avec deux albums au compteur le premier « Ascendancy » et le second « Super 90 » qui date de cette année.
Bon bah ça envoie sévère Kadinja...
Kadinja se sont des rythmes accrocheurs emmenés par des guitares agressives maniées de mains de maîtres par Pierre DANEL et Quentin GODET et qui sont soutenues par la batterie très présente de Morgan BERTHET.
Le groupe emmené par Philippe CHARNY DEWANDRE au chant est surprenant d'efficacité musicale car impossible de bousculer son voisin, à la fois avec les quatre groupes que nous avons eu en première parte nous sommes ultra chauds…et, il n'y pas de secret Kadinja c'est vraiment un Progressive Metal technique, très précis, entraînant et qui semble taillé pour le live.
Le public ne s'y trompe pas et montre à Kadinja à quel point leur set est apprécié et même après quatre groupes Kadinja réussi à faire sortir le reste d'énergie qui reste dans les batteries du public.
Après nous avoir achevé Kadinja tire sa révérence, le temps est compté il faut rendre la salle, c'est bien dommage on aurai bien pris une autre dose de Kadinja !!


Voilà une excellente soirée qui se termine, il ne reste plus qu'à remercier Associ.Art pour l'organisation de ce bel événement que fut le Metal Story première édition, car avec l'orga qui a été dynamique et professionnel et sans oublier cet excellent concept pour le festival, je n'ai aucun doute sur le fait qu'il y aura de nombreuses autres éditions et qu'United Rock Nations sera là.
Je vous donne donc rendez vous au Metal Story #2 !! et encore merci.