IRON MAIDEN "The Legacy Of The Beast Tour" @ Paris la Défense Aréna le 26/062022 !
Peetoff
Journaliste

«Que ce soit votre premier ou énième concert d’IRON MAIDEN, on en sort quasiment jamais déçu. Les British l’ont encore démontré en ce dimanche soir. Ils sont en forme et j’espère pour encore longtemps.»

Créé 26/06/2022
1349 vues

Dimanche 26 juin 2022, IRON MAIDEN se produit à l’Aréna de Nanterre après les reports de 2020 et 2021 pour cause de pandémie. L’aréna fait le plein pour l’occasion, malgré la concurrence du deuxième week-end du HellFest avec les GUN’S et METALLICA. Un premier coup de chapeau à nos British, surtout que nous apprenons de la bouche de Bruce Dickinson que le groupe joue pour la 28ème fois à Paris. Comme il le dira plus tard « Paris est notre deuxième maison ».

A 20h précises nous pouvons enfin découvrir le magnifique temple Japonais qui sert de décor aux Anglais. Pas de réelle surprise sur l’implantation scénique du groupe, qui reste la même depuis des décennies avec la batterie centrale de Nicko McBrain entourée de l’ambiance du dernier opus « Senjutsu ». Mais les multiples changements de tableaux durant le show, rappelle le soin particulier qu’IRON MAIDEN apporte à ses concerts.

Ici, point de murs d’écrans led, mais de véritables structures et des backdrops immenses en fond de scène. Un ange ou un Balrog géant feront leur apparition derrière Nicko lors des titres FLIGHT OF ICARUS et IRON MAIDEN. EDDIE, comme à son habitude, viendra combattre les musiciens en tenue de Samouraï ou de soldat Anglais sur SENJUTSU et THE TROOPER. Et pour ACES HIGH, le Spitfire fera son envol au dessus de la scène.

Le show démarre sur trois nouveaux titres tirés du dernier album d’IRON MAIDEN et c’est sur THE WRITING ON THE WALL que le son des guitares devient enfin jouissif. Bruce Dickinson, comme à son habitude, coure et saute sans arrêt et il nous rappelle qu’à 63 ans il tient une forme olympique, tant physiquement que vocalement. Tout de noir vêtu au début du show, il changera à plusieurs reprises de costumes en arborant, capes, casque d’aviateur ou encore masque de médecin de la peste sur FEAR OF THE DARK.

Steve Harris est lui le véritable chef d’orchestre du groupe. Quel plaisir de le voir et de l’écouter jouer ses lignes de basse. C’est un vrai métronome et il ne semble pas fatigué par son escapade au Trabendo la veille avec son groupe BRITISH LION. Il a une réelle complicité avec Nicko McBrain, l’ainé des membres de la Vierge de Fer.

Notre trio de guitaristes, Adrian Smith, Dave Murray et Janick Jers, affichent une joie communicative et nous transportent chacun leur tour dans des solos endiablés. Nous ne pouvons qu’admirer leur musicalité et leur justesse. Le public ne s’y trompe pas et leur fait une ovation en scandant le nom de leurs idoles. Même si Dave et Adrian restent un peu discrets, les trois guitaristes occuperont bien la scène, surtout avec Janick et ses pas de danse emblématiques.

Que ce soit votre premier ou énième concert d’IRON MAIDEN, on en sort quasiment jamais déçu. Les British l’ont encore démontré en ce dimanche soir. Ils sont en forme et j’espère pour encore longtemps.

Messieurs : BRAVO


Senjutsu
Stratego
The Writing on the Wall
Revelations
Blood Brothers
Sign of the Cross
Flight of Icarus
Fear of the Dark
Hallowed Be Thy Name
The Number of the Beast
Iron Maiden

Encore 1
The Trooper
The Clansman
Run to the Hills

Encore 2:
Churchill Speech
Aces High