Inter Arma & Black March & Mourir & Ahasver | Le Rex de Toulouse
Anibal BERITH
Journaliste

«Une soirée où les groupes toulousains sont mis à l'honneur, le tout sublimé par la prestation exceptionnelle de la tête d'affiche !»

Créé 16/10/2019
631 vues

Très jolie date proposée par Noiser pour ce doux mois d'octobre ! Malgré des températures estivales, la soirée s'annonce glaciale avec trois groupes locaux : Ahasver, Mourir et Black March et les américains Inter Arma et leur blackened sludge redoutable !

Inspiré par la légende du juif errant, Ahasvérus, dont l'origine remonte à l'Europe médiévale, ne peut pas perdre la vie, car il a perdu la mort : il erre donc dans le monde entier et apparaît de temps en temps. Fort de ce postulat, Ahasver distille une musique agressive et inclassable avec des membres de DIMITREE, DRAWERS, ERYN NON DAE, GOROD, PSYKUP, ZUBROWSKA. et entre autre, le frontman de Gorod, Julien, comme guitariste et au chant Nico, l'un des organisateur de la soirée et membre fondateur de Noiser.
Pas encore d'album à écouter pour ce groupe toulousain mais des compositions que nous avons la chance de découvrir ce soir en première partie de cette soirée aux ambiances musicales variées.
Un peu réservé sur le premier titre, le groupe peaufine son jeu et sa prestation au fil d'une setlist de 6 titres. Bien dans son univers, Nico assume parfaitement son rôle de frontman, secondé admirablement par Julien, habitué à la scène grâce à son groupe principal Gorod. Le quintette défend bien sa musique en occupant énergiquement la scène et laisse place à un tout autre genre, du post black dépressif avec Mourir.



Jouant dans le noir quasi total, le quartette délivre une musique sombre et dépressive dont la seule marque de vivacité se trouve dans les blast beat du tempo. Assez répétitif, il est difficile d'entrer dans le set qui s'intercale entre deux styles différents et agressifs. Passant même une partie du set dos au public, Mourir porte bien son nom. Pour public averti.



Heureusement, Black March et son Black Metal dévastateur redore le plateau avec l'exécution d'un set parfait ! Le quintette maîtrise admirablement son jeu de scène et le public se laisse instantanément envahir par la rage distillée par le groupe ! Jouant l'intégralité de leur album "Praeludium Exterminii", Marie, la talentueuse chanteuse et sa troupe dévastent le Rex à coup de riffs assassins et de blast beat dévastateurs ! Ça headbangue fort dans le public et les 40 minutes allouées passent à une vitesse folle ! 20 minutes de plus n'auraient pas été de refus ! Très bon set des toulousains qui donnent envie de rapidement remettre le couvert !



Pour finir, c'est au tour des américains Inter Arma venu défendre leur dernier méfait "Sulphur English" paru en avril dernier ! Proposant des morceaux longs teintés de black, de death et de sludge, la musique du quintette est indéfinissable mais elle accroche ! Difficile de rester impassible devant cette déferlante d'énergie et de rage ! Le frontman tout penaud derrière son comptoir au merch se trouve transcendé une fois sur scène derrière son micro ! Totalement déjanté et expansif, il donne du relief à sa musique qui peut s'avérer ennuyeuse sur disque pour les non-initiés. Avec un style à part, guitaristes et bassiste sont également dans leur monde totalement habités voire possédés par leur musique. C'est un réel plaisir à voir et le public est totalement emporté par la puissance des compositions des américains. Une setlist de près de 50 minutes reprenant essentiellement les titres de l'album en date, Inter Arma impressionne par la justesse d'exécution de sa musique et par l'immersion totale dans leur univers réussissant l'exploit d'emporter le public avec lui ! Qu'une envie en sortant de là, y retourner !



Merci à Noiser et son équipe, aux artistes et au public pour cette soirée mémorable par ce chaud mois d'octobre !