Hellfest 2019 - Warzone
United Rock Nations

«Les 3 jours du Hellfest sur la scène Warzone»

Créé 08/07/2019
1552 vues

Stinky


21/06/2019 11:05

C'est la première fois que nous avons le plaisir de découvrir Stinky sur scène. Après avoir interviewé le combo hardcore Nantais il y a deux ans, nous étions impatients de les voir en live.
Direction la Warzone et ce qui surprend d'emblée c'est la foule déjà massée devant la scène sachant qu'il s'agit du premier jour du festival, qu'il est 11h et que la chaleur est étouffante.
Et bien, ceux qui étaient présents pour voir Stinky sur la Warzone ont eu tout juste. Sa prestation est une de celles que nous garderont en mémoire comme étant une des meilleures du Hellfest 2019.
12 titres de hardcore puissant, décapant. Un groupe énérgique sur scène et plus particulièrement sa chanteuse, Claire, qui n'hesite pas à se mélanger dans le public dans un circle pit d'anthologie et se faire porter par la foule sur le dernier titre.
Stinky ça n'est pas uniquement du hardcore qui déboite mais c'est aussi des messages comme le rappelle Claire avant d'enchainer sur "Sliders" qui traite des problèmes d'identité.
Retenez le nom de Stinky. Ce groupe a l'étoffe des grands !

Setlist:
The Crown
Rough Diamond
Sliders
Pathetic Fallacy
Tears In Rain
Storm Surge
Unstoppable
Pretend
Otherside
Nausea
Golem
Mountain Peak



The Rumjacks


21/06/2019 12:15

The Rumjacks sont un bon échauffement pour les Dropkick Murphys qui joueront dans la soirée en Mainstage. Sauf que n'est pas Dropkick qui veut.
Jouant sur le même registre de rock folk celtique, le groupe nous balade dans les contrées irlandaises à coup de banjo et de tin whistles, mais un ton en dessous que leur "grands frères". Cependant, c'est pêchu, c'est entrainant et ça fonctionne.
La Warzone est hyper réactive aux injonctions de Frankie McLaughlin (qui a de faux airs de Bono) et de ses comparses. Et les gars de Sydney savent y faire pour déclencher des danses frénétiques bourrées d'énergie.
Leur punk rock celtique est entrainant et on a quand même du mal à ne pas esquisser quelques petits pas de danse...ou plutôt quelques bons pogos, mettant le feu aux pavés !
En cette heure matinale, ça faisait bien le job !



Banane Metalik


22/06/2019 11:05





The Living End


22/06/2019 15:05

C'est Presque à l'heure du gouter que The Living End apparait. Les australiens ne sont peut-être pas très connus en France et pourtant de l'autre côté du globe ce sont de vraies stars qui remplissent des grosses salles. Et cela faisait plaisir de les voir jouer devant une Warzone surchauffée (mais peut-être était-ce le soleil ?)
Tout le monde semble content : le public, le groupe, les gobelets qui valsent ! Pendant 50 minutes The Living End va faire se trémousser le public sous des airs de psychobilly bien enlevés.
Balayant un peu leur discographie, cependant trop longue pour être bien représentée sur un set si court, ils vont s'assurer de l'adhésion de la foule d'humeur festive.
Chris Cheney assure avec une facilité déconcertante, que ce soit en club ou en festival plein air avec son acolyte de toujours à la contrebasse Scott Owen jouant parfois les équilibristes sur son instrument.
Les deux hommes semblent bien s'amuser sur scène et Andy Strachan à la batterie n'est cependant pas le dernier à faire des signes à la foule pour qu'elle participe.
Résultat : un concert sous le signe de l'énergie qui nous en donne pour continuer la journée !

Setlist
Til the End
Second Solution
Roll On
Death of the American Dream
Bloody Mary
How Do We Know
End of the World
Prisoners of Society
Drop the Needle
Who's Gonna Save Us?



Mad Sin


22/06/2019 16:45

C'est en plein après midi que l'on retrouve Mad Sin sur la Warzone qui devrait être renommée le temps de ce concert CrazyZone. Mad Sin c'est du psychobilly complètement barré. Et le quintet allemand va nous faire swinguer le temps d'un show déluré. Malgré la chaleur bien installée, le public est complètement fou et tout cela se transforme en un joyeux bordel ! Leur vivacité et leur fougue les font presque passer pour des petits jeunes fraichement arrivés…depuis plus de 30 ans !
Si le charisme du frontman Koefte n'est pas à nier, il n'efface pas les autres membres du groupe qui s'amusent indéniablement sur scène et ce plaisir se ressent dans le public.
De la maintenant classique reprise de ‘I shot the Sheriff' à ‘Nine Lives' repris en coeur, Madsin s'évertue à faire pogoter tout ce petit monde massé devant la scène. Espérons juste que Koefte n'ait pas une crampe au majeur ! ^^
Bref, c'est bourré d'énergie, c'est joyeux, c'est positif et dans la fosse le public a fait en sorte de rendre hommage au nom de « Warzone » ! Messieurs : revenez quand vous voulez !



Wampas


22/06/2019 20:45




Le Bal des Enragés


23/06/2019 01:05




Brutus


23/06/2019 12:15

Brutus à la Warzone semblait au premier abord un choix un peu surprenant. Sans renier le côté ultra énergique du groupe, la structure de la formation fait plus penser à un groupe rock, qu'un groupe de musique extreme. Ni punk, ni metal mais des touches d'un peu des deux avec la voix particulière de la chanteuse…. Rappelant Bjork, c'est un peu la surprise de cette scène, et quelle bonne surprise ! Chanteuse et batteuse, ce petit bout de femme va maltraiter ses fûts en hurlant de sa voix claire pour le plus grand bonheur des fans venus en nombre. Le trio belge assure et envoie la sauce. C'est énergique, c'est ultra efficace. Et ce jeune groupe met le public dans sa poche.
A suivre et à revoir assurément !

Setlist
War
Cemetery
Horde II
Drive
Space
Justice De Julia II
Sugar Dragon



Cancer Bats


23/06/2019 16:45




Beartooth


23/06/2019 20:45




Enter Shikari


24/06/2019 01:05

Enter Shikari est un des derniers groupes à jouer en ce dimanche soir. La faute de Tool ou à la fatigue du dernier jour, mais la Warzone ne sera pas pleine. Dommage car Enter Shikari est un groupe à voir sur scène à la vue de l'énergie qu'ils déploient à l'image de leur chanteur Roughton Reynolds, espèce de zébulon intenable et ses cheveux hirsutes.
Le début de concert ne fût pas des plus percutant. On a connu Enter Shikari offensif dès le début du set mais là, il faudra attendre que la sauce monte petit à petit. Le groupe de post-hardcore semble être heureux d'être là et même si le chanteur est omniprésent, c'est tous les membres du groupe qui apparaissent comme des lutins survoltés.
Au bout de 3 titres « disparition » du chanteur avant de le retrouver perché sur une des tours de la Warzone le temps de "Anaesthetist" plus punchy que la version album.
Les morceaux sont taillés pour le live et les morceaux phares comme "Juggernauts" ou "Sorry, You're not a Winner" déclenchent toujours l'hystérie.
Même si Enter Shikari ont déjà mené des concerts plus énervés du début à la fin, on ne peut nier qu'ils ont fini par achever les festivaliers venus jeter leurs dernières forces sur ce dernier concert du festival.

Setlist
The Appeal & the Mindsweep I
Quelle Surprise
Take My Country Back
Arguing With Thermometers
Slipshod
Anaesthetist
Rabble Rouser
Juggernauts
Mothership
There's a Price on Your Head
Quickfire Round
Sorry, You're Not a Winner
No Sleep Tonight
(Remix)
The Last Garrison
...Meltdown
Encore:
Live Outside