Hellfest 2018, 22 juin, Altar et Temple
United Rock Nations

«xxx»

Créé 22/06/2018
1999 vues

DRAKWALD



Altar - 10h30

DRAKWALD



CAINAN DAWN



Temple - 11h05

Cainan Dawn




THE WALKING DEAD ORCHESTRA



Altar - 11h40

Découvert pour ma part l'an dernier par la sortie de leur deuxième opus "Resurrect" que j'avais trouvé et que je trouve toujours excellent comme album de Deathcore, c'est avec impatience que j'attends la prestation des grenoblois.
Vu leur style musical, c'est une évidence que le quintet va se produire sur Altar à la suite de Drakwald et de Cainan Dawn (sur Temple).
Première chose qui me frappe, c'est l'affluence du public et des photographes à cette heure si matinale en premier jour de fest! Il est tout juste 11h30 et il est déjà difficile de circuler, le week-end promet d'être compliqué!
Cette densité de personnes se remarque même au niveau du pit photos puisque l'organisation a donné bien plus d'accréditations que les années précédentes, de ce fait nous n'aurons qu'un titre pour immortaliser la prestation du groupe.

Arrivant sur scène énergiquement, le frontman encapuchonné (c'est pas du black pourtant???) débute le set avec la seconde piste du second album "Resurrect the Scourge". Concentré sur la prise de photos, je ne fais pas encore attention au son, ni vraiment à la prestation que je découvrirai vraiment sur la fin de "Holy Cleansing" et la suite du set.

Positionné un peu loin, je ne peux que constater le déploiement d'énergie du quintet qui n'a qu'une demi-heure pour tout donner et il le fait sans demi-mesure. Ca joue vite, ça headbangue, ça bouge beaucoup et le public des premiers rangs semble y trouver son compte.
Niveau son, aïe, c'est là que ça se gâte! Je ne jette pas la pierre au groupe et aux groupes car le Hellfest n'est pas réputé pour sa qualité sonore, hélas! Et, tout comme chaque année, le son sous les tentes le vendredi est juste dégueulasse et TWDO en paiera les frais...je n'ai juste rien compris. Impossible de détacher les morceaux et donc de les reconnaître. De la bouillie avec une double caisse qui tartine et qui étouffe tout les autres instruments et c'est bien dommage car il était difficile, voire impossible de faire la corrélation entre la prestation physique et musicale.

La setlist est essentiellement basée sur l'album en date et compte tenu de l'environnement, je ne me prononcerai pas quant à sa qualité scénique qui est sûrement de qualité, reste à les voir dans d'autres conditions et en salle.

Setlist: Resurrect the Scourge // Holy Cleansing // Dogmes Anxiogenes // Spread the Chaos and Terror // Demoligarchie // Vengeful Flavors // Catharsis for the Fallen

Anibal Berith
THE WALKING DEAD ORCHESTRA




DARKENHÖLD



Temple - 12h15

C'est sous un soleil bien présent, agrémenté de son petit vent frais qui fait plaisir que débute cette première journée de live reports sous la Temple, avec les français tout en capes de Darkenhöld, prêt à nous présenter leur black traditionnel teinté de sonorités épiques et médiévales.

Issu de l'écurie LADLO, le groupe joue devant un public léger et assez timide, qui fini par se détendre en milieu de set. On pourrait d'ailleurs dire la même chose en parlant du groupe, ce qui est tout à fait normal lorsque l'on joue au Hellfest !

Le son est moyen, du moins en début de concert ou les basses couvrent la majorité des parties mélodiques qui font tout le charme du groupe. Dommage car le groupe peine quelque peu à imposer son ambiance.

Un concert bien mené et ma foi agréable, mis a part les petit couacs du début au niveau du son.

Antares Bauglir

Setlist Darkenhöld :
1- Le Souffle des Vieilles Pierres
2- Clameur des Falaises
3- La Chevauchée des Esprits de Jadis
4- Mesnie Hellequin
DARKENHÖLD





MISANTHROPE



Altar - 12h50

Setlist de MISANTHROPE
1- La Fabrique du fataliste
2- Le Roman noir
3- Les Lamentations du Diable
4- Misanthrope Necromancer
5- Noyade abyssale
6- 1666 théâtre bizarre
7- Bâtisseur de Cathédrales
MISANTHROPE



SCHAMMASCH


C'est au tour des suisses de Schammasch d'entrer en scène, devant un très beau backdrop noir et or orné d'un serpent, logo du groupe. Et le son est bon. Excellente nouvelle lorsque l'on voit la performance impeccable de Schammasch !

C'est envoutant, mystique et sublime et le public est, comme moi, conquis. Tout est magnifique, des tenues de scène sombres noires et or au choix des titres, pour un set de presque trois quart d'heure qui passe sans que l'on s'en rende compte.

La fin, en apothéose sur « Metanoia » permet au groupe de tirer sa révérence sous les acclamations du public. Excellent, j'en redemande !

Antares Bauglir

Temple - 13h35

SCHAMMASCH



BENIGHTED



Altar - 14h20

Parmi les concerts incontournables des tentes et du Hellfest plus généralement, il y a Benighted! On a beau les voir très souvent (les stéphanois tournent beaucoup de part le monde), connaître la setlist par coeur, one ne se lasse pas de voir la bande à Julien Truchan seul rescapé de la formation d'origine il y a 20 ans.
Ayant écumé toutes les salles et les festivals de la planète, même sur l'eau avec le 70000 tons en février dernier, le quintet, au line-up espérons stable vu les messieurs qui s'y trouvent aujourd'hui, va nous délivrer un set énergique et sans faille de près de 40 minutes.

Tournant sur le dernier album "Necrobreed", au succès remarquable tout genre de musique confondu de part le monde, le decorum de la scène en reprendra l'artwork pour ses backdrop.
Entamant le set avec "Reptilian" tel que l'album en date nous le propose, le public est plongé dans la violence instantanément et c'est ce qu'il attend!
Riffs acérés et assassins, basse déchainée, blast beats dévastateurs et chant destructeur, le rouleau compresseur est en marche et défonce tout sur son passage avec joie et bonne humeur!
Le visage angélique du frontman et sa gentillesse le rendent sympathique, chose qu'il est dans la vraie vie et sa communication est telle qu'on a l'impression d'être dans son salon en train d'écouter l'un des groupes les plus violents de la planète en toute décontraction.

La setlist enchaine et le public se déchaine! Ca bouge bien devant les barrières, les gens sot heureux de se faire matraquer la nuque et le spectacle redoublera de vigueur lorsque Julien interprètera "Cum With Disgust" avec Arno de Black Bomb A, juste avant d'en remettre une couche avec "Asylum Cave", "Experience Your Flesh" et le cover de Sepultura.

Encore une fois une belle prestation des stéphanois, passée comme l'éclair! Une tête d'affiche peut-être un jour au Hellfest pour les voir plus d'une heure...on compte sur toi Ben Barbaud!

Anibal Berith

Setlist de BENIGHTED
Hush Little Baby
1- Reptilian
2- Let the Blood Spill Between My Broken Teeth
3- Collapse
4- Versipellis
5- Slut
6- Necrobreed
7- Cum With Disgust (With Arno from Black Bomb A)
8- Asylum Cave
9- Experience Your Flesh
10- Biotech Is Godzilla (Sepultura cover)
BENIGHTED



NORDJEVEL



Temple - 15h05

Retour à la Temple pour affronter les affreux, sales et méchants de Nordjevel, groupe norvégien digne héritier de la Seconde Vague de Black. Et là, c'est le drame… Le son est mauvais dès le début, les guitares et la voix sont complètement couvertes par les basses ce qui donne une bouillie black peu ragoutante ou même les plus fans du groupe ne reconnaissent pas les titres (véridique).

C'est mou, même si la volonté d'entrer dans le jeu des norvégiens est bien présente... Puis, un gros moshpit éclate en milieu de scène, ce qui rend le travail d'immersion encore plus compliqué.

Le groupe doit pressentir cela car le dernier morceau semble être un plan B, une solution de la dernière chance et la sauce prend enfin sur cette reprise de « Raining Blood » de Slayer, qui permet au groupe de sauver les meubles.

Concert décevant, d'autant plus que le groupe n'y est pas pour grand chose, bien malheureusement.

Antares Bauglir

Setlist de NORDJEVEL
1- (Unknown) (New Song)
2- Djevelen i Nord
3- Norges sorte himmel
4- Raining Blood (Slayer cover)
NORDJEVEL


SAOR



Temple - 16h45

Changement d'ambiance sous la Temple, pour accueillir le projet de l'écossais Andy Marshall Saor, qui signifie « libre » en gaélique.

Le début de show laisse pressentir le pire niveau son, surtout que le musicien est accompagné, entre autre, par un violon sur scène. La qualité sonore fini par arriver et là, c'est beau. Magnifique même.

Les mélodies composées par Marshall laissent le public attentif sous le charme. Pas de mouvements, pas de slams, simplement une grande communion sublimée par ces mélodies black teintées de sonorités celtiques portée par le violon impeccable et les samples d'instruments à vent.

Le groupe n'est pas vraiment communicatif, mais on s'en fiche, car pour le coup, tout passe par la musique absolument parfaite de Saor. Le point d'orgue étant sur « Tears Of A Nation », tout simplement à couper le souffle. Les larmes montent devant tant de beauté. Un moment magnifique.

Antares Bauglir

Setlist de SAOR
1- Children of the Mist
2- Carved in Stone
3- Aura
4- Tears of a Nation
SAOR



DEMOLITION HAMMER



Altar - 17h40

Ce vendredi sous Altar, c'est l'apothéose de la violence et de l'agression! Après la grosse claque Benighted, voici le coup de marteau de Demolition Hammer! Quatrième fois que je les vois en un an, autant vous dire que c'est avec un plaisir immense que je renouvelle mon ticket!
Les américains, n'ayant rien sortis depuis "Time Bomb" en 1994 ayant succédé au magistral "Epidemic of Violence", déploient toujours la même énergie sans faille avec un Steve Reynolds toujours aussi déchainé à 56 ans, le reste du combo également! Quel plaisir de les voir jouer avec toujours autant d'entrain et de puissance!

Arborant un style des plus classiques dans le genre "prenez nous tels que nous sommes" on va tout défoncer, c'est exactement comme çà que ça se passe ! Jean/t shirt, instruments et hop on attaque le set avec le titre introductif d'"Epidemic" "Skull Fracturing Nightmare" et on vous en met plein la gueule!

Près d'une heure de show, la setlist de 8 titres est bien choisie pour tout dévaster en empruntant ses titres aux deux albums majeurs du quartet ("Tortured Existence" et "Epidemic of Violence"). Les deux guitaristes ne cessent de se donner le change à coups de riffs et de soli tout en occupant la scène avec efficacité, le frontman accordant tout ça par son chant si spécifique et ses "fuck" à tout de bras dès qu'il s'adresse au public!

Un set d'une redoutable d'efficacité qui terrassera le public venant de prendre sa seconde déferlante en moins d'une heure!

Anibal Berith

Setlist de DEMOLITION HAMMER
1- Skull Fracturing Nightmare
2- Neanderthal
3- Omnivore
4- Crippling Velocity
5- Aborticide
6- Infectious Hospital Waste
7- Human Dissection
8- .44 Caliber Brain Surgery
DEMOLITION HAMMER




MYSTICUM



Temple - 18h35

C'est sans grande conviction (mais un peu quand même) que je me rend, encore sous le charme de Saor, au concert des norvégiens de Mysticum.

Le décor est massif : trois piliers sont posés en milieu de scène ou montent les trois musiciens : Dr Blast, Prime Evil et Cerastes, qui nous toisent, pour une expérience audio et visuelle, qui prévoit de décalquer absolument tout.

Et puis, voilà. Le show débute comme une triple baffe dans la gueule et un coup de pied au ventre (et encore, les mots sont faibles) et se bonifie de plus en plus au fur et à mesure du set. Les basses sont présentes sans gâcher le show, ce qui est plutôt pas mal pour apprécier le black indus à base de boîte à rythmes d'un des groupes pionniers du style.

Les musiciens enchainent les titres, dont le mythique « LSD » (Lucifer In The Sky With Demons, extrait de « Planet Satan », 2014, Peaceville Records) de manière chirurgicale et sacrément efficace et la musique est portée par toutes ces images en noir et blanc défilant en arrière scène et sur les colonnes.

Tantôt martial, tantôt plus hypnotique, le boulot est là, efficacement délivré au public et ça tabasse.

L'effet est grandiose, bourrin au possible, destructeur et totalitaire et bord'hell que c'est bon !

La déflagration nucléaire des norvégiens prouve au public peu nombreux qu'il a eu bien raison de venir. Le live se termine sur une fin absolument hypnotique avec un jeu de lumière hallucinant. Pour ma part, la plus grosse claque du jour, voire du festival tout entier.

Antares Bauglir
MYSTICUM




CARNIVORE A.D.



Altar - 19h40

Vétérans du thrash new-yorkais, Carnivore revient sur le devant scène avec deux dates en Europe dont celle du Hellfest. Renommé Carnivore AD, le groupe au chanteur légendaire Peter Steele décédé en 2010 continue d'exercer avec le plutôt charismatique Baron Misuraca assurant également la basse.
Au nombre de trois avec le guitariste arborant une tenue militaire de soldat de la seconde guerre, casque sur la tête, le trio interprète son thrash crossover avec énergie et enthousiasme survolant ainsi les deux albums de sa discographie "Carnivore" et "Retaliation".
Beaucoup de fans de la première heure sur les barrières, les américains font groover leurs instruments une heure durant pour une dizaine de titres.


Setlist: Carnivore // Angry Neurotic Catholics // Predator // Inner Conflict // God Is Dead // Ground Zero Brooklyn // No Quarter (Led Zeppelin cover) // Jesus Hitler // Race War // Sex and Violence
CARNIVORE A.D.



SOLSTAFIR



Temple - 20h45

C'est sous une tente pleine à craquer que les islandais de Sólstafir jouent en ce début de soirée. Le backdrop est clair et reprend la cover de leur dernier album, « Berdreyminn » (2017, Season Of Mist).

Dans l'ensemble, le son est bon, même si la voix de Tryggvason peine à se démarquer en début de set.

L'ambiance est assurément zen et le public est complètement sous le charme. Il faut dire que le boulot présenté par les insulaires nordiques est impeccable, mais sans grande surprise.

La setlist fédère le public conquis, mais je peine à entrer dans l'univers des islandais… Trop de monde ? Concert en plein jour ? Chaleur ? Je ne saurais dire.

Antares Bauglir

Setlist de SOLSTAFIR
Náttfari
1- Silfur-Refur
2- Ótta
3- Köld
4- Fjara
5- Bláfjall
6- Goddess of the Ages


SUFFOCATION



Altar - 21h50

En fondateur du brutal death, Suffocation écume les salles et les festivals depuis trente ans et c'est sans avoir pris une ride que les américains foulent la scène d'Altar en ce vendredi, 1er jour de fest!
Du lourd, du très lourd pour entamer cette 1ère soirée, les autres groupes n'ont qu'à bien se tenir car le quintet va encore prouver ce soir qu'il est incontournable dans son style avec une prestation de haut-vol tant par le son que par la précision du jeu!
Matraquant le public venu en masse assister au show des américains, Suffocation a fait appel aux services de Ricky Myers de Disgorge pour le chant, Franck Mullen assurant que très rarement les tournées.
Le reste du combo est au complet et enchaine la setlist avec brio, le son étant au rendez-vous et il vaut mieux car vu le style, ça peut hélas vite se transformer en bouillie!

Anibal Berith

Setlist de SUFFOCATION
1- Thrones of Blood
2- Funeral Inception
3- Clarity Through Deprivation
4- Pierced from Within
5- Effigy of the Forgotten
6- Return to the Abyss
7- Entrails of You
8- Jesus Wept
9- Liege of Inveracity
10- Catatonia
11- Infecting the Crypts
SUFFOCATION



SATYRICON



Temple - 22h55

Vient le tour de la première tête d'affiche de la Temple avec les norvégiens de Satyricon, du moins pour celles et ceux qui ne se seraient pas trompé dans l'horaire (et c'est franchement pas de bol), puisque le groupe a interverti son set avec Therion.

La foule est au rendez-vous pour accueillir l'un des fleurons culte du black à la norvégienne, composé du duo Satyr (chant et guitare) et Frost (batterie). Et la journée à plutôt mal débuté pour eux puisqu'ils ont subi un vol de matériel…

Néanmoins, le charme opère et ce sont des musiciens en très grande forme que l'on retrouve, mention spéciale à la machine de guerre Frost, toujours au top… quel musicien ! Satyr est très communicatif et dit à plusieurs reprises sa joie de participer au Hellfest, qui est comme un pèlerinage pour le groupe.

Le set en lui même est impeccable, reprenant à la fois des nouveautés de « Deep Calleth Upon Deep » (2017, Napalm Records) mais aussi des titres cultissimes du groupe, comme « Mother North » (extrait du formidable « Nemesis Divina », 1996) ou l'incontournable de fin de concert « K.I.N.G » (« Now, Diabolical », 2006), sur lequel les avis sont plus partagés.

Ce live est une très belle réussite, même si pour être tout à fait honnête, je ne m'attendais pas à être déçue. Le public reste sage, notons seulement deux slams sur les titres les plus connus.

Magnifique concert, mené avec une efficacité, une force et une sensibilité hors norme ! Du grand Satyricon !

Antares Bauglir

Setlist de SATYRICON
1- Midnight Serpent
2- Our World, It Rumbles Tonight
3- Black Crow on a Tombstone
4- Deep Calleth Upon Deep
5- Now, Diabolical
6- To Your Brethren in the Dark
7- Mother North
8- The Pentagram Burns
9- Fuel for Hatred
10- K.I.N.G.
SATYRICON



NAPALM DEATH



Altar - 00h00

On ne présente plus Napalm Death, près de 40 ans de carrière, des albums, split, ep, compil', live, dvd, en vois tu en voilà, les anglais font l'unanimité à chacun de leur passage où que ce soit dans le monde. Avec pas moins de 300 dates par an depuis plus de 30 ans, il est difficile de les rater! Cependant, si c'est le cas, alors courez vite voir où ils passent car c'est toujours un événement!
Un show bien rôdé avec le jeu de scène totalement psychédélique du frontman Barney et ses acolytes tabassant leur instrument sans relâche au fil des show, au fil du temps. Globalement une setlist qui n'évolue guère permettant de retracer la discographie du groupe au combien riche et éclectique avedc l'incontournable "You Suffer " interprété de deux façons totalement différente (je vous laisse le découvrir sur la vidéo d' Arté en fond de ce report).

Je ne compte plus le nombre de fois où je les ai vu et je reste toujours aussi émerveillé de les voir jouer avec toujours la même envie et la même énergie sans aucune faiblesse. De plus, le quartet se prête aisément au jeu des photos pour le plaisir des fans avec toujours le même sourire.

Mettant l'humain comme valeur et principe absolu, ils se servent de la violence de leur musique pour dénoncer le système le nuisant et essayant ainsi de le protéger!

Bravo pour votre carrière messieurs et continuez de nous régaler 30 ans de plus!

Respect....

Anibal Berith

Setlist de NAPALM DEATH
1- Multinational Corporations
2- Instinct of Survival
3- On the Brink of Extinction
4- Oh So Pseudo
5- Smash a Single Digit
6- The Wolf I Feed
7- Practice What You Preach
8- Standardization
9- Scum
10- Life?
11- Control
12- You Suffer
13- Dead
14- Victims of a Bomb Raid (Anti Cimex cover)
15- Suffer the Children
16- Breed to Breathe
17- Self Betrayal
18- Call That an Option?
19-How the Years Condemn
20- Nazi Punks Fuck Off (Dead Kennedys cover)
21- Cesspits
22- Inside the Torn Apart
NAPALM DEATH



THERION



Temple - 01h05

Setlist de THERION
1- Theme of Antichrist
2- The Blood of Kingu
3- Din
4- Ginnungagap
5- An Arrow from the Sun
6- Wine of Aluqah
7- Lemuria
8- Der Mitternachtslöwe
9- Son of the Staves of Time
10- The Rise of Sodom and Gomorrah
11- To Mega Therion
THERION