Hate Eternal - Rise Of The Empire Europe 2016 – 06/11/2016 - L'entrepôt – Arlon (Belgique)
Morbid Domi
Journaliste (Belgique)

«Hate Eternal a clairement démontré qu'il occupe une place de choix au panthéon des légendes vivantes du Death métal.»

Créé 09/11/2016
2566 vues

Tiens, la salle est bien plus bondée, un peu moins de 200 personnes hantent l'Entrepôt Arlonais.
Que se passe-t-il ? Plus sérieusement, j'observe ce public qui s'amasse devant la scène.
On peut sentir leur haute impatience de découvrir le fameux groupe d'Eric Rutan. Cet égrégore d'impatience contribue à hausser la température dans la salle.

Pendant ce temps, Eric ajuste son matériel, se préparant très sérieusement à en découdre avec les Belges. Karl, mon voisin, guitariste des bons Blackeux Belges de Spectral Damnation, espère que le groupe jouera des titres du premier album « Conquering The Throne ». Il ne le sait pas encore, mais son voeu sera en toute petite partie exaucé. Pour ma part, j'espère savourer quelques pépites d' »Infernus ».

Dans la fosse, subitement, il y a un regroupement de quelques ouailles arborant des T-Shirt d'Hate Eternal dont une majorité de « King of Alls Kings »…Mouais, c'est vrai que cet album-là était bien torché itou.

Fini de palabrer et de rêvasser, le set démarre avec « Locust Swarm », haaa, je m'en réjouis, je voulais de l'Infernus. Eric Rutan scrute le public, jouant tel un démon, avec frénésie…ses doigts se déplacent avec célérité sur les cordes qui nous rendent un son tout de suite identifiable. Il est magistral, mais quel titan du manche !!! Son growl est imparable. Nous retrouvons des atmosphères à la Morbid Angel, nous rappelant qu'Eric a joué sur 3 albums (le Live inclus).

J.J. Hrubovcak manie sa basse avec solide efficacité. Il y va franco, et nous démontre l'étendue de son talent.
A la batterie, ne serait-ce ce fameux Teuton Hannes Grossmann, le batteur de tournées (Dark Fortress, Nader Sadek, Aborted, et bien d'autres encore…) ? Je suis surpris par le réglage sonore de ladite batterie, mais soit, ne pinaillons pas, c'est Hate Eternal qui se tient là et qui crache sa hargne.

« The Stygian Deep » nous vole à la tronche…haaa, bonheur, nous restons dans Infernus.
Karl se déchaîne, il ne souffre pas du manque de « Conquering »…
Ça bouge dans la fosse, notre manolo du Métal, « Papy Metal » a ouvert les hostilités, ça bouscule, ça vole, je vois des gens portés à bout de bras…Mister Rutan est amusé, il en profite pour nous glisser qu'il est content de venir ici, en Belgique. Et ça repart…pour « Behold Judas », oh tiens, un lien vers « I Monarch » et ce ne sera pas le seul.
Le groupe joue du tonnerre, c'est pétulant, il y a de l'âme dans la musique…les fans sont happés par le set.
Nous pouvons dire que nous sommes littéralement captivés et béats, yeux écarquillés !!!

Hate Eternal tue…et on enchaîne avec « By His Own Decree », on ne lâche rien.
Nous sommes admiratifs face à cette haute technicité. Nous comprenons d'emblée qu'il y a les guitaristes et « Les » guitaristes. C'est époustouflant.

Bonheur, « Infernus » retentit…la batterie cogne sec, la basse s'apprécie dans son riffing bien viril.
Les hits nous tombent sur la tête, mais nous restons tous fièrement debout, pris dans le terrible « The Fire of Resurrection » : « Je suis la lune qui brille toujours tellement, dans la mort vient la renaissance, accordée dans le temps ; Je suis maintenant flottant parmi les nuages tissés de rêves… »
Nous sommes conquis par le monarque de ce soir qui nous lance, sur un ton tout calme : « Hé les Belges, c'est chouette un petit fest comme ici ». Le public approuve clairement. J'apprécie d'autant plus que l'on sentait la sincérité et la congruence du message.

D'autres superbes titres sont exécutés de mains de maître, oui Eric en est un et c'est indéniable.
Le temps passe trop vite, nous voilà frustrés sur le tout dernier titre de la soirée… « King of All Kings », bon sang ce morceau, j'adore. Rien à redire, c'est carré, parfaitement restitué, on retrouve l'âme originelle de l'oeuvre.

Les musiciens nous saluent et dans leur loge s'en retournent.
Les « We want more » seront vains.

Hate Eternal est venu cracher sa haine, elle est toujours là, bien putrescente. On a été gâtés au niveau des titres joués. Du tout bon, du grandiose, du magistral.
Nous étions unanimes sur le fait d'avoir assisté à une prestation de très haut standing.
C'est que nous avons vu un des plus grands groupes du monde en matière de Death metal et ça fait toute la différence.
Le sourire était au programme des visages encore émerveillés. Pendant que certains confrères, titubaient des oeuvres de leur beuverie.

Nous attendions paisiblement, la tête d'affiche qui allait suivre ce moment de félicité, un groupe nommé « Vader ».

Setlist : Locust Swarm/The Stygian Deep/Behold Judas/By His Own Decree/Infernus/Catacombs/Powers That Be/The Fire of Resurrection/Tombeau/I,Monarch/King of All Kings

Morbid Domi