GUITARE EN SCENE / JOUR 3 / 15Juillet
Laurent Sage
Journaliste

«Le "gros" festival à taille humaine.»

Créé 13/09/2022
105 vues

L'ouverture du festival est comme toujours réalisée sur la "petite" scène et ce sont les stéphanois de THE TOAD ELEVATING MOMENTS qui sont en place. Un rock teinté 70's avec un orgue qui rajoute cette touche vintage, des morceaux plutôt groovy, avec un univers psychédélique, voilà en résumé ce qu'est le groupe. C'est frais, les morceaux prennent une autre dimension sur scène et l'on se plait à écouter leur rock teinté de hard. A revoir dans d'autres circonstances . C'est vrai que jouer en pleine chaleur sans lights est un peu handicapant, et ce pour tous les groupes. Même s'il est agréable de pouvoir découvrir ces jeunes talents et il faut remercier pour cela le festival qui met toujours un point d'honneur à exposer ces groupes au public.

Un des gros morceaux de la soirée va bientôt entrer en scène. Je veux parler du bluesman George THOROGOOD, connu mondialement pour sont tube "Bad To The Bone". Fidèlement accompagné de son groupe THE DESTROYERS, George entre sur scène et le show commence. Car du haut de ses 72 ans, Mr George est un showman. Il joue avec le public, communie avec lui et son plaisir d'être sur scène se ressent. Son blues très rock fait l'unanimité et le public a la banane. Avec sa technique (il joue aux doigts, sans mediator) et son feeling, sa guitare chante. George a toujours aimé les reprises ( elles sont nombreuses sur ses shows) estimant qu'il n'était un pas assez bon compositeur comparé à Chuck BERRY ou John Lee HOOKER. Et pourtant, sa chanson la plus connue, écoutée et utilisée dans les films est une de ses oeuvres. Modestie quand tu nous tiens. Pendant les une heure et quart de son show, il aligne les tubes, le tout avec une énergie qui ferait pâlir Aya Nakamura... L'ajout d'un saxophone donne encore plus ce côté roots qui sied su bien au groupe. Si par hasard, vous croisez la route de George et que vous avez l'occasion d'aller le voir sur scène, n'hésitez pas, c'est un monument vivant et il convient de lui rendre hommage de son vivant. Les gens de sa trempe se font de plus en plus rares. Même si KINGFISH ou Ayron JONES perpétuent dans leur style le genre.

SETLIST
Rock Party

Who Do You Love?
(Bo Diddley cover)

Shot Down
(The Sonics cover)

Night Time
(The Strangeloves cover)

I Drink Alone

One Bourbon, One Scotch, One Beer
(Amos Milburn cover)

Instrumental Jam

Gear Jammer

Get a Haircut

Bad to the Bone

Tequila
(The Champs cover)

Move It on Over
(Hank Williams cover)

Encore:
Born to Be Bad

Les deuxièmes stars de la soirée sont SCORPIONS. Oui, on se dit, SCORPIONS, c'est bon, on les connaît, on les as déjà vus, on sait ce qui va se passer. Et pourtant, la magie opère et le groupe aux multiples tubes remporte la partie haut la main. Un concert très dynamique, avec un Rudolf SCHENKER déchaîné, un Mathias JABS toujours aussi discret mais efficace. Mikkey DEE apporte un souffle nouveau au groupe et redonne puissance aux compos du groupe. La communion avec le public s'est ressentie avec de grands moments d'émotions sur les balades du groupe, à grand renfort de torche de portables ( et oui, le bon vieux briquet n'est plus de mise, c'est le monde 2.0 ). Moment de gloire pour Mathias JABS et son road guitare qui jouent ensemble sur la scène le morceau "Delicate Dance". Klaus MEINE semble un peu fatigué et sa voix moins puissante qu'avant mais il est toujours aussi charismatique et SCORPIONS sans Klaus ce n'est plus SCORPIONS. Profitons donc du fait que le groupe ait révisé sa position d'arrêter sa carrière. Surtout lorsque le final est aussi explosif avec ses tubes interplanétaires. Le seul bémol si je puis dire réside dans le choix des morceaux issus du dernier album. Mais n'oublions pas que certains membres du groupe ont plus de 70 ans et qu'il faut aussi ménager leur physique. Malgré ce tout petit point négatif, le concert a été vraiment excellent et si vous en avez l'occasion, oubliez vos à priori, foncez les voir et vous passerez un excellent moment où vous ne voyez pas passer le temps. Merci messieurs.

1
Make It Real
2
Gas in the Tank
3
The Zoo
4
Coast to Coast
5
Seventh Sun
6
Peacemaker
7
Bad Boys Running Wild
8
Delicate Dance
9
Send Me an Angel
10
Wind of Change
11
Tease Me Please Me
12
Rock Believer
13
New Vision
14
Blackout
15
Big City Nights
Encore
16
Still Loving You
17
Rock You Like a Hurricane


Le groupe qui allait clore la soirée est un nouveau groupe, suisse, composé de membres ou d'anciens membres de KROKUS, GOTTHARD, UNISONIC, STORACE, autant dire nous avons affaire à ce que l'on peut qualifier de "super-groupe". emmené par Ronnie Romero ( en remplacement du chanteur originel Dino JELUSIC),Tony Castell, basse ( KROKUS, CRYSTALL BALL), Pat Aeby, batterie, (KROKUS, STORACE), Alain Guy, claviers, et avec un Mandy MEYER au poste de soliste. Le répertoire du groupe est composé de reprises ( en attente de signature sur un label), et ma foi, c'est très agréable. La section rhytmique est en place, c'est carré, Ronnie au chant est égal à lui même ( il pourrait chanter le bottin que ce serait top), voix chaude et puissante, qui peut se faire velours. Mandy MEYER nous prouve qu'il est un guitariste sous estimé et que son travail au sein de ses différents groupes ( KROKUS, COBRA, ASIA, GOTTHARD, UNISONIC) n'est pas reconnu à sa juste valeur. Nous avons droit à une visite surprise de Dino JELUSIC sur "Rockin' in The Free World", le public est sous le charme. Auparavant bous avons eu droit à un grand moment de guitare sur "Travelling' Man", qui est un titre original de COBRA et repris par GOTTHARD. On attend désormais avec impatience la signature du groupe sur un label qui saura leur apporter l'exposition voulue. Nous avons en tout cas passé un excellent moment en votre compagnie. Et nous prendrons plaisir à vous voir jouer au sein de vos groupes respectifs.

SETLIST

Souls Alive
(Unisonic cover)

Fallen Angel
(Cobra cover)

King for a Day
(Unisonic cover)

First Strike
(Cobra cover)

Danger Zone
(Cobra cover)

Travellin' Man
(Cobra cover)

Reason to Live
(Gotthard cover)

Looking at You
(Gotthard cover)

You
(Gotthard cover)

Everything Can Change
(Gotthard cover)

Top of the World
(Gotthard cover)

Encore:
Warzone
(Katmandü cover)

Rockin' in the Free World
(Neil Young cover)


Les deux autres journées, URN n'a pû être présent malgré les beaux noms qui constituaient encore l'affiche.
Si nous avions un conseil à vous donner, ce serait de vous pencher sur ce festival l'année prochaine car les conditions sur place pour apprécier les groupes et cette proximité que l'on ne retrouve pas dans les grands festivals est très appréciable.
Bravo encore à l'organisation et merci au bureau de Liltih ûr les relations presse.