Enslaved - Enslaved 25 ans - Toulouse
Anibal BERITH
Journaliste

«Un voyage intemporel !»

Créé 02/11/2016
3291 vues

Nous voilà bien dans le bain de cette soirée au cours de laquelle nous venons d'assister à deux prestations exemplaires délivrant un Metal extrême progressif tout en respectant le ton de la soirée à savoir une harmonie de mélodie et d'agressivité musicale à la dominante black/death metal.

Pour avoir vu Enslaved au Hellfest cette année, je suis impatient de revoir la prestation du quintet qui je dois bien le dire, m'avait déçu quelques mois plus tôt. Leur jeu dans les light rouge sur une scène totalement enfumée m'avait cassé le trip, trouvant leur musique rapidement ennuyeuse si bien que je ne suis pas resté sur la totalité du set.

C'est sous une lumière rouge sang que les norvégiens débarquent sur scène avec comme seuls membres d'origine, le viking Ivan Bjorson à la guitare au look typiquement scandinave barbe et cheveux longs blonds et Grutle Kjelsson à la basse et au chant principal. Se rajoutent pour stabiliser le line up actuel, Arve Isdal à la guitare (lead) torse nu, tatoué (pas plus que de raison), Cato Bekkevold à la batterie et Herbrand Larsen dominant tout le monde derrière son clavier et assurant la voix claire caractéristique du black metal progressif que le combo norvégien a décidé d'adopter depuis une douzaine d'années.

Particulièrement enjoué, nous remarquons d'entrée de jeu l'envie de jouer du combo balançant les premiers riffs de 'Roots Of The Mountain' de l'album « Riitiir » paru en 2012. Les premières mélodies sont rapides et brutales sous des riffs typiquement black metal. S'ajoute au growl eraillé de Grutle, le chant clair d'Herbrand créant ainsi une ambiance aérienne affirmée par la présence de son clavier. Un morceau de près de 10 minutes qui emporte rapidement le public vers un univers envoûtant et qui caractérisera le set des norvégiens.

Un set qui se veut très large, puisque pour les 25 ans du groupe, la bande à Grutle et Ivan a décidé de fêter cet anniversaire au cours de cette tournée européenne dont nous avons la chance d'assister à Toulouse.

C'est dans cet univers de black metal progressif aux plans instrumentaux mélodieux teinté tantôt de passages brutaux où le blast beat fait bon vivre, tantôt de plans plus aériens portés par le claviériste, que le quintet va balayer une discographie riche de 13 albums, en s'attardant sur « Vertebrae » dont deux titres seront interprétés ('The Watcher' et 'Ground') et sur le dernier album en date « In Time » paru en 2015 avec 'Building With Fire et ‘One Thousand Years Of Rain'.

Un son exceptionnel pour un groupe exceptionnel qui a su distiller au fil des ans une musique extrême en faisant évoluer leur style tout en conservant ses fans et en en rameutant des nouveaux.

Le jeu de scène est parfait surtout lorsque l'on assiste à une complicité sans faille des musiciens jouant ensemble sous cette configuration depuis douze ans, se donnant le change face à face et se laissant totalement emporter par leurs riffs notamment au cours des nombreux moments sur lesquels le lead guitariste Arve se contorsionne avec sa guitare improvisant des postures de rock star enjouées et pour le plaisir des fans et des photographes qui ne se priveront pas d'immortaliser ce moment.

Au cours du set Grutle joue avec le public en s'efforçant de s'exprimer en français, en interprétant les premières paroles de la marseillaise, en faisant une jolie allusion au groupe Trust star du Hard Rock français des années 80 et en demandant au public de lui chanter un joyeux anniversaire toujours en français ! Un pur moment de rigolade au cours duquel Grutle derrière son visage de guerrier viking amusera la galerie avant de repartir sur son set mélodieusement burné.

Le public et moi-même nous laisserons emporter par l'envoûtant 'Ground' aux parties mélodieuses vous invitant au voyage. Fermez les yeux et vous planez...

C'est sur cette note que le groupe fera une courte pause pour revenir faire "le bis".

Démarrant par un solo de batterie de Cato, le quintet reprend le court du concert avec 'One Thousand Years Of Rain' suivi de 'Allfǫðr Oðinn' issu du tout premier album des norvégiens "Vikingligr Veldi" paru en 2014 démontrant que malgré 25 ans de carrière, les vétérans du black prog en ont dans le calebard !

Un set merveilleux passé vraiment trop rapidement et m'ayant permis de renouer avec le combo norvégien par une prestation de haut niveau et une énergie communicative. Un show que j'aurai plaisir à revoir et en attendant je me console en réécoutant leur vaste discographie .

Setlist : Roots of the Mountain / Ruun / The Watcher / Building With Fire / Ethica Odini / Fenris / The Crossing / Ground / Drum Solo / One Thousand Years of Rain / Allfǫðr Oðinn