DURBUY ROCK FESTIVAL, 17&18 septembre 2021, Live-report
Stephane Masson
Journaliste

«Superbe festival, belle affiche, organisation au top ! Le Durbuy Rock Festival au top en 2021 !»

Créé 17/09/2021
436 vues

Journée 1


United Rock Nations a décidé de franchir les frontières de l'hexagone et de vous emmener au Durbuy Rock Festival en pleine terre Wallonne et plus exactement à Bomal-Sur-Ourthe.

Sur place l'on s'aperçoit, en dehors d'un temps digne d'un festival, que les concerts vont s'alterner entre la salle de sport où se trouve la scène principale et l’extérieur de cette salle ou se trouve la dite petite scène.

INSOMNIA


Les hostilités commencent sur la grande scène ou l'honneur d'ouvrir le festival est donné à Insomnia pour un old school set. Old school ou pas on se retrouve devant un trash-hardcore vraiment musclé et qui, chose très rare pour le premier groupe d'un fest, déclenche des circles pits. Nous noterons que le frontman ainsi que le guitariste (à  la magnifique guitare flamme associée à  la sangle et aux chaussures) et le bassiste sont très expressifs sur scène ce qui est plus que positif. La nouvelle édition du Durbuy Rock Festival est lancée et de fort belle manière.
INSOMNIA

DROIT DIVIN


Nous migrons tous dans la cour pour accueillir Droit Divin. Il s'agit d'un trio produisant un bon rock ultra efficace. Le groupe présente, et j'adore ça, une uniformité visuelle bien marquée lui donnant un côté authentique. La voix du chanteur à  la fois puissante et légèrement criarde se marie excessivement bien au style musical de Droit Divin. Du rock au gros son.
DROIT DIVIN

HYBRIDISM


Nous voyons désormais s'installer Hybridism. Déjà  la première chose qui va attirer mon attention est que le nombre de cordes des guitares, à  savoir 8, voilà  qui annonce un groupe plutôt technique. Nous nous trouvons en effet devant un groupe de Djent instrumental insufflant une belle énergie. Le seul petit bémol si toutefois l'on peut appeler cela ainsi, est que l'un des guitaristes, contrairement au reste du groupe, est un peu effacé, probablement par timidité, mais quel technicien de ouf!!!
HYBRIDISM

SIDILARSEN


Nous enchainons avec une formation française : Sidilarsen. Avant la montée sur scène nous remarquons les deux écrans géants encadrant la batterie. Aprés leur montée sur scène, on voit de suite que Sidilarsen n'est pas venu enfiler des perles. En effet, pour débuter le premier titre, David (chant) demande et obtient un Wall Of Death... Ce sera un set de feu de dieu, les pogos et les slams viennent s'écraser contre la crash barrière au rythme des mélodies de Sidilarsen. Si certains avaient des doutes, le festival est désormais totalement lancé.
SIDILARSEN

SALTATIO MORTIS


On reste chaud pour la venue du groupe allemand Saltatio Mortis. Nous nous trouvons face à  groupe de folk metal totalement fou, ça courre et ça virevolte de partout sur des rythmes endiablés. Le groupe est vraiment surexcité et ça se communique à  la foule qui répond avec des slams et en chantant car il est clair que Saltatio Mortis est plus que connu en terre belge et que les fans sont au rendez-vous. Nous noterons également les petits détails dans les tenues et dans les pieds de micro stylisés.
SALTATIO MORTIS

NO ONE IS INNOCENT


Un nouveau groupe français se positionne sur les planches du Durbuy et il s'agit de No One Is Innocent. Le début du set sera marqué par un petit souci au décollage du côté des guitares. En effet, aucun son ne sort et Popy et Shanka se retrouve à  jouer avec les jacks pendant que l'on fait tourner un peu plus longtemps l'intro batterie/basse. Après ce minuscule souci les No One Is Innocent vont tout simplement tout retourner, j'ai presque envie de dire comme à chaque fois que je les ai vu, la dernière fois c'était la semaine dernière... je n'y peux rien, j'adore. Ça saute de partout et ça rend fou le public qui en redemande sans cesse.
NO ONE IS INNOCENT

ALESTORM


Changement de style avec l'arrivée d'Alestorm groupe écossais de folk métal. Le groupe est catalogué folk métal c'est en fait surtout du grand n'importe quoi métal en mode gros délire. Cela commence bien évidemment par la tenue style claquette, short limite moule bonbons etc.. N'oublions pas la déco avec le joli canard gonflable entre la batterie et le clavier mais le pauvre n'a jamais du se remettre de la Covid car il n'aura jamais été gonflé comme il le faut sniff !! Par contre la musique et les déguisements ont fonctionné comme monsieur le requin pour ne citer que lui en ce qui concerne les déguisements...
ALESTORM

TAGADA JONES


Dernier groupe de l'Hexagone pour aujourd'hui Tagada Jones et son punk explosif. Sur la scène nous verrons des bidons métalliques, 6 au total, supportant les lettres TGD à  gauche et JNS à  droite de la scène d'où s'échappe de la fumée sur fond orange, du bel effet je dois dire. Comme pour les No One Is Innocent, non seulement ils vont foutre un bordel monstre mais en plus je les kiffe. Notons que Niko déclare que le groupe a décidé d'innover et de proposer lors de chaque concert des set lists différentes en incluant des face B. Bon bah c'est clair va grave falloir faire un max de concerts des Tagada Jones. En attendant le prochain concert on en prend plein la gueule, désolé pour le terme, mais à  la fois c'est ce qu'on vient chercher en allons soutenir et voir les Tagada Jones.
TAGADA JONES

BARAKA


Il est déjà  temps de voir monter sur scène le dernier groupe de cette première journée du Durbuy Rock Festival avec la venue de Baraka. Alors si vous n'avez jamais vu en groupe qui est mélange du Alestorm et Ultra Vomit c'est le moment de regarder. J'ai comme l'impression quand ils montent sur scène de me trouver, côté vestimentaire, à  la réunion du mauvais goût style les Tuche en pire. En revanche côté musique il faut avouer que ça envoie du bois sévère, c'est lourd, rapide et bien guttural en ce qui concerne le chant. Les musiciens sont aussi vivaces sur scène qu'ils sont habillés comme des...vous regarderez les photos et vous trouverez le mot juste. Quoiqu'il en soit quel final avec une envolée d'autocollants tous aussi loufoques les uns que les autres.
BARAKA

Voilà  c'est terminé pour cette première journée. Allons nous reposer car demain ça redémarre à  11H00.


JOURNEE 2



DEATHTURA


Nous voilà  fin prêt pour cette seconde et dernière journée du Durbuy Rock Festival et ça commence avec Deathtura. Ce groupe belge de deathcore a ses adeptes qui se trouvent au premier rang en arborant les couleurs de leur groupe préféré et qui headbanguent comme un seul homme. Voici un deathcore technique, rapide et bien lourd avec un chanteur qui a clairement des fourmis dans les jambes ! Encore une journée qui commence bien.
DEATHTURA

COSMIC MONARCH


On file sur l'autre scène pour s'abreuver du son de Cosmic Monarch. Il est difficile de faire entrer ce groupe bruxellois dans une catégorie musicale tant il mélange de genres allant du rock au métal en passant par le hardcore. En tout cas ce gros mélange fonctionne à  merveille et le public le fait bien comprendre à  grands coups de circle pits et, quel plaisir de voir à  nouveau lors de ce festival un chanteur surexcité sur scène.
COSMIC MONARCH

INSOMNIA


C'est désormais le retour d'Insomnia pour son "new school set". Le groupe belge nous envoie valser dans tous les sens avec son metalcore ultra percutant et chaloupé. Les compliments ne manquent pas pour ce groupe et je vous invite à  lire le report du vendredi ou l'on parle déjà d'Insomnia !!!
INSOMNIA

LAMIRAL


Retour sur la petite scène pour accueillir Lamiral. Quand j'écoute Lamiral j'ai l'impression d'entendre du grunge en version énervé et plus musclé avec quelques touches de metalcore. Lamiral c'est de l'énergie à  l'état brut que l'on se prend en pleine face sans comprendre ce qui nous arrive et bordel qu'est-ce qu'on aime ça.
LAMIRAL

PSYCHONAUT


C'est au tour de Psychonaut de monter sur scène. Le trio belge de psychédélique post-métal assure. Les structures rythmiques complexes, les riffs lourds et la voix growlé de Stefan DeGraef passent bien en live malgré quelques longueurs instrumentales et un son brouillon.
PSYCHONAUT

IMPARFAIT


En absence de Smash Hit Combo pour blessure du batteur, c'est le groupe Imparfait qui a été choisi pour monter sur la scène extérieure en son remplacement. Parfois le malheur des uns fait le bonheur des autres ! Et quel bonheur d'avoir pu découvrir le quatuor de nu rap métal français mené par l'explosive chanteuse Prisca. Grosse grosse claque ! Peu réactif au premier titre, le public s'est peu à peu réveillé pour finir en mode pogo et divers circle pit.
L'énergie déployée par Imparfait est contagieuse avec des titres comme "Thérapie" ("tout ira bien"), "Panique" ou le très Kornien "Rituel". Total soutien également au message que Prisca a passé concernant la défense des droits de la femme. A partir du mois de mars Imparfait sera en tournée avec Nova Twins en France. A ne pas rater.
IMPARFAIT

SKILTRON


Nous voyons maintenant monter un groupe argentin, bon ok le leader semble désormais habiter en Europe du Nord, de folk métal à  savoir Skiltron. Comme tous les groupes mêlant le folk et le métal il y a une sorte d'énergie toute particulière qui se dégage. Skiltron et sa cornemuse ultra présente montre qu'il a sa propre identité dans l'univers du folk métal et le public plus que réceptif perd à  nouveau quelques cervicales.
SKILTRON

SPOIL ENGINE


On enchaine avec un groupe belge et hollandais, Spoil Engine. Comment vous dire ? Ce groupe de death métal mélodique m'a laissé sur les fesses. Avec une chanteuse qui me fait penser à  Candace Kucsulain de Wall Of Jericho par son jeu de scène et sa voix surprenante. Amis amateurs de death je vous invite à  prêter une oreille attentive à  Spoil Engine et de vous magner d'aller les voir en live car sur scène c'est extra.
SPOIL ENGINE

BLACK BOMB A


On attendait avec impatience la bande à  Arno et Poun de Black Bomb A. Un vrai plaisir de les retrouver sur scène en Belgique avec une setlist de 15 titres qui déboitera du début jusqu'à  la fin. Le combo met tout le monde d'accord dès les premières notes de ''On Fire'' avec Poun en sweat et capuche qui embarque le public par sa présence physique. Il avouera même que ''ça fait du bien de revenir sur scène mais qu'est-ce que c'est dur !''. On aura quand même droit à  six titres du dernier album. Pour notre plus grand bonheur !
BLACK BOMB A

CELLAR DARLING


Nous attendions avec impatience également la prestation de Cellar Darling, séduits par les albums ''This Is The Sound'' et ''The Spell ''. Seulement voilà  ! Cellar Darling n'est pas un groupe de scène. Anna Murphy ne communique presque pas avec le public. Coincé entre son clavier et son hurdy-gurdy électrique, elle a du mal a embarquer le public. En final, nous préférons retourner à écouter les albums.
CELLAR DARLING

Nous présentons nos excuses au Durbuy Rock Festival et à  Aktarum mais suite à  un petit souci, nous avons du nous absenter du festival pour le régler nous empêchant de voir Aktarum ce qui, je l'espère, n'est que partie remise.

LETHVM


Malgré tout notre bonne volonté, nous avons eu du mal à  rester jusqu'au bout de la prestation de Lethvm. Dès les premières notes du combo sludge doom metal belge, le son était inaudible, incapable de distinguer les instruments si ce n'est les growls de Vincent et un brouhaha de fond. Dans ces conditions, il est impossible d'apprécier la profondeur des titres de Lethvm. A revoir dans d'autres circonstances.
LETHVM

EQUILIBRIUM


C'est l'heure de voir fouler les planches de la scène Equilibrium groupe allemand de folk métal. Contrairement au groupes classiques du même genre nous ne trouverons pas d'autres instruments que ceux que nous connaissons dans le monde du métal. Cela enlève un peu le côté léger du folk mais qui est remplacé par une foutue puissance incroyable et croyez-moi le public ne s'en plaint pas. Précisons que pour ce set le groupe ne présentera que quatre de ces cinq membres du fait d'un pass sanitaire un peu capricieux.
EQUILIBRIUM

SETH


Retour à  la scène française avec Seth, un groupe de black métal. De tous les groupes du festival c'est clairement celui qui propose un visuel le plus abouti et ultra cohéent avec l'univers du black métal et ce sans parler du maquillage et des tenues plus qu'adaptées même si on pourrait encore pousser le concept du côte des musiciens. L'univers sombre et pesant de Seth pose une chape de plomb sur le festival mais force est de constater que la foule aime si lover et est hypnotisé par les morceaux du groupe. Petite mention pour les lights car même si c'est ultra chaud à  photographier enfin un groupe de black métal qui n'abuse pas à outrance de la fumée et dont les lights sont cohérentes avec la musique développée.
SETH

ELUVEITIE


On n'y croit pas mais c'est déjà  le moment de voir monter sur scène le tout dernier groupe du festival et la clôture de cette nouvelle édition a été confiée au groupe suisse Eluveitie. Vous me croyez si je vous dis qu'il s'agit à  nouveau d'un groupe de folk métal ?

Mais cette fois-ci pas de cornemuses ou autres binious mais une harpe, un violon, une vielle à  roue et des flûtes. Eluveitie, à  en voir la foule, était clairement attendu et les fans seront servis avec un show reprenant tous les classiques du groupe avec une énergie folle vidant la totalité des batteries du public qui hélas, après le set d'Eluveitie doit s'en retourner chez lui du son et des images plein la tête.
ELUVEITIE

Un énorme merci à  nos amis belges pour cette superbe édition du Durbuy Rock Fest, son organisation, ses bénévoles, le public et les groupes pour ce merveilleux moment passé autour de la musique et plus particulièrement du métal dans sa globalité.