Live Report@Daughters + Jeromes Dream | Le Rex de Toulouse
Anibal BERITH
Journaliste

«La simple démence de ce concert valait le déplacement»

Créé 09/10/2019
717 vues

Ce n'est pas tous les jours que nous avons la chance de voir des groupes tels que ce soir se produirent sur scène alors vu que ça joue à domicile, ce serait dommage de s'en priver !
Rendez-vous donc au Rex, une des célèbres salles de spectacle toulousaine pour profiter de la soirée organisée par Noiser afin de profiter du screamo du quatuor originaire du Connecticut Jeromes Dream et du noise rock de Daughters reformé fin 2013, avec un quatrième album à la clé "You Won't Get What You Want" paru en 2018.

Peu de monde à l'ouverture et il suffit que les américains Jeromes Dream foulent la scène du Rex pour voir se masser un public averti et passionné. Délivrant cette musique atypique qu'est le screamo (un sous-genre musical dérivé de l'emo et du punk hardcore ayant émergé au début des années 1990), les deux guitaristes se font face, de profil à la scène, entourant le batteur caché par le bassiste/frontman tournant le dos au public, casquette vissée sur la tête.
Assez déroutant au premier abord, on se fait rapidement à la posture mise en scène par les musiciens qui colle parfaitement à la musique. Point de mélodie, juste des sons stridents et saturés distillés avec rythme et construction musicale accompagné de hurlements peu audibles du devant de la scène. Ni bon, ni mauvais, le rendu sonore est agressif et peu compréhensible pour le néophyte.
Malgré le côté répétitif du set et l'inexistence de communication avec le public, ce dernier semble enchanté, se bougeant bien dans le pit à chaque coup baguette sur le fut central du batteur. Le set de 40 minutes passe assez vite; un titre ou deux de plus seraient bien passés.

Une très courte pause s'ensuit pour accueillir la tête d'affiche de la soirée, Daughters, groupe de Noise rock datant de 2001, s'étant reformé pour un concert donné en Rade Island et pour l'enregistrement du quatrième album dont nous parlons brièvement en introduction.
En pleine tournée américaine, le quatuor américain pose sa musique stridente et dissonante dans la ville rose pour ravir le public toulousain. Ambiance déjà intense avec le premier groupe, c'est avec un large cran au-dessus qu'est accueilli le célèbre groupe originaire de Providence.
Très énergique, force est de constater que c'est le charismatique frontman Alexis S.F. Marshall qui assure le show ! Le jeune homme assure à lui tout seul le dynamisme ahurissant du combo en dansant, sautant dans une style puissant et presque violent tout en respectant profondément son public.
Il n'en est pas de même de ses micros dont l'un finira brutalement éclaté sur scène et le second noyé dans une pinte de bière pour finir au fond de la bouche du chanteur !
Le public est en transe et reste aux abois des prochaines frasques d'Alexis qui déborde d'imagination. Jouant avec l'ensemble des personnes présentes ce soir, il ne manquera pas un bain de foule dans le pit au cours du dernier tiers de la prestation revenant sur la scène par les canapés de la salle pour s'en prendre gentiment et avec humour à son guitariste.
Un show spectaculaire, à la hauteur de la musique du quatuor qui aura marqué les esprits des personnes présentes et qui restera dans les annales de la salle de spectacle et dans les faits marquants de l'association organisatrice.

Setlist :
The Reason They Hate Me
The Lords Song
Satan in the Wait
The Dead Singer
Our Queens (One Is Many, Many Are One)
Long Road, No Turns
Less Sex
The Hit
The Virgin
Guest House
Daughter
Ocean Song


Festival
Hellfest 2019
Daughters
21/06/2019