Dark Tranquillity - Ensiferum (L'Usine - Istres - 28/04/2022)
Julien Hamann
Journaliste

«Une soirée inoubliable comme on aimerait en voir plus souvent dans le sud-est !»

Créé 28/04/2022
360 vues

L'Usine à Istres proposait aux metalleux du sud-est un festival étalé sur cinq jours, avec notamment Tagada Jones, Crisix, Phil Campbell and the Bastard sons, Scarlean, Psykup, Landmvrks. J'ai eu le privilège d'assister au show du jeudi 28/04 avec à l'affiche Ensiferun et Dark Tranquillity accompagnés de deux guests venus d'Allemagne, à savoir Tag my Art (Metalcore) et April Art (Rock alternatif), qui présentent tout deux la particularité d'avoir une chanteuse.

Arrivé sur place vers 17H15, j'ai pris le temps de sympathiser avec des metalheads venus de Marseille, puis connaissant Aurélien Macé, photographe de la Team RoaRRenegade, j'ai pu rentrer jeter un œil en avant première aux exposants (Photographies mais aussi Manga et merchandising avec l'illustre Stryker de Sabre-Tooth; Boutique bien connue des metalleux locaux)

18H: Ouverture des portes et je ne vous cache pas qu'il n'y avait pas grand monde. Légère appréhension de ce côté là, car on ne va pas se mentir, dans le sud-est on est très loin de rivaliser avec le sud-ouest, en terme de concert metal. Si le public ne se déplaçait pas pour voir Ensiferum et Dark Tranquillity, pour la modique somme de 20€, cela n'allait arranger en rien la situation !

Il en fallait plus pour entacher mon enthousiasme à passer une belle soirée. Après avoir pris une petite Pietra, histoire de s'hydrater, je me dirige à la barrière et là je fais une belle rencontre avec un metalleux venu de Nice. L'ouverture d'esprit des fans de metal est vraiment à souligner. Nous avons discuter, dans la joie et la convivialité, de notre passion commune jusqu'à l'arrivée du premier groupe vers 19H30.

Tag My Heart :

Comme je vous le disais en préambule, on est sur du metalcore avec chanteuse. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'Isabel Martin Alonso était énergique ! Elle s'est démenée avec fougue, n'hésitant pas à venir chanter dans la fosse (qui était encore très clairsemée à ce moment là) et à même demander au public de réaliser un wall of death, que seule une poignée de furieux a pris la peine de réaliser. Les conditions ne sont pas toujours évidente pour le premier à ouvrir le bal... Ajoutez à cela le fait que le groupe présentait la particularité de jouer sans bassiste et que le niveau sonore de la chanteuse était trop bas, pour réellement la mettre en valeur, le groupe s'en tire plutôt bien et aura eu le mérite de faire patienter le public venu dès l'ouverture.

April Art :

Au alentour de 20H15, April Art entre en scène avec leur code couleur rouge ! Des tonalités vivantes qui collent bien à la musique du groupe qui est dynamique et surtout à la joie de vivre de la chanteuse Lisa-Marie Watz, qui a éclairé la salle par sa luminosité et sa présence scénique. J'avais dans la semaine pris la peine de découvrir le groupe et j'avais particulièrement apprécié leur dernier EP ''Fighter'', dont ils ont joué le morceau éponyme. En live ce fut très agréable et je vous invite vraiment à écouter. Belle découverte pour moi.

Ensiferum :

Avant le concert des Finlandais, j'ai pu échanger quelques mots avec Aude Paquot de Hard Force que je salue. Puis au alentour de 21H, Seafarer's Dream, l'intro résonne dans la salle. Je me dirige ardemment vers la barrière rejoindre mon collègue et admirer le super backdrop (que vous pouvez voir dans les photos ci-dessous). Le combo fait son apparition avec son maquillage habituel, sous les ovations d'une salle bien remplie ! Me voilà rassuré ! Le concert étant un soir de semaine, tout le monde n'a pu venir dès l'ouverture, mais l'essentiel étant de faire honneur à ce groupe merveilleux qu'est Ensiferum. Ces derniers vont nous gratifier de dix hymnes, en commençant par 'Rum, Women, Victory'. J'ai particulièrement apprécié 'In My Sword I Trust' où Petri Lindroos brandit un glaive pour annoncer le morceau (voir photo). Mais aussi 'Lai Lai Hei' et 'From Afar' qui font partie de mes chansons préférées du groupe. Sans oublier le fameux 'Treacherous Gods', que j'ai pris la peine de filmer pour un certain Romain (qui se reconnaîtra), qui me confiait encore récemment que c'était pour lui le meilleur morceau de tout l'univers ! Et je partage son enthousiasme, tant le riff est monstrueux ! Le spectacle était au rendez-vous. Mention spéciale à Sami Hinkka (en kilt s'il vous plaît), qui est vraiment très charismatique, c'est le moins que l'on puisse dire. Il a même pris le temps de nous faire un speech en français. Et sur scène, il se démène comme un beau diable. Petri Lindroos quand à lui, affiche une mine plus sombre, mais il est évident que c'est pour coller au parole guerrière qu'il chante. Ce fut vraiment un privilège d'avoir l'opportunité d'être si près de ces artistes formidables. C'était la première fois que je voyais Ensiferum et j'en garderais un très bon souvenir !

Set List :

01-Rum, Women, Victory
02-Andromeda
03-One More Magic Potion
04-Into Battle
05-For Sirens
06-Run From the Crushing Tide
07-Treacherous Gods
08-In My Sword I Trust
09-Lai Lai Hei
10-From Afar

Dark Tranquillity :

Au alentour de 22H15, les patrons du Death mélodique débarquent sur scène, pour notre plus grand bonheur et attaque le show avec Phantom Days. Le dernier album des suédois, ''Moment'' (dont le groupe a joué quatre extraits) ne pouvait pas mieux porter son nom que ce soir. En effet, Mikael Stanne est un être lumineux qui respire la bienveillance. Un saint homme qui sait apprécier le moment présent. La preuve étant qu'il affiche un sourire constant du début à la fin du show ! Ceci n'est d'ailleurs sûrement pas étranger au succès que rencontre son groupe depuis de nombreuses années. Des émotions il a su nous en véhiculer par l'intermédiaire de sa voix que ce soit en growl ou en claire, mais également à travers des gestes. A deux reprises durant le spectacle, il a pris dans ses bras une spectatrice un long moment. Il s'agissait sûrement d'une amie du chanteur. Une réelle spontanéité émanait de cette étreinte qui se déroulait sous mes yeux. Il fut également question de sincérité lorsque Mikael Stanne a évoqué, dans un speech annonçant le morceau 'Punish My Heaven', la disparition d'un ancien membre, Frederik Johansson, en Janvier de cette année suite à un cancer.
Les moments forts du concert furent indéniablement les tubes 'Thereln', 'Lost to Apathy & Misery's Crown joués en fin de set, mais il faut souligner que les morceaux récents tels que Atoma ou Forward Momentum passent divinement bien en live à l'image des extraits de 'Moment'. La cerise sur le gâteau fut pour moi sur 'State of Trust', où Mikael Stanne chante carrément dans la fosse, à quelques centimètres de moi. J'ai même eu l'occasion de lui serrer la main à ce moment là ! Au niveau de l'ambiance, c'était la folie ! Circle pit géant sur 'Encircled' et slam à gogo tout au long du set.
Après avoir pris le temps de flâner avec les metalhead avec qui j'avais sympathisé, je quitte la salle vers minuit des souvenirs pleins la tête. Cela faisait très longtemps que nous étions privés de ce genre d’événements dans le sud et non seulement le public a répondu présent mais il a savouré comme il se doit le moment...

Set List :

01-Phantom Days
02-Transient
03-The Treason Wall
04-Monochromatic Stains
05-Forward Momentum
06-Terminus (Where Death Is Most Alive)
07-The Dark Unbroken
08-Punish My Heaven
09-Atoma
10-The New Build
11-Identical to None
12-Encircled
13-Thereln
14-State of Tust
15-Lost to Apathy
16-Misery's Crown