COMMUNAY ROCK FEST
Laurent Sage
Journaliste

«La région lyonnaise a son nouveau festival rock»

Créé 17/09/2022
90 vues

Sue deux jours se tenait le "Communay Rock Fest" près de Vienne (Isère) avec une affiche sympathique et éclectique puisqu'on pouvait y trouver du hard rock, du heavy metal du prog, du pop rock. Il est toujours bon de soutenir ces initiatives qui permettent à de bons groupes émergents de se produire sur scène car leur chance de se produire sur celles du Hellfest ou autre festival de plus grande importance sont minces.

Ayant loupé pour des raisons personnelles la 1ère journée ( et c'est bien dommage puisqu'on y retrouvait FORTUNATO, AMON SETHIS, THE PRIZE & ADX), je suis donc venu pour voir les autres groupes de l'affiche du jour :

TRIGONE PLUS
Comme son nom l'indique ( un gone est un gamin en langage lyonnais. Lyon est à une vingtaine de minutes du concert) le groupe est un local de l'étape, et commence à faire parler de lui avec son rock moderne, parfois teinté d'electro et son chant en français. Deux albums au compteur, une quinzaine de concerts à leur actif pour promouvoir "L'ombre de l'horloge", leur second album, le groupe a de l'aisance sur scène et balance ses compos avec énergie, dommage, l'heure un peu avancée ne permet pas de profiter de leur mise en scène habituelle qui amplifie le côté sombre de leur musique. Orientée alternative rock, leur musique peut dérouter les amateurs de hard rock pur mais saura séduire les rockers au sens plus large.

STEEVE ESTATOF

Pour les plus jeunes d'entre vous ou les réfractaires aux "télé-crochets" , Steeve ESTATOF est un nom qui ne vous dira peut être rien mais il a été le premier gagnant rock de "Nouvelle Star" et a surpris son monde en l'emportant. Personnage atypique, introverti, il a su avec ses interprétations séduire les rockers et la ménagère de 50 ans. La difficulté pour lui a été de garder son intégrité dans ce milieu très formaté où l'évocation du mot rock fait perler des gouttes de sueur sur le front de l'attaché de presse ( oui, la France est "rock" ^^). Son deuxième album réalisé entre Los Angeles et Paris, incluant une reprise de Michel POLNAREFF et de TIGERTAILZ "Love Bomb Baby" n'a pas eu le succès escompté et bien évidemment, les maisons de disque l'ont laissé tomber comme une vieille chaussette . Mais la passion pour la musique de Steeve est la lus forte. Il a continué tout doucement à écrire des chansons, composé et ce soir c'était sa première scène depuis très longtemps. Accompagné de ses frères sur scène, le côté grunge rock était très présent , et même si la communication avec le public n'est pas son point fort, l'énergie déployée dans les morceaux est communicative et son registre a tout à fait sa place dans un concert hard rock. Le public présent était ravi de le voir sur scène, et, succès oblige, il a été presque "obligé" (alors que ce n'était pas prévu dans la setlist) de chanter la chanson qui lui a fait dynamiter le centre d'appel de M6, je veux parler de "Le Sud" de Nino FERRER. Sa voix éraillée, couplée à l'émotion emporte les suffrages. Je me répète mais si vous voulez voir un bon concert sans fards, énergique, gonflé au hard / grunge rock, ne vous privez pas si vous voyez son nom sur l'affiche. Laissez tomber vos préjugés et déplacez vous.

MEGAPHONE

L'évocation du nom devrait irrémédiablement vous faire penser à un célèbre groupe français et vous avez raison. Il s'agit d'un tribune de TELEPHONE qui officie maintenant depuis environ vingt and. Composé d'anciens membres de DYSLESIA, ASTON VILLA et aussi des actuels BACK ROADS ou encore VITAL BREATH. C'est une histoire de copains qui perdure depuis maintenant longtemps et dont le mot d'ordre est fun. Ils puisent dans le répertoire le plus rock de TELEPHONE , en respectant les morceaux mais tout en regardant une place pour l'improvisation . C'est sûr, pour ceux qui ont connu l'âge d'or du groupe, c'est un retour en arrière bien plaisant car la bonne humeur est de mise et les morceaux sont des classiques du genre. Une petite jam a été effectuée en fin de concert avec Maggy LUYTEN et Markus FORTUNATO, ce qui a rendu le moment encore plus sympathique. Une bien belle façon de clôturer un festival indépendant et qu'il faut continuer de soutenir. Toutes ces initiatives sont vraiment importantes et permettent de découvrir de nouveaux groupes, alors, un petit billet pour aider est vraiment apprécié.

Vous retrouverez bientôt les interviews de FORTUNATO, MEGAPHONE & Steeve ESTATOF sur votre site préféré