BlackBombA #RIOT Tour - Ft. SIdilarsen & Butcher's rodeo
Ben Tardif
Journaliste

«Littérale BomB A-tomique sur la Capitale à l'occasion du Riot Tour !»

Créé 16/11/2018
418 vues

Sorti du boulot, direction le Trabendo pour une soirée qui s'annonce être la guerre des tranchées ce soir 16 novembre dans la Capitale !
en remontant le chemin qui mène au Zenith, et au trab' , je croise une file interminable de cousins arborant des vestes décorées de patchs en tout genre, Hellefest member... venus assiter au show des "Within Temptation" en voisin au Zénith. Pour ma part, j'ai choisi mon camp (de base), ce sera le Trabendo, et je ne le regretterai pas !!

L'ambiance est donnée avec les "Butcher's rodeo", installés au mileu du pit', qui vont littéralement allumer la mèche (et pas le feu,... par pitié!) Le public commence à arriver tranquille mimile à 19h. Nous sommes dans une arène (pour celles et ceux qui connaissent la disposition du trabendo) les gladiateurs haranguent la foule, c'est pêchu, ça envoie, la température monte d'un cran sur l'échelle de celsius ;-) Ils nous ont ramené le soleil qui manque ici à Paris.

tite pause, histoire de démonter le matos au mileu de la fosse et de finaliser les derniers réglages des prochains sur la liste, et pas des moindres : Sidilarsen pour leur dernier set de la grosse tournée du "DB tour" (Dancefloor bastards) avec un Bikini (Toulouse) il y a un peu plus d'un an pour fêter comme il se doit leur 20 ans, avec un show filmé et une sortie de leur premier DVD live. Pour ne rien gâcher, en guest... les Black Bomb A venus pour les potes, cette fois-ci aussi. Ce soir, on prend les même et on recommence mais on change les rôles.

La bande à Didou (david, chanteur) et Viber (Benjamin, chanteur et guitariste) va encore une fois retourner le Dancefloor ...bastards, pour encore monter le level dans ce Trabendo plein à craquer, Un petit slam de Didou pour bien commencer, et ne plus s'arrêter jusqu'à la dernière goutte de sueur.... le sauna commence à sérieusement chauffer les esprits et pas seulement. David donnera rendez-vous en 2019, au printemps, pour une sortie de leur nouveau bébé, que tous les fans attendent avec grande impatience. Un opus qui devrait sonner encore plus lourd, plus métal, moins electro, mais toujours avec cette patte "sidi" reconnaissable à 50 bornes à la ronde ! L'arrivée de Sylvain (Sarrobert) à la basse n'y est pas pour rien, avec ses influences "djent". En résumé, vivement le studio et tout le reste, que l'on découvre tout ça !

Une petite binouse et ça repart, avec les "Black Bomb A" tête d'affiche du jour, bien décidés à tout retourner içi à Paris !
Le pit l'a bien compris d'ailleurs... pas de pitité pour ceux qui ont décidés de rester devant au pied des retours ... comme moi au tout début (gloups) et là c'est le carnage ! ouverture du bal avec "double" et les slameurs refont leur apparition, pour ne plus s'arrêter jusqu'à la fin du set. On va dire que les cinq membres du groupe ne seront jamais seuls mais plutôt accompagnés du public tout au long de cette heure et demi. Un petit clin d'oeil de Poun (un des deux vocalist avec Arno) dédié aux voisins du Zenith (ndlr Within temptation) pour annoncer qu'içi on de va pas faire dans la dentelle, ça va être la gueeeeeerre. "On est pas à Within temptation ici !". Circle pit, wall of death, pogos musclés, ... un coup de pompe dans l'arcade pour votre humble reporter du soir. Petit check du matériel autour du cour, et ça repart ! le ton est donné, welcome to the hardcore ! Une setlist composée des titres phares de ces deux décennies plus le dernier album sorti tout récemment en octobre (une véritable tuerie, en passant)

Pour finir, Un finish comme jamais avec un bordel sans nom sur l'immense (sic) scène plein à craquer du public avec un "Mary" (ode à la marie jeanne) enflammé et festif. Les potos des Butchers et Sidi rejoindront tout ce petit monde sur scène pour un grnad nimporte quoi, Poun va nous faire un petit slam sur la scéne, tête en bas. Des moments comme on les aiment, et comme on aimerait les vivre plus souvent en concert ! Merci ...merci... merci les gars pour ce moment de folie, de joie, de bonne humeur et de guerre... On en redemande

See you soon, cheers (comme le dit si bien, Mister Arno!)