Report ANIMOSITY KILLS @ Inside Rock Café (Bergen, Norvège) le 29/09/2018
Enora
Journaliste

«Si Animosity Kills a encore besoin de gagner en professionnalisme et en maîtrise, les musiciens ne se sont pas démontés une seule seconde et ont tenu leur set»

Créé 29/09/2018
1432 vues


Photos : Irimie Rares

Ce soir, United Rock Nations vous emmène en Norvège, et plus précisément à Bergen, capitale européenne en termes de pluviométrie mais aussi berceau du Black Metal. Cependant, pas de Gorgoroth ni d'Enslaved au programme puisque nous nous rendons à l'Inside Rock Café pour découvrir trois groupes dans une veine plus Death Metal avec Animosity Kills, probablement le groupe le plus accessible avec ses influences Thrash et Southern Metal, puis Haunted By Silhouettes, un groupe de Melodic Death Metal très prometteur dont le premier album nous avait fait beaucoup d'effet, et enfin Shattered Society, un groupe de Death plus classique mais à l'énergie débordante.

Quelle surprise d'arriver devant l'Inside Rock Café à 19H55, pour une ouverture des portes à 20H, en constatant que nous n'étions que cinq personnes à patienter devant ! Mais ne nous démontons pas, un concert en petit comité a aussi des avantages ! Dès l'ouverture des portes, nous nous réfugions tous à l'intérieur pour éviter la pluie et découvrons les membres d'Animosity Kills et Hauted By Silhouettes, sagement assis dans la salle. Assez naturellement, des groupes se forment et nous discutons avec les musiciens pendant plus d'une heure jusqu'à ce que le moment fatidique de monter sur scène n'arrive. Animosity Kills ouvre dont le show après un petit souci sur la basse du frontman Erik Lindelid et avec ‘Black Death', probablement la chanson la plus Thrash de leur set et qui met malheureusement assez vite en avant les fragilités de la voix du chanteur qui manque de justesse et qui maîtrise encore assez mal la saturation. Ce n'est pas chose aisée que d'ouvrir un concert devant une douzaine de personnes, en comptant les membres d'Haunted By Silhouettes au premier rang qui font leur possible pour soutenir leurs camarades d'Animosity Kills. Les morceaux continuent avec ‘Lord Of Darkness' et ‘Invictus' et une bonne ambiance, légère et intimiste, commence à s'installer. Alors que le chanteur semble trouver ses marques, se détendre et adopter un chant en voix claire plus adapté, le guitariste soliste, Mats Bruland, s'emmêle les pinceaux son solo. Le set s'annonce plus difficile que prévu mais le stress doit beaucoup jouer puisque les musiciens n'ont pas l'air à l'aise, sont assez statiques et ne communiquent presque pas avec leur public, à l'exception peut être du guitariste Stephan Høgtun qui nous invite à taper des mains en rythme sur ‘Revolutionary Suicide'. Les influences de Metallica sont plus que palpables sur ‘Dead on Arrival', probablement le morceau le plus réussi et le plus intéressant de leur set avec une ligne de guitare énergique et quelques choeurs sur le refrain. Sur la fin du set, le groupe a enfin pris possession de la scène et livre une belle performance sur ‘Ballistic', plus Rock et dansante et qui met le public, déjà un peu plus nombreux, en jambes pour Haunted By Silhouettes.

Setlist d'Animosity Kills :
1- Black Death
2- Lord of Darkness
3- Invictus
4- Revolutionary Suicide
5- Dead on Arrival
6- Ballistic

Si jamais le nom d'Haunted By Silhouettes ne vous est pas familier, autant vous prévenir tout de suite que les amateurs de groupes dans la lignée d'Insomnium, Dark Tranquility et At The Gates font y trouver leur bonheur puisque c'est un Melodic Death Metal qui mêle délicatesse et élégance à fougue et puissance. Tout comme sur leur album, c'est ‘Exhumer' qui ouvre leur show dans une atmosphère pesante d'abord portée par un piano angoissant auquel répond le scream de Mathias Jamtli Rye qui ne vas pas tarder à se révéler être un frontman très engagé dans sa performance, ce qui lui permet d'emporter le public avec lui dans l'univers musical du groupe. ‘While I Die' est un morceau qui permet de mettre en avant la basse d'Ola Nilsen Kjøren et la batterie sèche de Håvard Bustad, étrangement en retrait sur scène alors qu'il semblait avoir une personnalité plus exubérante lors de notre discussion avant le concert. Contrairement à Animosity Kills, aucune maladresse ne vient ponctuer le set du groupe qui fait preuve de beaucoup de maîtrise. Guitaristes et bassiste se mettent à headbanguer sur ‘A Plea For Silence', véritable incarnation de l'esprit Melodeath avec une composition en contraste entre rythmique affirmée et riffs doux et mélodieux. Nous sommes maintenant une petite trentaine de personnes dans la salle mais les Norvégiens semblent bien plus calmes que le public français. C'est assez dépaysant mais peut être que d'autres facteurs entre en jeu puisque le groupe, originaire de Trondheim, nous a vivement conseillé de venir les voir jouer dans leur ville pour découvrir un public bien plus engagé (on garde cette proposition en tête). C'est ensuite au tour de la très attendue ‘Iskalde Blikk' de résonner. Quel bonheur de découvrir en live des chansons qui nous avaient autant marquées sur album, d'autant plus qu'elles gagnent en force et en beauté grâce à l'engagement et au sérieux du groupe qui se consacre corps et âme à ce concert ! Si le groupe précédent était plutôt silencieux, Mathias ne se fait pas prier pour échanger avec le public (en norvégien, malheureusement pour nous), pour introduire les chansons, et enfin pour présenter les membres avec une petite spécificité puisque Stian Hoel Fossen, guitariste du groupe, n'a pas pu être présent ce soir et est donc remplacé par Andreas Almvik Johnsen qui semble avoir trouvé sa place dans le groupe. Haunted By Silhouettes continue de nous offrir des extraits de son dernier album puisqu'ils enchainent avec la démoniaque ‘Fanning The Flames', suivie d'‘Ubasute' et son break dévastateur. Il faut attendre ‘Vidincta' pour que le public s'implique réellement dans le show mais cela reste timide, bien que les applaudissements entre chaque morceau soient chaleureux. Cette performance de haute volée s'achève avec ‘Skadefryd' qui provient de l'EP « Wrath of Kharon », plus agressif et brut. Notre coup de coeur pour Haunted By Silhouettes s'est confirmé mais on attend tout de même avec impatience Shattered Society qui va devoir s'investir pour rivaliser avec le set auquel on vient d'avoir droit !

Setlist d'Haunted By Silhouettes :
1- Exhumer
2- While I Die
3- A Plea for Silence
4- Iskalde Blikk
5- Fanning the Flames
6- Ubasute
7- Vindicta
8- Skadefryd

Après une petite pause pendant laquelle le public n'a pas hésité à féliciter les musiciens d'Haunted By Silhouettes, Shattered Society monte sur scène et s'apprête à démarrer lorsqu'un souci informatique fait irruption dans leur set. Après nous avoir fait profiter trois ou quatre fois de la musique d'intro de la 21st Century Fox reprise dans une version plus que douteuse à la flûte, ce qui a le mérite de bien faire rire le public, le groupe peut enfin nous faire découvrir son univers avec ‘A New Divine', tirée du premier EP du groupe. Tous les musiciens du groupe se donnent à fond dans leur performance, occupant l'espace scénique, motivant le public et jouant avec les fans du premier rang qui commencent enfin, l'alcool aidant, à se détendre et à headbanguer. Musicalement, ‘Oblivious' nous confirme que le groupe est dans une veine beaucoup moins mélodique du Death, avec même un certain penchant pour des influences Metalcore. Le chanteur, James Richard M, assure son rôle de frontman à la perfection, multipliant les grimaces et invectivant le public, toujours en norvégien. ‘Wow of Hate' est plus axé sur une ligne rythmique énergique assurée avant tout par la batterie de Kristoffer Halvorsen sur laquelle les guitares d'Haakon Hopland et Eivind Thorsen Trengereid tissent de petites envolées mélodiques qui apportent au morceau davantage de finesse. Plus le set de Shattered Society, plus le public, qui les connait déjà puisqu'ils sont originaires de Bergen, semble conquis. La salle n'est toujours pas remplie mais la quarantaine de personnes présentes commence enfin à ressembler à un public de Metal avec headbang, ébauche de pogos et fan qui se tiennent amicalement par les épaules, liés par leur amour commun de la musique ; l'intimité de cette petite salle fait le reste. La performance du groupe est par ailleurs très propre et leur habitude d'assurer des concerts est palpable tant leur prestation est impeccable. ‘Live In Fear' nous plonge dans quelque chose de plus sombre mais qui permet aux premiers rangs d'agiter furieusement la tête avec que le bassiste du groupe, Mikal Olav Gehrmann, bondit en tous sens, passant d'un côté à l'autre de la scène. On en revient ensuite au tout premier EP du groupe, qui date de 2011, avec ‘Blisters Sore', dans un genre qui flirte définitivement avec le Metalcore. Comment ne pas penser à des groupes comme In Flames qui, relativement tôt, ont su mêler ces diverses influences pour libérer des morceaux monstrueux de violence et de mélodicité, ici agrémentés de quelques breaks plutôt réussis. Après ‘Darkest Hour', la fin du set se fait sentir et le groupe décide de motiver tout le public à crier et taper des mains sur ‘Dead And Divine' qui conclut ce concert en beauté.

Setlist de Shattered Society :
1- A New Divine
2- Oblivious
3- Wow of Hate
4- Live in Fear
5- Blisters Sore
6- Darkest Hour
7- Dead and Divine

Alors que le légendaire Garage de Bergen fermait ses portes en ce samedi 29 septembre 2018, nous avons choisi de nous tourner vers le renouveau de la scène Metal norvégienne et nous ne l'avons pas regretté ! Si la performance d'Animosity Kills a encore bien besoin de gagner en professionnalisme et en maîtrise, les musiciens ne se sont pas démontés une seule seconde. Haunted By Silhouettes avait déjà gagné notre coeur grâce à leur album « Shortcuts To Dead Ends » et cette prestation live confirme qu'ils ont tout le talent pour se tracer une belle carrière, ce qu'on leur souhaite. Et enfin, Shattered Society nous a permis de découvrir davantage le public norvégien grâce à un set débordant d'énergie et musicalement assez carré.