Animal Triste et Arman Méliès le 2 juin 2022 au Point Ephémère !
Joe Ftaghn
Jounraliste

«Quand Animal Triste et Arman Méliés se rencontrent dans la brume...»

Créé 02/06/2022
147 vues

Animal Triste et Arman Méliès le 2 juin 2022 au Point Ephémère

C'est dans une belle soirée de printemps, bien qu'un peu lourde, que je me rends dans le quartier Jaurès, en direction du Point Ephémère qui affiche complet pour Animal Triste et Arman Méliès. Après avoir englouti dans l'urgence et pour la forme un sandwich étrange trouvé dans une boulangerie près de là (initiative amèrement regrettée par la suite), je descends au bord du canal St Martin et je m'enfonce dans la file d'attente de la salle, en compagnie d'un fier photographe qui se reconnaîtra.

D'abord, nous pénétrons dans la salle après avoir échangé avec quelques connaissances et je constate qu'une dense brume nous entoure. Nous sirotons notre petite boisson habituelle et nous nous préparons pour l'arrivée en scène de l'auteur, l'interprète, l'indépendant, Arman Méliés.

L'ambiance se calfeutre alors, la brume s'agite dans les lueurs des spots, et c'est dans une simplicité anthentique qu'Arman vient en scène. Après un bref regard sur la foule, il la salue et s'élance immédiatement dans les ballades longues et poétiques dont il a le secret. L'homme, par la diversité des genres qu'il a pu aborder dans le passé, tels que le Hardcore ou l'indé, se permet de nous offrir un spectacle profond et serein qui conjugue avec succès la poésie de la langue française et sa musique, ô combien singulière. Après avoir ressenti, rêvé voire chanter avec lui, nous le saluons d'une reconnaissance certaine et il quitte la scène au profit du Rock noir d'Animal triste.

Le groupe fondé en 2019 par trois amis qui voulaient réveiller le monde du rock français, a vite su s'emparer de références fortes pour créer une harmonie fraternelle. Nos copains entrent alors et ne s'arrêtent plus dans ce mélange de nostalgie et de lâcher prise, pour notre grand plaisir. Les voici qui nous offrent une setlist bien roulée, avec notamment leur reprise de Bruce Springsteen (Dancing in the Dark), une énergie qui ne désempare pas et une succession de morceaux Rock fougueux voire sauvage à réveiller l'ambiance brumeuse de la salle. Dans ce Rock urgent, osé, explosif, on partage avec eux une pointe de nostalgie de cette musique qu'on entend moins de nos jours, et qu'ils développent sans retenue. Ils ont même osé nous faire l'affront (ironie m'sieux dames) d'inviter l'inépuisable Arman Meliés sur leur titre Play God. Mélanger les deux parties s'est certes déjà vu, mais je reste attaché à cette démarche, souvent décriée. Sur cette fin de concert donc, nous aurons le plaisir d'entendre Arman Meliès sortir de sa musique indépendante pour rejoindre les riffs effrénés de nos potes d'Animal Triste

En somme, une soirée que je n'aurais pas vu passer encore une fois. Merci au Point Ephémère d'avoir su abriter un mélange de genres ce soir et de nous avoir offert un spectacle authentique et sincère.
A bientôt !