Interview de John Sherman pour la sortie de "Arrows" Interview de John Sherman pour la sortie de "Arrows" 

Interview de John Sherman pour la sortie de "Arrows"
Anibal BERITH
Journaliste

18/05/2021
227 vues

Pour la sortie du cinquième album des américains, le batteur, John Sherman, nous dévoile tout sur "Arrows" et les motivations du groupe !

Salut John, merci pour cette interview, je suis ravi de passer ce moment avec toi.



John Sherman : Je suis très heureux également ! Bonjour ! Ah mais oui, c'est le soir chez toi ! Bonsoir alors !

Oui, c'est le début de la soirée, il est tout juste 19h !



JS : Je débute tout juste ma journée et tu es la première interview de ma liste !

Ok ! Alors ce sera la meilleure interview, parce que c'est la première (lol). Je suis très heureux de t'interviewer car le groupe est fantastique. Alors, bienvenue sur United Rock Nations. Première question, à propos du groupe; en 16 ans d'existence, la discographie est très importante et prolifique. Comment réussissez-vous à être aussi actif et inspiré dans votre musique ?



JS : Je n'avais pas réalisé que nous étions aussi prolifique puisque nous prenons notre temps entre chaque album. Je pense que cela fait 5 ans depuis le dernier.

C'est çà, oui, 5 ans depuis "Only Ghosts".



JS : En fait, je pense que c'est le contraire. Je ne pense pas que nous soyons aussi prolifiques que d'autres groupes pourraient l'être dans le même timing. C'est parce qu'il est difficile pour nous d'écrire de la musique sur la route lorsque nous sommes en tournée. De plus nous n'arrivons pas à écrire de chansons vraiment abouties, même après une longue pause de deux ans. Du coup nous avons des centaines et des centaines d'idées inachevées ! Ce sera pour le prochain album.

Les chansons inachevées représentent beaucoup de matériels. C'est bon pour le futur ! Quand j'ai reçu les informations sur le disque. J'ai lu que Aaron disait, à propos du nouvel album "Arrows" ressemblait à votre premier album "Murder the Mountains". Que penses-tu de cela ?



JS : Je ne sais pas exactement pourquoi cet album ressemble à "Murder the Mountains". Peut-être que sa réalisation était similaire. Nous avions également 70% des chansons terminées lorsque nous sommes entrés en studio. Ce n'est pas gravé dans la pierre, car tout peut changer au cours de l'enregistrement. Nous nous sommes détendus et lorsque nous étions au studio, nous avons fait ce que nous voulions. Et c'est une expérience d'enregistrement hors du commun. Mais je ne pense pas que le son soit le même que celui de "Murder". C'est vraiment différent, même je n'ai pas écouté les deux disques dans la foulée.

Oui. Je l'ai fait hier soir. J'ai écouté les deux albums, l'un à la suite de l'autre. Effectivement le son est différent mais l'atmosphère reste la même punchy et groovy !



JS : Oui, je suis d'accord; l'énergie, l'atmosphère et l'émotion restent les mêmes.

Peux-tu nous expliquer comment s'est passée l'écriture des chansons ? Tu nous disais que 70% des chansons étaient prêtes depuis 2 ans alors pourquoi cet album ne sort que cette année ?



JS : Le processus d'écriture des chansons est à peu près le même depuis nos débuts, il y a 16 ans. Les gars jouent sur 1 ou 2 riffs et on travaille là-dessus. Et quelque chose de nouveau arrive. Parfois, on travaille sur certains riffs pendant des années et des années. Jusqu'à ce qu'on trouve ce qui nous plait. Le riff de l'ouverture, par exemple, nous l'avons écrit probablement il y a près de 10 ans ! Et finalement on a tout fini en 2019. En mai dernier, les tournées européennes et américaines étaient bloquées pour finalement être annulées à cause du Covid. Alors on a annoncé que l'album serait enregistré, et nous l'avons fait en juin. Je suis heureux que l'album sorte enfin, car il est difficile pour un groupe de rester à la maison. Mais maintenant, les choses s'améliorent à certains endroits et nous allons repartir en tournée. Donc c'est positif, enfin !!

Cet album sort dans 2 semaines. Es-tu stressé ? Qu'est-ce que tu ressens ?



JS : Je ne suis absolument pas stressé, car je ne suis jamais stressé pour cela. C'est terminé depuis si longtemps. Nous avons fait un excellent travail. Au début de la pandémie, nous avions un travail régulier pour essayer une autre façon de gagner de l'argent. J'étais dans une structure tous les jours. C'était amusant. Mais je ne jouais pas de la batterie autant que je le voulais... C'est nul. Donc maintenant, un an plus tard, finalement, en parlant avec toi de ça, ce nouvel album, c'est juste excitant !

Pendant la session d'enregistrement, planifiez-vous toutes les chansons ou improvisez-vous ?



JS : Oh oui, je ne me souviens pas comment les chansons étaient terminées avant d'aller en studio mais certaines d'entre-elles étaient juste en pointillés et nous les avons terminées en studio. Parfois, ce sont les meilleurs morceaux. Vous créez juste des trucs et vous les enregistrez. C'est bon ou pas assez bon et tu fais des changements. On change, on change, on change... Parfois on passe beaucoup de temps sur une chanson. On la réécrit... Je ne me souviens pas quelles chansons de cet album étaient comme ça. Mais quand c'était fini : " c'est bon, c'est fini ! Ne déconnez pas avec ça !". C'est fait."

"Arrows". Titre de l'album et titre de la chanson. Pourquoi a-t-elle été choisie comme premier single et vidéo officielle ?



JS : Chaque fois que nous avons un nouvel album, le label et le manager nous soumettent une courte liste de chansons qui, selon eux, devraient figurer en premier sur le single... "Arrows" était sur toutes les listes. En haut de la liste. C'était logique de commencer par celle-là. On a fait cette vidéo avant le Covid.

Cette vidéo est dingue ! A ce propos, vous travaillez avec Whitey McConnaughy. Peux-tu nous expliquer comment vous travaillez ensemble et comment vous trouvez ces idées si folles ?



JS : Nous sommes amis depuis 20 ans avec Whitey, donc il nous connaît très bien. Il n'y a pas de scénario. Seulement une idée générale avec quelques notes. Il vient avec ses idées et ensuite nous travaillons ensemble. C'est très amusant car tout peut arriver. Donc ici, on réutilise "Prehistoric Dog" mais 10 ans après. C'était super amusant !

Maintenant, un mot sur l'artwork qui est très différent de ce que vous avez fait auparavant. Qui est le designer de cette pochette et quelle en est la signification ?



JS : L'artiste est Orion Landau; c'est lui qui conçoit pas mal de couvertures d'albums pour Relapse. Il est incroyable parce qu'il peut faire tellement de styles différents et il a fait quelques tee-shirts pour nous avant. C'est un super gars. Le sentiment de l'album, l'humeur de l'album, le type de design auquel on pense, la direction qu'on veut prendre. Il est vraiment bon pour capter les vibrations et les faire fonctionner. Nous savions que nous voulions un album totalement différent du précédent. Il est venu avec des idées géniales. Il y avait tellement de bonnes œuvres. Je pense que c'est probablement mon artiste préféré pour la couverture et le tee-shirt. Même s'il y a tellement de styles différents, on peut le reconnaître grâce au vert électrique. C'est fantastique.

A propos de votre prochaine tournée, si la pandémie est maîtrisée comme nous l'espérons tous, prévoyez-vous de venir en Europe et peut-être en France l'année prochaine, en 2022 ?



JS : Je l'espère, oui ! Nous avions tellement de choses de prévues. On a adoré jouer partout où c'était possible. Nous n'avons encore rien de réservé pour l'année prochaine. Nous avons des projets dans le monde entier pour cette année et nous les annoncerons bientôt. Avez-vous des concerts prévus en France ?

En France ? Non, peut-être pas avant la fin de cette année je suppose. Novembre ou décembre. Pas avant. Pour le mois prochain, tous les concerts sont reportés : pas de Hellfest, pas de Motocultor... Non, peut-être à la fin de l'année mais ce n'est pas sûr.



JS : Si les choses reviennent à peu près à la normale l'année prochaine. Si on peut le faire en toute sécurité. S'il est possible de le faire, nous le ferons certainement. La France est l'un de mes endroits préférés pour jouer dans le monde. Ça a toujours été le meilleur. Les plus petits spectacles et les grands festivals sont géniaux aussi. Donc nous reviendrons certainement. C'est sûr.

Nous l'espérons aussi car nous aimons ce genre de musique et cette énergie. S'il n'est pas possible d'être en tournée dans le monde entier et seulement aux États-Unis, penses-tu que le live streaming est un bon moyen pour rester en contact avec les fans ?



JS : Je ne sais pas. Nous en avons discuté avec le manager aussi. Je ne suis pas sûr que le streaming soit très bon. Je ne sais pas, je veux dire, nous devons le faire je suppose. Mais nous voulons trouver une autre façon de divertir les fans, car regarder un show sur un ordinateur n'est pas la même chose. C'est tellement différent. Nous devons trouver un autre moyen d'être plus proche d'un vrai spectacle. C'est difficile de faire un show régulier en live streaming. En as-tu déjà vu ?

Oui, j'en ai vu quelques-uns pour faire des live report. Obituary, Ihsan, Emperor. Oui, c'était très bien. Le premier live streaming fut celui de Behemoth et j'ai été très agréablement surpris !



JS : Oui. Ce que je préfère dans la vie, c'est jouer de la musique. Donc on doit s'adapter je suppose. Si nous ne pouvons pas tourner autrement... J'espère que je pourrai te voir dans la vraie vie.

Oui croisons les doigts pour se voir l'année prochaine en Europe et particulièrement en France. C'était ma dernière question John. Merci pour ta disponibilité pour cette chouette interview. Bonne journée et bon continuation pour "Arrows" !



JS : Merci. Passe une bonne soirée, à bientôt. Bye bye.







Chroniques
Arrows
2021