MASS HYSTERIA, Interview de Raphael pour la promo de ''Maniac''
United Rock Nations

06/11/2018
270 vues

Raphael, merci de nous accorder cette interview. Nous sommes là pour l'album « Maniac » qui sort le 26 oct, que peux-tu nous en dire ?


Raphael : C'est clairement notre album le plus metal, sûrement le plus travaillé alors que c'est l'album qu'on a peut être fait le plus rapidement de notre carrière. C'est l'album plus puissant, plus rentre-dedans, les riffs sont costauds, le son est, je crois, très gros. J'en suis très fier en fait. Je suis pas du genre à réécouter une fois que c'est fait, je passe à autre chose. Je ne sais pas c'est comme ça. Je ne veux pas me lasser des morceaux trop vite car après tu pars en tournée 2-3 ans et tu vas les jouer souvent, faut que ça reste frais. Mais celui là, j'avoue que je l'écoute souvent. J'y prends plaisir. Je le mets dans mon top 3 voire en 1er

Des albums de Mass ? Alors les autres, ce sont lesquels ?


Raphael : « Matière noire » et « Contradiction »

Quand on écoute l'album, pas de doute c'est un album de Mass : le phrasé de Mouss, les gros guitares, l'electro... Cependant, depuis l'Armée des Ombres on sent un côté plus sombre, plus agressif


Raphael : C'est Yann qui compose principalement. Et on sent clairement ses influences plus metal. Le morceau ?Ma Niaque', je préfère le dire tout de suite, c'est un gros clin d'oeil, c'est même un hommage à Slayer clairement car visiblement c'est terminé.

Avec plusieurs tournées d'adieu ?


Raphael : Je ne les vois pas faire ça. Enfin j'espère pas. Si ils disent on arrête, on arrête, enfin?qu'ils arrêtaient de tourner pas de faire des disques. C'est peut-être ça qui donne un ton plus sombre à l'album. Moi j'ai du mal à me dire c'est plus sombre qu'avant. « Contradiction » c'est pas spécialement gai non plus. Le côté lumineux de Mass c'est dans les paroles.

Le côté sombre de la musique est dans l'atmosphère


Raphael : Oui c'est plus dark. Les machines sont plus sombres qu'avant. C'est plus des ambiances que des gimmicks qui reviennent comme dans autres morceaux.

Parlant d'ambiance le dernier morceau ?We came to hold up your mind' qui est que de l'instru avec des samples de films, a ce côté un peu sombre?


Raphael : C'est Yann qui l'a fait tout seul principalement. Au niveau de la machine, la boucle, la ligne de piano au début c'est lui. Cela faisait longtemps qu'il en parlait. Je ne sais pas si tu connais Bloody Beetroots, les trucs comme ça. Il voulait faire un morceau dans cette veine.

Ce que je me disais à l'écoute c'est que cela ferait bien un morceau de film


Raf : Si un producteur nous entend !!!

C'est des choses auxquelles vous avez déjà pensé ?


Raphael : On nous a proposé une fois. On s'est fait ravir le plan. On a eu un appel d'Albert Dupontel. On était en train de répéter et y'a eu ce coup de fil de Dupontel qui voulait qu'on fasse des morceaux pour son film «Enfermé dehors ». Ça s'est pas fait car l'éditeur d'un plus grand groupe français a suggéré un autre nom qui serait commercialement plus viable.
On aimerait bien car le seul morceau de Mass qui est sur un film c'est le générique d'un chef d'?uvre qui s'appelle « La mort du chinois », un monument du film français. Donc ouais, j'aimerai bien qu'un jour on fasse la musique d'un film.

Alors à la production on retrouve Fred et au mastering Ted Jensen qui a travaillé avec des grands, comme Pantera, Talking Heads, Clapton..., pourquoi ce choix ?


Raphael : Ca fait déjà 2 albums, « L'Armée des ombres » et « Matière Noire »c'est lui aussi.
Mais la, j'aime bien raconter cette anecdote parce que ça me fait plaisir pour Fred. Quand il a reçu le mix, le label avait demandé quelques corrections. Et Ted Jensen a envoyé un message en disant que c'était une des meilleures productions qu'il avait entendu ces dernières années. C'était carrément mieux produit que certains groupes beaucoup plus gros. Et que ça serait dommage de retoucher encore, et qu'il pensait qu'il ne pourrait pas faire mieux et que c'était du très bon boulot. Ça me fait plaisir pour Fred parce qu'il s'est vraiment pris la tête. Je l'ai vu bosser sur les sons de batterie, sur la caisse claire, ça a été très très long. Mais ça valait le coup. C'est un mix hyper naturel tout en étant moderne. C'est live tout en ayant ce son actuel.

En parlant de batterie, cet album ne te laisse pas beaucoup de répit, ça frappe vite et fort. Ce n'est pas trop fatigant de jouer dans Mass Hysteria ?


Raphael : Si si c'est fatiguant (rire) Mine de rien, je n'ai plus 20 ans. C'était un challenge et c'est ce qu'il fallait faire sur les morceaux. Et là, pour la première fois depuis longtemps, on a fait des maquettes, avec des programmations de batterie pour mener des directions. Donc déjà j'ai appris tous ces trucs là. Je ne les fait pas naturellement, ça m'a demandé un peu de boulot car c'est différent de ce que je fais d'habitude. Ça m'a poussé un peu plus loin. Je sais que les concerts vont être physiques, mais je suis content. Tout le monde me parle de la batterie. Ça fait un peu la même différence entre « Le bien être et la paix » et « Contradiction ». Là, c'est un cran au dessus de « Matière Noire ». Tout n'est pas encore parfait, mais ça va on se débrouille. Mais maintenant je suis pressé de jouer en live. Je pense que ceux qui ont aimé « Matière Noire » ne seront pas déçus.

Et en tant que batteur, quelles sont tes influences ?


Raphael :Il y en a plein. Rien à voir avec le style, enfin c'est la base de ce style... Phil Rudd d'ACDC, Peter Criss de Kiss, Lombardo, Ulrich, John Bonham même si ces batteurs ont un style qui ne s'entend pas dans ce que je fais....Les batteurs de la Motown dont je ne connais même pas les noms. Il faut que ça groove. Même si ça tape fort, faut garder ce côté groovy. Après c'est un peu plus complexe que d'habitude mais c'est pas Messhugah. Je suis pas bon en maths alors je vois pas pourquoi j'en ferai à la batterie.

Parlons de la pochette de l'album : une femme avec bouche cousue, cela peut susciter une polémique. Un message derrière cela ?


Alors pour moi c'est juste une belle photo. Je ne pense pas qu'il y ait de messages à la base à part ceux qui vont en chercher.
Après c'est vrai que si on parle de la situation des femmes, une femme bouche cousue c'est encore valable dans certains endroits. La parité et compagnie, c'est beau sur le papier mais c'est pas vrai dans la réalité . Mais moi je ne vois pas des messages partout.
A la base c'est un dessin du tatoueur Jean Luc Navette. c'est une mise en photo de ce dessin. Mais oui c'est une image qui est percutante.
Mais c'est des questions qui sont vachement posées aux groupes français, mais personne demande aux Deftones pourquoi ils ont mis un cheval blanc sur la pochette de White Pony.
Voilà c'est juste une belle photo.

Le 26 oct c'est donc la sortie de l'album mais aussi la release party à Reims: qu'est ce qu'on peut attendre de cette nouvelle tournée ?


Raphael : Des nouveaux morceaux (rires), on va tester tout ça. On va commencer par des petits clubs 9 premières dates (NDLR: dont 4 dates sold out)

Des surprises (comme au Download )? Des featuring ?


On a pas encore réfléchit à tout ça. Bon y'a des salles qui sont vraiment petites, donc moi je sais que je vais mourir (rires)

Et un passage par le Hellfest. C'est toujours un plaisir ?


Raphael : Bah oui ! Et là c'est encore plus un bonheur. J'y étais pas cette année je ne pouvais pas. Mais j'ai regardé sur internet la boule au ventre avec l'annonce de Slayer. La réaction des gens quand Mass a été annoncé : ça fait plaisir.

Vous allez finir la tournée au Zénith de Paris. Dans une interview tu avais dit : « Si nous avions l'appui de medias plus important au lieu de remplir l'Olympia on remplirait le Zénith ». Finalement c'est ce qu'il risque de se passer le 6 décembre 2019 ?


Raphael : On s'est dit que c'était peut-être le moment de tenter le coup. Oui je pense que l'armée de fans peut remplir une bonne partie du Zénith. C'est un pari. On espère le remplir. Je pense que c'est le bon moment. Et puis si on se plante au moins on aura essayer. Je pense qu'on a fait toutes les salles, donc la logiquement c'était le Zénith !

Merci à Raphael pour cette interview !