Interview avec Simone Simons d'EPICA pour la sortie de "Omega" ! Interview avec Simone Simons d'EPICA pour la sortie de "Omega" ! 

Interview avec Simone Simons d'EPICA pour la sortie de "Omega" !
Hell Haine
Journaliste

07/02/2021
3242 vues

Traduction by Émilie Calas / Des milliers de mots
Des milliers de mots

Nous sommes avec Simone d’Epica, pour parler du nouvel album, Omega, qui sortira le 26 février.
Bonjour Simone, merci de nous recevoir pour cette interview.



Bonjour, merci de me recevoir.

Tout d’abord, au vu de la situation sanitaire actuelle, comment vous sentez-vous ?



Nous sommes en bonne santé, c’est le plus important. Pour tous les artistes à travers le monde, c’est une période difficile. Normalement, on devrait être en tournée là, mais on a dû repousser la tournée deux fois, et également la sortie de l’album. Mais c’est comme ça, et heureusement, on a la musique pour nous aider à traverser ces temps difficiles.

Elle aide les fans aussi ! C’est le huitième album d’Epica, sans compter The score. Que pouvez-vous nous dire sur cet album ?



Comme tu l’as dit, c’est notre huitième album studio. On a fait une petite pause après The Holographic Principle. Normalement, on sort un nouvel album tous les trois ans, mais après des années de tournée, on avait vraiment envie d’une pause, et je pense que c’était une excellente décision parce que d’un coup (claque des doigts) on s’est mis à composer Omega les batteries rechargées, on était très motivés et très créatifs. Je trouve que ce huitième album studio est notre album le plus mature, le plus profond et on en est très fiers. Cette fois-ci, on a fait appel à un orchestre complet, un chœur plus grand, et un chœur d’enfants. On a mis beaucoup d’amour, de sueur, de sang et de larmes dans la composition et la production de cet album, en pleine pandémie en plus. On est très satisfaits du résultat final. On espère que les fans ressentiront la même chose que nous à l’écoute de l’album.

Je n’en doute pas. Peux-tu nous parler des processus de composition et d’enregistrement ? Le Covid-19 a-t-il eu un impact là-dessus ?



Concernant le processus de composition, tout s’est déroulé harmonieusement et plutôt rapidement. L’enregistrement s’est bien passé jusqu’aux prises de voix, mi-mars. Tout avait été enregistré, les instruments, l’orchestre, le chœur et le chœur d’enfants. Puis, ça a été à notre tour, à Mark et moi, d’enregistrer les parties vocales. Je vis en Allemagne et Mark en Sicile et en temps normal, on se déplace aux Pays-Bas, au studio Sandlane Recording Facilities. Mais j’avais un mauvais pressentiment à l’idée de quitter l’Allemagne et ma famille. Le studio se trouve dans une zone sensible au niveau Coronavirus, alors je n’étais pas à l’aise à l’idée de partir. Je ne voulais pas être coincée là-bas et être dans l’impossibilité de rejoindre ma famille, alors je suis restée chez moi et j’ai enregistré dans un studio pas loin. Marka enregistré ses parties chez lui. Voilà, on a fait comme ça. J’avais Joost, notre producteur, sur l’Ipad dans la cabine vocale et on a pu communiquer pendant l’enregistrement. J’allais au bureau en voiture le matin et je repartais l’après-midi. Normalement, je serais restée aux Pays-Bas quelques semaines. C’était sympa mais c’était une période étrange pour enregistrer les voix. C’est très intense, d’enregistrer les voix, physiquement, mais cette fois, mentalement aussi, parce que je ne savais pas ce qui allait se passer. C’était au début de la pandémie, on voyait tous comment ça se passait en Chine. Je ne savais pas comment les choses allaient évoluer dans l’industrie de la musique donc je pense que j’étais un peu plus sensible que d’habitude quand j’ai enregistré les voix.

Quels sont les thèmes principaux de l’album ?



Eh bien, l’album s’intitule Omega. Beaucoup de gens pensent qu’Omega signifie « la fin », mais dans notre cas, ce n’est pas ça. C’est sûrement une boucle qui se ferme. Omega représente le point Omega, où les croyances spirituelles, les spéculations scientifiques et tout ce qui compose l’univers convergent en direction d’un point final. Le thème du premier Kingdom of Heaven était la vie après la mort, les expériences de mort imminente, l’idée qu’il y a quelque chose après la mort. C’est un album très spirituel. Parmi les autres sujets, il y a le yin et le yang, l’équilibre entre la lumière et l’obscurité, le bien et le mal, en nous mais aussi au sein du monde entier, l’urgence climatique, les manipulations génétiques, l’album aborde de nombreux sujets. Mais Omega ne signifie pas la fin d’Epica.

Il y a des inspirations orientales dans certaines de vos chansons, en particulier dans Seal of Solomon. Quelle est l’histoire de cette chanson ?



Seal Of Solomon a été composée par Mark. Elle parle du roi Salomon, qui est considéré comme étant l’un des fondateurs des sciences ésotériques. Ses découvertes sont en quelque sorte la base de la kabbale et autres enseignements occultes. Le sceau du roi Salomon est une étoile à six branches, ou hexagramme, qui est formé par la connexion de deux triangles aux puissantes propriétés magiques. L’union mystique de ces deux triangles représente la création qui se produit au travers de l’union divine entre le masculin et le féminin. C’est comme ça que Mark explique les paroles (rires). J’aime beaucoup cette chanson. La musique me fait penser aux débuts d’Epica. Cette chanson pourrait devenir la préférée des fans qui adorent les débuts d’Epica.

Vous avez sorti Abyss Of Time, dont vous avez fait une version acoustique, que l’on a découverte hier. Ta voix est plus cristalline dessus et c’est vraiment très agréable. C’est plus léger que la version électrique, évidemment. Comment vous est venue l’idée de faire une version acoustique de cette chanson ? Avez-vous envisagé de faire une tournée acoustique ?



J’aimerais beaucoup faire une tournée acoustique. Je trouve que c’est très divertissant d’enregistrer des chansons de cette manière, de les modifier dans un style acoustique. On avait commencé à faire ça dès The Quantum Enigma, où on avait pris des chansons de l’album qu’on avait transformées en chansons acoustiques. On a fait ça aussi sur The Holographic Principle. Sur Design Your Universe, pour le dixième anniversaire, on a également changé certaines chansons en version acoustique. C’est un truc qui est sympa à faire après une longue période d’enregistrement de voix, s’amuser en changeant un peu les chansons. Peu importe si c’est une chanson de Heavy Metal, on peut quand même en faire une ballade. Tout ce procédé est sympa pour nous. La musique s’accorde bien à un environnement acoustique. Je ne dirais pas non à une tournée acoustique, ça me plairait bien.

Et ça fonctionne bien. Toujours à propos d’Abyss Of Time, tu as dit : « tourner des clips fait partie de ce que je préfère en termes de création de support visuel à notre musique ». As-tu déjà envisagé de faire du cinéma ?C’est quelque chose qui te plairait ?



Je ne sais pas, je n’ai pas d’ambition en tant qu’actrice, sauf quand on tourne des clips. J’ai du mal à rester sérieuse et ce n’est pas terrible quand un acteur rit sans arrêt ou fait l’idiot. Mais j’apprécie les aspects visuels de mon métier, j’aime les séances photos, les tenues, le maquillage, la coiffure, ta totale. Avec la musique, je trouve que c’est un moyen formidable d’exprimer ma créativité. Je me perçois comme une artiste, pas uniquement comme une chanteuse. J’adore tout ça. Les garçons veulent toujours en finir rapidement, ils s’intéressent à d’autres choses, mais moi je me régale. Ça ne me dérange pas de faire quelques jours de séances photos ou de prise de vues pour les clips parce que j’adore me pomponner, porter de belles tenues, jouer avec le maquillage et poser devant un appareil. Mais jouer la comédie, c’est différent parce qu’il y a beaucoup de texte à retenir et il faut jouer un rôle alors qu’avec Epica, c’est toujours moi. Même si je raconte une histoire, ça vient de moi. Je ne suis pas juste une actrice racontant une histoire, l’histoire vient de moi. Du coup, je, ne sais pas, je ne sais pas si j’ai un talent d’actrice.

Il faut essayer pour savoir !



Oui, c’est vrai mais en ce moment, s’il faut changer de carrière parce qu’on ne peut pas partir en tournée, être acteur n’est pas vraiment une option…

Tu en as déjà parlé mais il y a un Kingdom of Heaven part 3, qui fait partie d’une saga, comme ce que vous aviez fait avec A New Age Dawns et The Embrace That Smothers. Comment créez-vous ce genre de concept ou saga, en plusieurs parties ?



C’est ce que Mark préfère, inventer des concepts et Kingdom Of Heaven est l’un d’entre eux. La dernière partie est en fait la continuation du concept Kingdom of Heaven, où la science et la spiritualité s’unissent pour trouver le véritable sens de la vie. Le premier Kingdom of Heaven était dédié à la grand-mère de Mark, qui est malheureusement décédée pendant l’enregistrement de Design Your Universe. Le premier Kingdom Of Heaven s’attache aussi principalement aux expériences de mort imminente et à l’idée qu’il y a quelque chose après la mort. Et concernant ce troisième Kingdom of Heaven, l’autre grand-mère de Mark et la grand-mère d’Isaac sont décédées la même semaine, également pendant l’enregistrement de cet album particulier qu’est Omega. Le troisième Kingdom of Heaven est donc dédié à ces deux grands-mères des membres d’Epica, ce qui n’est pas vraiment une coïncidence, je pense. La boucle est bouclée. The Kingdom of Heaven est fini et je pense que le troisième Kingdom of Heaven est une bonne fin pour Kingdom of Heaven. C’est aussi ma chanson préférée de l’album. C’est vraiment un voyage épique du début à la fin. J’adore cette chanson et j’ai hâte de la jouer en live. On a l’intention de la jouer en concert. On a déjà commencé à répéter.

Une chanson longue et épique mais très belle. Vous avez aussi sorti en single Freedom - The Wolves Within, et vous présentez Adopt a gray wolf. Peux-tu nous parler de ce projet ?



L’idée vient de Nuclear Blast. Cette chanson, c’est l’histoire d’un grand-père qui discute avec son petit-fils de la vie, de la mort et du fait qu’on a tous en nous deux loups. Un loup est mauvais, plein de colère et s’apitoie sur lui, il représente le côté négatif ou plus sombre de notre personnalité. L’autre loup, le loup blanc, est bon, plein de joie, de paix, d’amour, d’espoir, ce genre de choses. Nous avons les deux loups en nous mais c’est celui auquel nous accordons le plus d’attention ou qu’on nourrit le mieux qui sera le plus présent. Nuclear Blast a adoré l’histoire des deux loups et ils ont proposé l’adoption de six loups gris, sous forme d’objectifs à atteindre. Il me semble qu’on avait deux objectifs mais on les a déjà atteints donc on a adopté les loups, pas dans la vraie vie, bien sûr, je n’ai pas de vrais loups chez moi, ils vivent au Mexique. Nous parrainons les loups via un don au WWF pour aider la population locale à protéger les loups gris, symboliquement, bien sûr. Je trouve que c’est un lien formidable avec la chanson. On nous a envoyé des petits loups gris en peluche pour nous remercier et mon fils les adore, ce sont ses peluches préférées, maintenant. C’est drôle, il a adopté les peluches et on a symboliquement adopté les loups au Mexique.

Vous serez comme la famille Stark dans Game of Thrones, chacun a son propre loup.



Oui, nous adorons tous les animaux. Mark a plusieurs chiens, Isaac a un chien aussi, j’ai le chat d’un voisin et Rob a trois chats à la maison. Ariën a un Labrador. On aime tous les animaux et on trouvait que c’était aussi un super moyen de soutenir une bonne cause.

Concernant les concerts, la tournée avec Apocalyptica a été repoussée à 2022, il y aura deux dates en France, et des festivals en 2021. Qu’est-ce que ça vous fait de ne pas pouvoir jouer en live directement après la sortie de l’album ?



C’est dommage mais c’est comme ça. L’album sort mais on ne peut pas partir en tournée, j’espère qu’on pourra quand même participer aux festivals, qu’à ce moment-là, ça sera possible. Le point positif, c’est que les fans auront un long moment pour écouter l’album donc ils connaitront les chansons quand on remontera sur scène. En général, quand on sort un album, les chansons sont encore très fraîches dans l’esprit des gens et on voit bien que les fans sont concentrés quand ils les écoutent, en comparaison avec les vieux morceaux qu’ils connaissent bien. C’est le point positif de la situation.

Oui, ils chanteront les chansons avec vous



Oui, j’espère.

Dernière question, c’est Noël dans quelques jours, est-ce que ton fils croit au Père Noël, et qu’as-tu commandé ?



Je suis une grande fille, je m’achète tout ce dont j’ai envie. Personne ne me fait de cadeaux à part moi. Je me suis déjà acheté mon cadeau de Noël. Le plus important, bien sûr, c’est notre santé. Maintenant, j’apprécie la compagnie de ma famille et de mes amis autour d’un bon repas plus que les cadeaux que je peux très bien acheter moi-même.

Merci pour le temps que vous nous avez accordé, Simone. Prenez soin de votre santé et à bientôt sur scène, espérons-le.



Prenez soin de votre santé aussi et merci pour cette interview.