GAëLLE BUSWEL
Plus d'infos sur GAëLLE BUSWEL
Rock/Blues

Your Journey
Lucie L
Journaliste

GAëLLE BUSWEL

«"Plus métissé que son ancêtre, le blues se décline ici saupoudré de sonorités variées, et c’est une belle réussite".»

11 titres
Rock/Blues
Durée: 49 mn
Sortie le 26/03/2021
919 vues
Gaëlle Buswel n’en est pas à son coup d'essai avec ce nouvel album. Depuis 2012, elle a écrit et composé trois opus, "Yesterday’s Shadow" (2012), "Black to Blue" (2015) et "New Day’s Waiting" (2017), qui lui ont permis de recevoir de nombreux prix et distinctions dont le prix coup de cœur du Cahors Blues Festival et le prix All That Jazz en 2015, celui de la révélation française au Cognac Blues Passions et le prix national France Blues en 2016 et enfin d’être la finaliste à l’European Blues Union au Danemark en avril 2017. Mais c’est sur scène que la chanteuse est la plus présente. Avec plus de 500 concerts à son actif en Europe, une tournée en 2016, 2017 et 2018 en Amérique du Nord, une en Polynésie en 2016 et au Japon en 2017, Gaëlle Buswel se révèle être une véritable bête de scène.

Blues rock, à tendance folk, rock’n’roll et soul, servi par une production et des arrangements modernes (enregistrement et mastering aux mythiques Studios Abbey Road et ICP à Bruxelles), mais aussi par la voix tantôt teintée de nuances tantôt acidulée de cet auteur compositrice, Your Journey nous propose un voyage à la croisée d’influences diverses. Du classic rock à la ZZ top au blues rock de Beth Hart, en passant par des sonorités woodstokiennes, cet album concentre un univers riche et mélodique, ou l’amour du blues et du rock’n’roll à l’ancienne côtoie les arrangements instrumentaux et vocaux ainsi que les lignes de chant résolument ancrés dans la modernité.

L’album s’ouvre sur "Your journey", une première track blues rock (choristes en prime) qui peut rappeler le duo américain Larkin Poe sur leurs albums studio. "Last day" ravira les fans de blues rock à l’ancienne, grâce notamment aux riffs et solos de Michaal Benjelloun, qui accompagne la chanteuse depuis plusieurs années. Le refrain, plus pop, donne une touche de modernité à ce titre sans le faire basculer dans un côté trop mainstream. "All You Gotta Do" est ultra groovy, presque funky, et nous embarque dans le rock’n’roll bluzie des seventies. La wah wah enivrante finie le travail. C'est dansant, nul doute là-dessus ! Avec "Razor's Age", c’est un répertoire plus soul, rock’n’roll des seventies toujours, à grand renforts de piano et de chœurs. "Louder" explore quant à lui des dimensions hard rock, non sans conserver les éléments du blues rock’n’roll dont le piano et les chœurs. Enfin, "Just like the Wind" nous embarque pour le moment classic rock de l’opus. Progressive, cette track est tout à la fois mélancolique et lumineuse, voir presque explosive. L’introduction à la guitare acoustique ajoutant une autre singularité plaisante à cette ambiance si particulière. Des titres “ balades", à l’image d’"A Rose without a Storm" ou "What Might Have Been", classiques dans les albums de blues rock, ne sont pas à négliger. "What Might Have Been" est une promenade blues aux accents soul et rockabilly, langoureuse et suave, ou les riffs de guitare semblent jongler et vibrer dans un délire presque psychédélique. "A rose without a storm" est plus classique dans sa construction, plus folk aussi, mais reste une douce pause oldie. Le dernier titre de l’album, "Perfect Lullaby", concentre tout l’univers de cet opus. Un dernier bout de chemin et une conclusion lumineuse à cet album, tout en délicatesse et volupté.

Riche et varié, cet opus ne peut laisser indifférent tant la diversité des approches et des influences se fait ressentir tout au long de l’album. Gaëlle Buswel montre que non seulement le blues rock n’est pas que vestiges, mais que cette musique sait très bien s’adapter aux productions modernes. Plus métissé que son ancêtre, le blues se décline ici saupoudré de sonorités variées, et c’est une belle réussite. Une petite pépite pour les amateurs du genre.