Blue Lightning
Fred H
Journaliste

YNGWIE J. MALMSTEEN

«On ne peut que se s'incliner devant le sieur Malmsteen et son « Blue Lightning ». Préparez-vous à vous faire frapper par cet éclair bleu et à prendre un pied terrible. Braoum.»

12 titres
Neoclassical Power Metal/Shred
Durée: 50'50 mn
Sortie le 29/03/2019
5479 vues
MASCOT RECORDS
Pour toute une génération de sixcordistes (on peut citer pêle-mêle Jason Becker de Cacophony/The David Lee Roth Band, Michael Romeo de Symphony X, l'ex-Rhapsody of Fire Luca Turilli, Vinnie Moore d'UFO, Patrick Rondat, …), Yngwie J. Malmsteen est une référence absolue. En trente ans de carrière, le virtuose a collaboré avec de nombreux as du manche (dont Joe Satriani et Steve Vai pour le super combo G3) et aussi avec une kyrielle de vocalistes, de batteurs, de bassistes et de claviéristes. Le suédois a livré plus d'une vingtaine d'albums, s'est adonné au hard rock, au FM, au progressif, au metal, au (néo-)classique, … que ce soit en solo, en groupe (Rising Force) et même avec des orchestres philharmoniques.

Pour ce « Blue Lightning », le maestro a opté pour un mélange de revisites (au nombre de huit) et de nouvelles chansons (quatre au compteur). En ce qui concerne les covers, Yngwie a choisi de rendre hommage à plusieurs de ses (guitar) héros et de s'approprier des titres tout simplement cultes. Dans le genre affiliations évidentes, on trouve deux morceaux de Jimi Hendrix (c'est précisément le jour du décès de l'afro-américain que le jeune Lars Johan Yngve à décidé d'apprendre à jouer de ce curieux instrument) et autant de Richie Blackmore. Ces deux légendes étaient déjà très présentes dans le neuvième opus de Malmsteen « Inspiration » constitué uniquement de reprises et paru en 1996. Pour Yngwie, ces gars sont ses/des idoles. Regardez les fringues à franges des trois protagonistes et tout devient clair. Et puis, chacun d'eux joue sur... Fender stratocaster. Tout s'explique encore. Le scandinave s'attaque à des riffs qui font partis des plus célèbres de l'Histoire (avec un H majuscule) du Rock. Imaginez le fameux « Durh Durh Durh ... Durh Durh Durh Durh ... » de 'Smoke On The Water' ou le solo infernal de 'Demon's Eyes' de Deep Purple mis entre les pognes du praticien-adepte du manche scallopé. Le vertige, rien de moins. Pareil avec ses adaptations des 'Foxey Lady' et 'Purple Haze' du génial et innovateur guitariste gaucher. Grands coups sur la manette de vibrato par ci ou déclenchements de pédales wah-wah par là.

Attendez ce n'est que le début. Vous voulez des icônes ? Le natif de Stockholm se frotte aux (The) Rolling Stones et à Eric Clapton, C'est carrément le 'Paint It Black' de Keith Richards et sa bande qui est ici dynamité tout comme le 'Forever Man' du ''God''. Pour cette piste, le prodige de 56 piges a indiqué avoir voulu ''essayer des choses et elles ont ponctionnées'' (comme par exemple la piste de chant expédiée en une seule prise, et hop). Tu m'étonnes que ça marche. La technique du bonhomme est impeccable. Ce n'est pas ses notoires bagouzes qui vont entraver son jeu unique. Les derniers monstres revus sont aussi des institutions (normalement) intouchables. Le maître ose, s'amuse, et nous livre de ses mains expertes ses versions de 'While My Guitar Gently Weeps' des (The) Beatles et du 'Blue Jean Blues' des barbus de ZZ Top. Quel talent, quelle insolence. Notre quinquagénaire témoigne aussi de son respect et son amour pour le blues (style qui a nourri son esprit artistique pendant longtemps). Cela se ressent principalement sur les nouvelles compositions proposées ('Blue Lightning', le groovy 'Sun's Up Top's Town' ou 'Peace, Please'). Notez que les heureux détenteurs de la version vinyle ou CD deluxe pourront se délecter de deux plages bonus ('Little Miss Lover' et 'Jumping Jack Fish').

Que l'on soit simple fan de musique Rock, jeune grattouilleur ou technicien amateur de shred, de picking et autres arpèges, on ne peut que se s'incliner (prosterner ?) devant le sieur Malmsteen et son « Blue Lightning ». Préparez-vous à vous faire frapper par cet éclair bleu et à prendre un pied terrible. Braoum.
YNGWIE J. MALMSTEEN
Plus d'infos sur YNGWIE J. MALMSTEEN
Neoclassical Power Metal/Shred