WOLFHEART
Plus d'infos sur WOLFHEART
Melodic Death Metal
Chroniques

Constellation Of The Black Light
Enora
Journaliste

WOLFHEART

«« Constellation Of The Black Light », un album qui témoigne que Wolfheart n'a pas fini de gagner en puissance et en beauté et qui ajoute encore au prestige des prodiges du Melodic Death Metal»

7 titres
Melodic Death Metal
Durée: 42 mn
Sortie le 28/09/2018
4105 vues

Depuis 2013, les Finlandais de Wolfheart se sont imposés comme des incontournables de la scène Melodic Death Metal. En quatre albums et de très nombreuses tournées, le groupe a su faire valoir sa maîtrise technique, sa sensibilité et la finesse de ses compositions. « Constellation Of The Black Light » vient confirmer leur suprématie et saluer, une nouvelle fois, leur incroyable talent !

Les guitares acoustiques font de la douceur et de la majesté les morts d'ordre de ‘Everlasting Fall', qui ouvre cet album par une errance musicale et poétique de dix minutes. Puis ce sont des flots tourmentés nous happent dès les premières notes de ‘Breakwater'. Un riff de guitare démoniaque et tourbillonnant s'empare de nous et nous entraîne dans des profondeurs inquiétantes. La batterie de Joonas Kauppinen est survoltée et contraste à merveille avec le scream du frontman, doublé de voix claires, certaines apportant une touche de douceur. Le morceau tire sa force de ce contraste entre violence et grâce. Wolfheart nous a habitués à des albums de qualités mais l'ouverture de ce nouvel opus est prodigieuse de beauté ! ‘The Saw', qui se démarque par un mixage très différent et presque étouffé par moments, ne tarde pas à résonner dans le lointain. Les guitares de Tuomas Saukkonen et Mika Lammassaari se répondent avec une mélodicité exacerbée, accompagnée de touches fantomatiques de piano. Rapidement, la chanson prend un tournant plus agressif mais reste lumineuse d'élégance et de virtuosité. Avec ce titre, Wolfheart n'a plus rien à envier aux meilleurs morceaux d'Insomnium, groupe légendaire s'il en est dans la scène Melodic Death Metal.

Etrangement, ‘Forge With Fire' semble plus mélancolique et plus profond, sans doute également grâce aux sons de cordes, comme si la complexité des sentiments que le groupe a voulu exprimer trouvait sa parfaite transposition en musique, mettant par ailleurs la basse en avant grâce à une ligne rythmique incroyable de force ! Avec ‘Defender', le groupe renoue avec l'aspect plus épique du genre, mettant de côté les préoccupations purement mélodiques pour se tourner vers une rythmique plus entraînante et parfaite pour headbanguer, des claviers majestueux, des guitares relativement en retrait, et un scream énergique qui nous guide et qu'on suit aveuglément tant il a fait ses preuves par le passé, sur album comme en live. Que les amateurs de soli se rassurent, Wolfheart ne vous a pas oublié ! ‘Warfare' ne ressemble pas aux autres compositions du groupe, s'appuyant sur des graves et sur une batterie frénétique que des screams gutturaux et explosifs ne tardent pas à accompagner. Le groupe donnerait presque l'illusion de s'être penché sur les classiques du Black pour en tirer quelques leçons et les transposer à leur univers, toujours aussi froid et majestueux. La chanson porte bien son titre tant la violence de la guerre se fait sentir au fur et à mesure qu'on s'enfonce dans ce chaos mélodieux. Le groupe persévère sur sa lancée avec ‘Valkyrie' et ses riffs ronflants à l'efficacité militaire sur lesquels viennent se poser quelques notes de piano. La ligne rythmique, assurée par une batterie que rien n'arrête, sert d'assise à des envolées aux acrobatiques aux guitares.

« Constellation Of The Black Light » témoigne que Wolfheart n'a pas fini de gagner en puissance et en beauté et que le groupe ne se repose pas sur ses lauriers après les excellents « Tyhjyys » (2017), « Shadow World » (2015) et leur tout premier opus, déjà très prometteur, « Winterborn » (2013). On ne vous cache pas notre hâte de découvrir ce nouvel album en live lors de la tournée européenne du groupe avec Omnium Gatherum à qui ils pourraient bien voler la vedette.