Winterider
Enora
Journaliste

EVERFROST

«« Winterider », un album plus que moyen tant la qualité de la seconde moitié de l'album met en exergue les défauts de la première »

10 titres
Symphonic Power Metal
Durée: 59 mn
Sortie le 06/09/2019
255 vues

La carrière d'Everfrost démarre l'année de leur premier album, « Blue Eyed Emotion », en 2015. Le groupe finlandais ne perd pas de temps et sort un EP, « Appetite for Candlelight » en 2017, suivi d'un live-album, « A Cold Night Out », l'année suivante. En 2019, ils n'ont toujours pas calmé le jeu puisque voici un second album intitulé « Winterider ».

L'entrée en matière est débordante d'énergie et fait honneur au titre éponyme, porté par des claviers orchestraux, des guitares fougueuses et un chanteur déterminé à emporter ses auditeurs dans son sillage ! Nul doute qu'il ne faudra pas longtemps aux amateurs du genre pour se mettre à agiter la tête. Mais voici déjà ‘Juhannus in January', dans un registre de chanson de Noël old school et presque ringarde. Le contraste avec le premier morceau est de taille, tout autant que notre déception de voir le groupe tomber dans une pâle copie de la mauvaise période de Sonata Arctica… Et ce n'est malheureusement pas avec ‘Chainlace Angel' que le groupe remonte la pente, bien qu'on constate une petite amélioration. Le clavier de Benjamin Snowkid et la ligne rythmique manque cruellement de modernité. Malgré un mixage qui met joliment en avant la basse d'Allan Hasanen, ‘Actraiser' reste dans l'ensemble très moyen, n'apportant décidément rien de nouveau et répétant les faiblesses déjà soulignées.

Après cette période difficile, ‘Cold Night Remedy' arrive à point nommé pour redorer le blason du groupe avec une chanson énergique, bien pensée et merveilleusement exécutée puisque la technicité est l'un des points forts du groupe ! Finalement, Everfrost ralentit un peu la cadence et signe une petite power ballade assez charmante et efficace avec ‘Above the Treeline'. C'est sur cette bonne lancée que le groupe nous propose ensuite la solaire ‘Brandy and Antifreeze' qui doit être très puissante et entraînante en live ! Ceux qui se souviennent de Ke$ha et qui apprécient le talent que les groupes de Metal ont à reprendre des tubes R'n'B peuvent se réjouir à l'écoute de la groovy et plutôt bien faite ‘Die Young'. Baroque et parfois un peu trop étouffant dans sa surenchère mélodique, ‘Darkwoods Drain Backwaters' reste un bon point sur cet album. ‘A Whisper in a Frozen Tale' permet de conclure sur une note positive pour ceux qui auront eu la patience de rester jusqu'au bout.

« Winterider » est un album plus que moyen tant une bonne moitié de l'album est une pure et simple déception, d'autant plus regrettable que la seconde moitié ainsi que le morceau éponyme, ne l'oublions pas, témoigne du talent du groupe et de sa bonne volonté. Everforst ne convainc pas totalement mais il serait avisé de garder un oeil sur la carrière du groupe.


EVERFROST
Plus d'infos sur EVERFROST
Symphonic Power Metal