Tasty Nasty
Enora
Journaliste

WILSON

«« Tasty Nasty », un must-have musical et un déferlement de pur bonheur porté par des chansons énergiques, des rythmiques groove, des guitares sensuelles et une voix solaire»

11 titres
Rock
Durée: 36 mn
Sortie le 24/08/2018
2616 vues

Wilson est un groupe originaire de Detroit dans le Michigan et formé en 2010. Après un premier album, « Full Blast Fuckery » sorti en 2013, suivi de « Right to Rise » en 2015, le groupe se fait finalement remarquer en Europe en accompagnant Halestorm dans sa tournée de 2016. Voyons si l'énergie, la sensualité et le groove du groupe sont toujours autant au rendez-vous avec « Tasty Nasty » !

L'énergie monte lentement, nous vrille les tympans puis éclate sur la très dansante « Dumptruck » où on retrouve les guitares rugissantes de Wilson, qui nous ont bien manquées depuis « Right To Rise », leur album de 2015. La diction est moins agressive, plus rythmée que sur le précédent opus du groupe et on se rapproche un peu plus des ambiances qu'on peut retrouver chez des groupes comme Royal Republic, avec un poil plus de fougue et de sauvagerie. La voix de Chad Nicefield est toujours aussi séduisante et virile, habillant à merveille les compositions instrumentales de ses camarades. On commence fort, vraiment très fort ! « Wrong Side Of History » est un peu plus old school et les riffs de guitare tout comme la rythmique nous emportent sans peine, grâce à un groove inné que les groupes américains ont décidément dans les veines ! Quelques interventions de voix parlées apportent la touche de folie qui caractérise toujours ce groupe. Il y a déjà quelques temps, Wilson avait dévoilée le clip de « Like A Baller » et on vous confirme qu'elle est toujours aussi irrésistible ! Le groupe mobilise quelques références Rap, en particulier dans la diction, en filigrane et, associées à leur Hard Rock chaud et sensuel, leur efficacité est démultipliée !

Pour ceux qui s'attendaient à retrouver le Rock sec et parfois agressif de « Right to Rise », autant vous dire tout de suite que le groupe a finalement poursuivi son trajet dans une voix plus proche de ce qu'ils avaient ébauché avec la plus légère « Give 'Em Hell ». Alors que Kyle Landry assure un riff solide, Jason Spencer se promène avec force soli purement Rock et qui peuvent rappeler Halestorm, pour notre plus grand plaisir, vous vous en doutez bien ! Le morceau ne cesse de se complexifier, ajoutant des choeurs et des éléments mélodiques au point qu'on se retrouve bientôt au coeur d'une créature vivante, d'une entité musicale animée. On passe à quelque chose de plus posé et Hip Hop avec la tranquille « Summertime Treat (Tasty Nasty) » sur laquelle on a même droit à quelques notes de cuivres sur les guitares totalement sudistes du groupe ! Les choristes, Kyle Landry et James Lascu assurent un superbe travail et contribuent à l'ambiance solaire du morceau. L'ouverture de « Act My Age » a quelque chose de juvénile, dans la musique comme dans les paroles, mais un hymne à la jeunesse et aux plaisirs simples de la vie ne fait jamais de mal, surtout avec une mélodie Punk aussi simple et entraînante que celle-ci ! Les plus intransigeants pourraient avoir du mal avec « Spanish Coffee » qui mêle des éléments musicaux d'univers totalement opposés, mais Wilson parvient (encore et toujours) à en faire une chanson dansant et avec un vrai univers alors on se laisse porter.

Avec « Money (Money Money Money) » on découvre une composition plus sobre et beaucoup plus proche de groupes comme Royal Republic avec qui le parallèle semble s'imposer sur cet album ! Choeurs, cuivres et rythmique groove sont les maîtres-mots de ce petit bijou des amateurs de Rock dansant et facile ! Tous les atouts de la musique américaine des cinquante dernières années sont condensés en un morceau que Wilson nous offre avec énergie et bonheur, mené par leur explosif duo basse-batterie formé de James Lascu et Matt Puhy. Décidément, le groupe brouille les pistes avec la dissonante « Fuck Up My High », bien plus énervée que les autres titres et qui ravira sans doute les nostalgiques de leur précédent album puisque nos Américains s'en donnent à coeur joie sur leurs guitares saturées. Chad Nicefield dépasse toutes nos attentes tant il incarne à la perfection son rôle de frontman avec une voix parfaite et un investissement total à sa prestation ! Le groupe se fait un peu plus vicieux avec la surprenante « House Of Fuckery » qui nous absorbe totalement avec ses références musicales old school et son énergie débordante. Le message est clair : « If you have a problem with them, you have a problem with me! ». Et on finit avec des guitares plus douces et un beat rythmique plus léger sur « Everyone Gets A Round On Me » qui évoque totalement les chansons américaines pour teenagers. On peut trouver ça un peu niais mais ça donne toujours le sourire !

« Tasty Nasty » est un album réussi d'un bout à l'autre et qui ne souffre d'aucune fausse note ! Wilson remporte son pari, qui pouvait sembler risqué, de dévier un peu de la ligne directrice pourtant très clairement définie dans ses premiers albums pour prendre un virage vers un univers musical plus ouvert à toutes les influences de la musique américaine et son groove légendaire !