WIEGEDOOD
Plus d'infos sur WIEGEDOOD
Black Metal

De Doden Hebben Het Goed III
Herger
Journaliste

WIEGEDOOD

«Pour le dernier album de cette trilogie, Wiedegood a synthétisé le meilleur des deux derniers albums. Encore une réussite pour le collectif de la Church Of Ra. Un de mes coups de coeur de ce début d'année.»

4 titres
Black Metal
Sortie le 20/04/2018
6042 vues
Le groupe belge Wiegedood ne perd pas de temps, car il publie en ce mois d'avril son troisième album ''De Doden Hebben Het Goed III'' (Century Media), qui finit la trilogie des ''De Doden Hebben Het Goed'', que l'on peut traduire du flamand comme la mort subite du nourrisson.

Ce groupe appartient au mouvement Church of Ra, qui compte également les fabuleux Amenra dont le bassiste Levy Seynaeve se retrouve au chant et à la guitare pour Wiedegood. Les deux membres restants sont musiciens dans Oathbreaker et Rise And Fall.
Cet album fait la synthèse des atmosphères du premier et l'agressivité du second.

Le premier morceau intitulé ''Prowl'' part sur un rythme enlevé où les riffs sont sacrément rapides avec des passages mid tempo rares. C'est une musique brutale qui rappelle l'album précédent. On a même droit à un très beau solo dans un style où ce type de démonstration n'est pas des plus utilisées.

Le chant propose des screams caractéristiques du black, dans un registre haineux et agressif (pour ma part je les apprécie beaucoup), alors que d'autres rappellent ceux d'Attila sur ''Freezing Moon'', plus graves et malsains.

''Doodskalm'', le second titre repart sur des rythmes apocalyptiques où les blast sont rois. Ce déluge de riffs se poursuit jusqu'à la moitié du titre où l'ambiance va vers des sonorités plus mélancoliques et douces avec de beaux arpèges. Le morceau se finit sur des passages mid tempo de belle facture. Tout au long du morceau, Levy démontre son talent avec des cris déchirés et agressifs.

On passe au gros morceau de cet album, qui est aussi le titre le plus important intense : ‘'De Doden Hebben Het Goed'', avec des accords dissonants introductifs à l'atmosphère lugubre, laissant place à des riffs endiablés qui me plaisent beaucoup. On trouve un pont central dans les même sonorités que l'introduction. Les lignes de fin sont rapides et dures. Un bon moment, comme le reste de l'album.

La dernière composition se nomme '' Parool'', aux rythmes effrénés et haineux qui se terminent sur des passages tout aussi sombres mais légèrement moins rapides.

Enfin, la cover reste dans la continuité des précédents albums. La photo a été prise dans les plaines flamandes, à priori à proximité de là où habitent les membres du groupe. Cette représentation en bois fait très Blairwitch.

Pour le dernier album de cette trilogie, Wiedegood a synthétisé le meilleur des précédents albums. Encore une réussite pour le collectif de la Church Of Ra. Un de mes coups de coeur de ce début d'année.