WARBRINGER
Plus d'infos sur WARBRINGER
Thrash Metal
Chroniques

Weapons Of Tomorrow
Kevin Montron
Journaliste

WARBRINGER

«Qui attend avec sagesse sera récompensé en temps voulu, ainsi vient le nouvel album de la bande à John Kevill.»

10 titres
Thrash Metal
Durée: 51 mn
Sortie le 24/04/2020
1402 vues
Warbringer, la formation Thrash californienne que l'on ne présente plus, revient après trois ans de silence avec son sixième album studio "Weapons of Tomorrow" sous le label Napalm Records.

On connaît Warbringer pour ses albums aux rythmes effrénés et leurs riffs rapides. Le groupe ne nous déçoit pas sur ce point. L'intro de 'Firepower Kills' avec ce shred de qualité et cette caisse claire en mitrailleuse assassine nous annonce que l'on ne va pas s'ennuyer. Place à la tempête ! 'The black hand Reaches Out' viendra nous rappeler le son traditionnel du Thrash, tandis que 'Crushed Beneath The Tracks' viendra se faire un plaisir de se placer sous le signe du Death avec des solos rapides et aigus. Le morceau 'Defiance of Fate' est un bon compromis entre le Black et le Thrash, avec cette voix basse, lugubre mais qui ne manquera pas de profondeur en première partie de morceau. Le combo Basse et Clavecin sur l'intro de 'Heart of Darkness' nous emmènera vite dans les ténèbres comme l'indique le titre. Une basse technique et très présente tout au long du titre.

Parlons-en de la basse. Chase Bryant, évoluant déjà sous la bannière du groupe Thrash Prog canadien Oni, vient remplacer Jesse Sanchez. Chase fait ses premières armes sur cette galette et réussi à intégrer ses influences prog au son de Warbringer, ce qui donne une agréable dimension à certains titres.

Passé cet aparté, on attaque la dernière partie de l'album, avec toujours autant d'entrain. 'Outer Reaches' réveillera le fan de Slayer en chacun de nous. Ne nous laissons pas avoir par ce doux arpège au début de 'Notre Dame (King of Fools)', le bridge avec ce solo un poil plus lent que les autres laisse vite place à une fin cataclysmique.
'Glorious End' viendra sonner la fin de ce disque. Ses sonorités power et speed donneront un côté épique (et donc glorieux ?) au titre.

Trois ans après «Woe to the Vanquished», Warbringer nous sert un album de qualité. Les influences Slayer et Testament sont toujours présentes et toujours aussi bien exploitées. Le groupe se sert un peu dans tous les genres pour nous concocter ce disque. Sans oublier leur son de base ni leurs origines, le tout est cuisiné tel un plat quatre étoiles pour lequel on demandera volontiers du rab.