We are not your kind
United Rock Nations

SLIPKNOT

«Un album surprenant, mais excellent. Slipknot se renouvelle tout en gardant son identité, une réussite critique !»

14 titres
Metal
Durée: 63 mn
Sortie le 09/08/2019
2392 vues






Thib Grap
Journaliste




Julien Pingenot
Journaliste





La Chronique de Thib Grap



Slipknot fait son grand retour. Après un album précédent plus que critiqué et les récents déboires provoquant un changement de line-up (départ du percussionniste Chris Fehn #3, remplacé par un membre toujours inconnu et prénommé "Tortilla Man" par les réseaux sociaux), le groupe masqué nous surprend avec "W.A.N.Y.K", entre renouvellement et Slipknot tout craché. Lourdement teasé depuis plusieurs mois, voyons voir ce qu'il a dans le ventre.

Comme la tradition le veut, la courte introduction est nommée "Inser Coin". Ce sera très probablement l'introduction des concerts de la tournée à venir. Bien moins glauque que ce à quoi le groupe nous a habitué, elle débouche sur 'Unstained', déjà devenu un classique.

Parmi les chansons aisément reconnaissables comme étant du répertoire du groupe, on retrouve l'excellente 'Nero Forte', une très agréable surprise. Elle débute d'ailleurs avec un riff très rapide et progressif. Dans le même genre on retrouve 'Critical Darling', qui elle, démarre sur les chapeaux de roues. OUCH, difficile de respirer avec un tel enchaînement. Ce dernier nous proposé des couplets rapides. Le début des refrains a des riffs bien heavy et on retrouve un Corey Taylor en voix claire pour les compléter.

On met un coup la rapidité de côté pour passer aux titres plus heavy. "A Liar's Funeral" est très lourd d'ambiance. Le tempo est lent mais le titre n'en est pas moins technique. Déjà présenté quelques jours avant la sortie de la galette, "Birth Of The Cruel" entre dans cette sélection.

Plus expérimental, "Spiders" est le morceau qui fait sans doutes le plus parlé de lui. Il propose une ambiance très bizarre, plutôt glauque. Chanté uniquement en voix clair c'est sans aucun doute celui qui sera le plus vite oublié.

Ce que l'on peut dire c'est que Slipknot a réussi à relancer un superbe intérêt avec We Are Not Your Kind, et ce n'est pas décevant. De plus, les titres déjà joué en live lors de la tournée actuelle nous prouvent que l'on peut s'attendre à quelque chose de grandiose pour le W.A.N.Y.K tour 2020 qui passera d'ailleurs en France !




La Chronique de Julien Pingenot



La légendaire formation de l'Iowa, qui très récemment fêtait les 20 ans d'existence de son premier effort et devenu l'hymne d'une génération, revient en ce caniculaire mois d'août 2019 avec son 6e album studio « We Are Not Your Kind ». Mais depuis 1999, la bande de Des Moines a fait énormément de chemin qui, en dépit de la violence de sa musique, est rapidement devenu un des plus gros groupes de metal de notre époque, grâce notamment à des performances scénique complètement folles.

Slipknot s'est fait connaître grâce à une musique radicale et une imagerie directement empreinte de l'horreur/épouvante qui se traduit par le port des masques notamment. Les masques devenus une véritable marque de fabrique des américains, qui à chaque albums, s'efforcent à les faire évoluer. Ces masques se doivent, par essence, d'être dérangeants, plus le masque est perturbant, plus nous avons l'impression de faire face à une bande inhumaine délivrant une musique cauchemardesque. Même si tout fan rêve de retrouver les designs des premiers albums, pour cette nouvelle fournée, ils ont été inspiré les bougres ! Même si certains comme Mick (7) ou Jim (4) gardent le même design des albums précédents. Mais bon assez parler chiffon, place à ce « We Are Not Your Kind » !

Tradition oblige, chaque album du Knot s'ouvre par une piste instrumentale, et avec « Insert Coin » la case est cochée mais pour le coup est vraiment inutile. Je sais bien que c'est une introduction mais dans l'album éponyme voire « Iowa » cette piste instrumentale était vraiment perturbante et nous préparait avec la folie qui allait suivre, alors qu'ici rien ne se passe...mais bon passons...

Comme dit plus haut, ce qui caractérise Slipknot est une musique radicale et violente, et plus les années passent ainsi que les nouveaux albums sortaient, plus avoir des morceaux vraiment violents se faisait rare, on se rappelle de « Custer » de l'album précédent, mais après c'est tout. Depuis que « All Out Life » fut dévoilé pendant Halloween 2018, on pouvait entendre un morceau énervé, des guitares tranchantes, une batterie omniprésente et un Corey vraiment pas content (même si par moment cela semblait un peu forcé). Dans tous les cas, ce morceau donnait bon espoir sur ce que serait la nouvelle galette de la bande. On va le dire tout de suite, ce « We Are Not Your Kind » possède les morceaux les plus violents et rentre-dedans que le groupe ai pu écrire depuis l'album « All Hope is Gone ». En effet, dans les interviews, le groupe disait qu'il fallait voir ce nouvel album comme un retour aux sources, et bien pour coup, il y a du vrai (on se rappelle tous, Corey disant la même chose pour l'album précédent, et au vu du résultat nous étions en droit de douter).

Mais oui, en 2019, Slipknot sait encore écrire des morceaux très violents et sans concession ! Comme première grosse gifle, on a « Nero Forte » qui avec son break surpuissant mêlé avec un échange vocal entre Corey et les deux percussionnistes, cela nous donne un morceau d'une incroyable efficacité, qui est renforcé par son refrain rappelant le culte « My Plague ». Mais en terme d'efficacité, « Red Flag » remporte la palme. Ici, pas de refrain mélodique mielleux, non avec « Red Flag » c'est la pure agression, et que cela fait du bien ! De plus, ce sentiment de puissance est accentué par Sid et ses platines qui rend le morceau épileptique et pressant. Enfin, avec « Orphan », le groupe vient nous achever, le morceau est frénétique et d'une puissance folle.

L'atmosphère malsaine est quelque chose d'important pour le groupe, en effet les petits samples disséminés ça et là, apportent beaucoup de textures aux morceaux, les transitions « Death Because of Death » et « What's Next » en ce bons exemples. Ces petites expérimentations participent à rendre ce « We Are Not Your Kind » bien plus sombre que « All Hope Is Gone » et « .5, The Gray Chapter ». Certains morceaux transpirent de tristesse comme « A Liar's Funeral » avec un Corey touchant et impressionnant de maîtrise tant il arrive à insuffler de l'émotion lors des parties criées. Dans un autre registre, « Not Long for This World », est intéressante et participe grandement à l'atmosphère pesante de l'album.

Corey Taylor s'est imposé comme l'un des vocalistes les plus puissants, performants et respecté du milieu. En effet, il arrive sans aucun problème a faire d'énormes beuglements tout en enchaînant avec un chant clair et éthéré vraiment agréable. Et avec « We Are Not Your Kind », nous retrouvons un Corey énervé et surpuissant. En effet, sur des morceaux comme « Nero Forte », « Birth Of The Cruel », on retrouve un chant crié/rappé comme à l'époque, ou alors sur des morceaux comme « A Liar's Funeral », Corey alterne très bien entre chant clair et cris presque growls par moment. Bref, Corey est vraiment inspiré et c'est un réel plaisir !

Mais cet album n'est pas parfait non plus... En effet, un des gros reproches que l'on peut faire au groupe, c'est de composer des morceaux beaucoup trop mélodiques et pop pour du Slipknot. Même si des morceaux comme « Snuff » ou « Vermillion » se sont fait accepter au final, certains ne passent toujours pas et font tâche au sein de la discographie, comme l'inutile « Killpop » dans « .5, The Gray Chapter » et dans ce nouvel album, « Spiders » est dans cette mouvance. On se retrouve avec une rythmique au piano (on croirait un beat pour rapper), énormément d'électroniques, des guitares sur-distordues, pour pas grand chose au final. Pour le coup, c'est la réelle déception de cet album. De plus, après le morceau, l'album se perd et à vouloir être trop expérimental, cette deuxième partie perd en puissance et la dynamique puissante et imprévisible de la première partie n'est plus. Il suffit, d'écouter « My Pain » qui au final, apparaît comme un gros morceau de transition sans réel intérêt.

Petit mot concernant, ce retour aux sources. Certes, avec ce nouvel album on retrouve un peu la hargne d'époque, mais l'eau à couler sous les ponts, le groupe à grandi, maturé et aucun prochain album (y compris celui ci) ne sonnera aussi fou-allié et viscéral qu'un « Iowa ». Je dit cela car beaucoup de monde essaye de retrouver les sensations d 'époque, ce qui est louable, mais il faut aussi accepter que le groupe ai la volonté d'étendre son spectre musical au détriment de perdre certains éléments.

Au final, ce « We Are Not Your Kind » est une très bonne surprise ! En effet, nous faisons face à un groupe qui à réussi à faire son deuil de Paul, en partie exorcisé avec « .5, The Gray Chapter » et continue de tracer son chemin. Ce nouvel album, regorge de morceaux qui feront date et deviendront des hymnes pour les lives, mais aussi des petites perles comme « Critical Darling ». Malgré ce que l'on peut dire sur l'évolution musicale du groupe, il est indéniable que le groupe trace son propre chemin selon ses propres règles et visions, et nous délivre un album puissant, profond et fait avec une volonté qui leur est propre et qui reste quasiment inchangée depuis le début de carrière.