GRá
Plus d'infos sur GRá
Black Metal

Väsen
Anibal BERITH
Journaliste

GRá

«Grà s'affiche comme un groupe influent de la nouvelle scène black»

8 titres
Black Metal
Durée: 41 mn
Sortie le 27/04/2018
5204 vues
Formé en 2010, ce groupe de black metal suédois à la particularité d'être mené par Andreas Vingbäck plus connu sous le pseudo Heljarmadr, le frontman de Dark Funeral depuis 2014! Ce jeune et talentueux musicien a une activité débordante puisque nous le retrouvons également au chant dans Curser 13 et Domgård!
Toutefois c'est avec Dark Funeral et Grà que son travail reste le plus intense et c'est avec ''Väsen'', le troisième album de la formation suédoise, que nous allons nous intéresser à ce quintet.

Plus discret que Dark Funeral, Grà offre une alternative au black metal en proposant quelque chose d'assez conceptuel. Heljarmadr se fait plaisir en sortant des sentiers battus et en composant une musique plus personnelle sans la pression de Lord Ahriman qui cadre tout ce qui se fait au sein de Dark Funeral. Fort de deux albums, deux ep, singles et split, Grà évolue dans cet univers ténébreux en proposant une musique différente au fil de ses créations.

Avec ce troisième opus, les suédois distillent un black metal sombre et mélancolique aux touches old school et à l'ambiance horrifique. La galette est délivrée en 8 titres et plus de 40 minutes et adopte la langue maternelle du frontman sur la plupart des titres. Ce choix est pertinent et novateur car le rendu est bien plus impactant à l'oreille comme Tsjuder sait si bien le faire en screamant en norvégien.

Proposant un artwork sur fond de guerre 14-18 où l'on distingue un soldat se faisant tuer et s'affalant telle son ombre comme un arbre se déracinant, l'oeuvre en dit long sur la teneur du support!

Bien que le titre introductif ''Till sörjerskorna'' offre un départ musclé et agressif, ce n'est pas la marque de fabrique du quintet. Effectivement, l'auditeur est rapidement relayé vers une musique plus mystique où les riffs se font répétitifs et envoûtants. Le mid tempo est de rigueur comme sur l'ensemble du matériel même si les plans blastés restent présents et rudement efficaces. Le chant est pénétrant, il joue un rôle déterminant lors des plans musicaux mélancoliques.

Grà explore de nouvelles tendances en intégrant des samples horrifiques projetant instantanément l'auditeur dans un film d'horreur, plutôt raffiné que gore (''King of Decay'', ''Krig'', ''The Devil's Tribe'') et en insérant des plans rock progressifs (''Dead Old Eyes'') se mariant parfaitement aux touches épiques et old school s'inscrivant au gré des compositions dans des parties instrumentales plus aériennes (''Hveðrungs Mær'', ''Krig'', ''Gjallarhorn'').

Ainsi, l'ensemble du disque est bien construit et la tracklist judicieuse car elle fait naviguer l'auditeur au coeur des influences du groupe qui sont nombreuses. On ressent et on entend des types de mélodies qui nous font tendre l'oreille, mais assemblées à la façon Grà, ces mélodies distillent une ambiance unique faisant que l'on se laisse rapidement envoûter et surprendre par le disque. De plus les chansons sont de durées raisonnables (entre 4 et 5 minutes), exception faite de ''Krig'' et du titre éponyme en guise de clôture parfaitement intégrés et ne souffrant d'aucune lassitude.

Avec ce troisième album, Grà affirme un style qui lui est propre. Il s'affiche comme un groupe influent de la nouvelle scène black, en offrant quelque chose de novateur tout en sachant conserver les racines de cette musique au combien fascinante. A se procurer dès sa sortie le 27 avril 2018!

Anibal Berith