MAïEUTISTE
Plus d'infos sur MAïEUTISTE
Black/Doom Metal
Chroniques

Veritas
Beleth Ars Goetia
Journaliste

MAïEUTISTE

«Sans trop de surprise, Maieutiste parvient à nous sortir encore une fois un opus de haute volée tout en gardant sa personnalité si singulière. Une expérience musicale a écouter d'urgence.»

6 titres
Black/Doom Metal
Durée: 54 mn
Sortie le 04/10/2019
1745 vues

L'inclassable Maieutiste revient avec un nouvel album en ce début octobre. Toujours édité chez Les Acteurs des l'Ombre, ''Veritas'' se compose de six titres nous entrainant toujours plus loin dans ses ténèbres métaphysiques.

Originaire de Rhône-Alpes, le groupe se forme en 2006 sous l'impulsion d'Eheuje et de Keithan et grandit grâce à diverses collaborations jusqu'à accoucher en 2015 d'un premier opus éponyme (déjà chroniqué par nos soins). A l'heure actuelle, le groupe est piloté par Keithan (guitare, voix et compo) et Tmdjn (basse). Mélangeant à son Black Metal différentes influences allant du Prog au Doom, en passant par des points de Jazz, Maieutiste a su construire un univers personnel original et qualitatif.

Six titres, pour presque une heure de musique, on peut dire que le propos est dense, surtout que l'album alterne entre pistes courtes et plutôt instrumentales ('Veritas I', Suspiramus'). Quatre titres se taillent la part du lion, la grosse baffe bien méchante 'Infinitus', le perché bien prog 'Universum', le final magistral 'Veritas II' et 'Vocat', beaucoup plus prog et atmosphérique, scindant le morceau en plusieurs parties distinctes et pourtant cohérentes, alternant de longue plages atmosphérique et moments beaucoup plus bordéliques et invraisemblables.

Cet album fait la part belle à l'épique et aux belles envolées lyriques, comme sur 'Veritas II', qui vient clore de manière magistrale ces 6 morceaux, avec son alternance de montée en puissance forte et de guitares sèches toute en arpèges.
En outre, si le propos de ''Maieutiste'' (2015, LADLO) était plus tourné vers le Jazz, ce ''Veritas'' se tourne indéniablement plus vers la musique Baroque, comme en témoigne l'intermède 'Suspiramus', baigné en entier dans cette musique avec ses cordes, sa guitare sèche pleine d'arpèges et son chant clair plaintif et délicat. Et que c'est beau ! Cet aspect se retrouve tout au long de ces 6 titres, notamment sur le dense 'Universum'.

Terminons par la petite favorite de votre journaliste, 'Infinitus'', grosse baffe s'il en est, déferlement complexe de sons lourds et de batterie assassine, qui débute sans trop de pincettes par un cri sorti des abysses, rauque et grave au possible. Dissonant, complexe, le morceau casse le rythme dès le début en faisant place à un passage lent, mystérieux et acoustique, ou la voix se fait murmure et ou les guitares acoustiques se perdent peu à peu dans des arpèges entêtants et lancinants, juste avant de déchainer les Enfers. Le rythme bien bourrin reprend pour ne plus jamais s'arrêter, étant simplement adouci de temps en temps par des voix claires scandant le refrain de manière incantatoire. Un mélange d'une efficacité monstre, montrant toute l'étendu des capacité de Maieutiste.

Sans trop de surprise, Maieutiste parvient à nous sortir encore une fois un opus de haute volée, transcendant à la fois le Black Metal, le Metal Progressif et la musique Baroque. Si le groupe parvient à ancrer encore un peu plus sa patte dans la scène Black Metal française, cet opus permet également au label des Acteurs de l'Ombre de démontrer son goût certain en la matière. Une belle réussite.