Venenum
Anibal BERITH
Journaliste

BAEST

«Malgré une année très chargée, Baest propose un album de qualité, inspiré, bien produit et parfaitement finalisé !»

10 titres
Death Metal
Durée: 44 mn
Sortie le 13/09/2019
413 vues

Baest est LA valeur montante du Death danois ! Formé en 2015 à Aarhus, le quintette formé de Mattias Melchiorsen à la basse, Sebastian Abildsten à la batterie, Lasse Revsbech et Svend Karlsson aux guitares et de Simon Olsen au chant, enchaine les concerts, les représentations télévisées, les diffusions radio et les victoires avec pas moins de deux récompenses aux Gaffa awards (spectacle danois de musique populaire organisé chaque année depuis 1991 initié par le magazine de musique danois Gaffa) dont celle du meilleur album metal 2019 !

A peine le premier opus sorti (''Danse Macabre'' en août 2018) et la tournée terminée avec notamment Abbath, Hatebreed, Dying Fetus, Entombed A.D., et Decapitated au cours de festivals prestigieux tels que le Summer Breeze, Ruhrpott Metal Meeting, Copenhell, Roskilde, Royal Metal Fest, Eurosonic, Baest nous pond un second album pour la rentrée 2019 via Century Media.

Intitulé ''Venenum'', ce second méfait a été enregistré au FinlandStudio, mixé et mastérisé par Andreas Linnemann au Hop House Studio. Dans la continuité du précédent opus, les danois restent influencés par les plus grands noms du death old school et précisément par Death, Morbid Angel, Cannibal Corpse, Nile et Bolt Thrower dont nous retrouvons en bonus track, la chanson ''No Guts, No Glory '' enregistrée en 2017, remastérisée et remixée.

Globalement délivrant un son lourd dans une ambiance oppressante, le quintette danois varie son art avec brio en proposant sur chacune des neuf pistes une alternance de tempos lourds et dynamiques par la maîtrise du mid tempo de Sebastian Abildsten.
Son de guitare se rapprochant de celui d'une tronçonneuse pour les parties rythmiques, ça ne manque pas de parties mélodiques voire de soli (''Heresy'' et ''As Above So Below'' et ''Empty Throne'').
Le tout est magnifié par le growl sombre et caverneux du frontman Simon Olsen qui accentue le côté malsain des compositions telles que ''Vitriol Lament'' ou ''Gula'' sur laquelle on retrouve un relent de Cannibal Corpse lorsque ces derniers savent se faire pesants.
La particularité de la musique des danois réside dans le fait que leur musique est dissonante conférant ainsi un caractère dérangeant. On retrouve cette caractéristique sur ''Nihil'' en particulier, cette dissonance s'apparentant presque à des riffs orientaux tels que Nile a su les créer.
L'album suit ainsi une trame à la fois brutale et ténébreuse avec notamment le titre éponyme et son riff lancinant et ''Heresy'' même si ce dernier offre un court passage groovy si cher au death old school tout comme ''As Above So Below''.
Ce dernier morceau qui ne manquera pas de nous rappeler clairement la Schuldiner's touch par son intro toute aussi complexe que mélodique !
Baest ne saurait être Baest s'il n'intégrait pas des riffs à la Bolt Thrower, car au-delà du cover du dernier titre de la galette, le quintette a su s'inspirer des britanniques sur l'excellent ''Sodomize''; on pourrait presqu'entendre Karl Willetts dans le creux de l'oreille lors du déferlement du texte !

Malgré un album venu tout juste un an après ''Danse Macabre'', une année très chargée en communication audio et télévisée et un enchaînement de festivals à travers l'Europe, le quintette Danois propose un album de qualité, inspiré, bien produit et parfaitement finalisé ! Une agréable surprise pour cette rentrée 2019 et une tournée européenne avec Aborted et Entombed AD (en promotion de leur nouvel album ''Bowels of Earth'' paru le 30 août) pour la promotion de ce dernier ! Bon vent !
BAEST
Plus d'infos sur BAEST
Death Metal
Chroniques