ENSLAVED
Plus d'infos sur ENSLAVED
Progressive Black/Viking Metal
Chroniques

Utgard
Julien Pingenot
Journaliste

ENSLAVED

«Ce quinzième album d'Enslaved, nous montre une nouvelle fois le grand savoir-faire des norvégiens pour nous proposer des albums d'une grande richesse et très abouti. »

9 titres
Progressive Black/Viking Metal
Durée: 44 mn
Sortie le 02/10/2020
603 vues

La légendaire formation norvégienne revient en ce début octobre avec son quinzième album "Utgard". Pour les quelques uns du fond qui ne connaissent pas, Enslaved se forme en 1991 en Norvège, en pleine explosion de la deuxième vague black metal norvégienne. Et au travers d'un Black Metal très influencé par Bathory notamment, ils nous content des récits et légendes vikings et nous donne des albums de références que peuvent être "Eld" et surtout "Frost", album dont certains morceaux sont encore joué en live aujourd'hui. Mais comme beaucoup des pontes du Black Norvégiens, leur musique à évolué. Après une première période purement Black Metal, Enslaved à commencer à intégrer des éléments plus progressif à sa musique, c'est notamment avec l'album "Monumension" que ce changement de direction commence à réellement se faire ressentir. Depuis, Enslaved n'a de cesse de toujours plus expérimenter et étendre son spectre musical, et arrive aujourd'hui à proposer une musique qui leur est propre. Il y a trois ans sortait : "E" qui fut un grand coup de cœur pour moi, voyons ce que ce "Utgard" va donner.
 
Avec quatorze albums à son actif, on pourra croire que les norvégiens vont se reposer sur leur acquis et nous proposer toujours les mêmes albums mais non, ils arrivent toujours à trouver la petite chose qui rende un album unique et digne d'intérêt d'écoute. Alors, oui "Utgard" n'est pas une redéfinition de la musique d'Enslaved et il est plutôt dans la continuité de "E" mais le groupe arrive toujours à proposer de nouveaux morceaux assez inventifs et instinctifs sans que cela paraisse être du réchauffé d'autres albums. Et puis, à aucun moment, j'ai l'impression que le groupe ne se force pas à composer, au contraire plus Enslaved se détache des codes du Black, plus ils s'amusent.
 
Mis à part le chant si caractéristique de Grutle Kjellson, membre fondateur et bassiste/vocaliste, ainsi que quelques riffs caractéristiques comme sur "Flight Of Though And Memory" ou "Fires in the Dark" qui peut rappeler Dimmu Borgir, la composante Black Metal se fait de plus en plus fine dans les compositions du groupe. Mais à la place, nous avons une musique dense en influences parfaitement digérées et comprises qui permettent au groupe de toujours plus explorer son univers musical.
 
Avec "Fires In The Dark" et "Jettegryta", Enslaved nous donne deux morceaux qui sont dans la droite lignée des derniers albums, des titres entraînants, aériens et avec cette touche de mystique dans les compositions qui fait toute la sève de la musique des norvégiens. "Homebound" est plus direct dans son approche et nous démontre les formidables capacités vocales de Hakon Vinje, qui arrive à moduler son chant à merveille et délivre un refrain émouvant et puissant. Le spoken word "Utgardr" créer une scission dans l'album. En effet, c'est suite à ce dernier que le côté expérimental et psychédélique du groupe se fait le plus sentir. Déjà "Utgardr" est hors du temps, avec cette voix mystique qui nous parle, pendant deux minutes, le temps s'arrête. Puis le psychédélique "Urjotun" continue de nous plonger dans ce monde de songes empli de mysticisme. Jusqu'à la fin de l'album, les norvégiens nous font voguer au gré des notes et dévoilent des endroits de ce monde qu'est Utgard. Des coins plus sombres avec "Flight Of Though And Memory" voire dangereux comme sur "Storms Of Utgard" puis se termine en apothéose avec le très planant et calme "Distant Season". Incroyable !
 
Au final, ce quinzième album d'Enslaved est une grande réussite. Chaque morceau est un délice et la richesse de l'album fait que chaque nouvelle écoute diffère de la précédente. D'ailleurs, je recommande l'écoute au casque dans le noir pour s'imprégner au mieux de l'ambiance rêveuse et planante de "Utgard".