Urkraft
Enora
Journaliste

DELIRIUM

«« Urkraft », un second album tout à fait honorable, bien pensé et propre qui n'est pas encore un immanquable du genre mais à travers lequel Delirium affirme son univers et sa créativité»

8 titres
Pagan Metal
Durée: 36 mn
Sortie le 12/04/2019
432 vues
MDD RECORDS

Delirium est un quintet allemand formé en 2006 à Ippesheim, en Allemagne. Evoluant d'abord sur la scène Death Metal, le groupe a changé de direction après le départ de Sascha, le membre fondateur, pour raisons de santé. Les influences mythologiques se multiplient alors dans la musique du groupe et « Asatru », leur première démo, sort en 2009, suivie de l'album « Frankenblut » en 2011. Mais c'est aujourd'hui sur « Urkraft » que nous nous concentrons !

En quelques instants, Delirium pose le cadre de cet album dans une lignée Pagan à influences plus sombres avec ‘Panzerreiter'. Les guitares posent une ligne simple mais entraînante sur laquelle les amateurs du genre ne se feront pas prier pour agiter la tête, renforcée par la batterie. Le scream de Manuel semble prendre ses distances, flottant au dessus de la mélodie principale et rappelant l'ambiance froide de certains groupes de Black. Plus agressif et incisif, voici ‘Mitternacht im Teufelsgrund', qui joue sur des contrastes avec des passages plus solennels en chant clair dans les graves. En deux titres, le groupe semble déjà définir les contours d'un univers musical clair aux références précises. Les graves et la basse de Björn dominent sur ‘Der schwarze Jobst II', plus lancinant et caverneux et qui permet de découvrir un peu plus en détails les propositions des musiciens. En apparence plus old school, ‘Der Meistertrunk' s'appuie sur des éléments classiques qui en feront un bon morceau de live !

‘Moosweibla' se positionne dans un esprit similaire au titre d'ouverture, ‘Panzerreiter', avec une rythmique efficace. L'atmosphère générale est guerrière et on saura apprécier les efforts de Delirium pour ne pas proposer un Folk grand spectacle ni quelque chose d'à la croisée du Black mais plutôt un entre-deux dans la nuance et l'humilité. Puissance brute et énergie primitive sont au rendez-vous sur l'entêtante mais sobre ‘Ewiglich in Stein'. La lourde distorsion sur les guitares de Tobias et Steffen contraste avec la ligne mélodique presque Hard Rock de ‘Die Muehlhex' que les screams du frontman habillent merveilleusement, créant une rencontre entre deux univers qui, en apparence, ne devraient pas se mêler, mais qui, lorsque c'est fait avec intelligence, s'associent avec succès. Le titre éponyme signe la conclusion de cet opus et vous pouvez le découvrir un peu plus bas.

« Urkraft » est un second album tout à fait honorable, bien pensé et propre. Si on ne se trouve pas encore face à un immanquable du genre, Delirium affirme son univers et sa créativité à travers un opus qui fera des heureux !


DELIRIUM
Plus d'infos sur DELIRIUM
Pagan Metal