Unease & Unfairness
Carmziofa
Rédacteur en Chef

SILENCE OF THE ABYSS

«En passant de Gojira à System Of A Down, Silence Of The Abyss grave dans le marbre son identité musicale unique faite de gros riffs, structures complexes, chant de haut vol et rythmique techniquement impressionnante.»

9 titres
Durée: 40 mn
Sortie le 20/03/2020
742 vues
Et si la nouvelle révélation métal française venait de Corse ? Au sein de la rédaction nous sommes nombreux à croire que Silence Of The Abyss a tous les atouts pour devenir un groupe majeur en France et à l'international. Composé de 3 membres, Jean-Bernard Flores (chant), David Santucci (chant / guitare) et Diane Giannelli (batterie / chant), Silence Of The Abyss publie son tout premier album après un premier EP paru en 2017.

Ce qui fait la force de Silence Of The Abyss c'est son identité musicale propre. Et même si les influences de Gojira, de System Of A Down, de Slipknot ou de Machine Head transpirent ci et là, il ne fait aucun doute que le trio Corse a réussi à produire un ADN musical propre.

Dès les premières notes de "Amok", les lourdes guitares naviguent entre Slipknot et SOAD. Les parties de batterie sont hyper techniques et complexes. Les mélodies du chant flirtent avec l'esprit de Serj Tankian. "Nothing At All" confortent cette approche mélodique, avec une accentuation de chants méditerranéens.

Silence Of The Abyss s'autorise quelques interludes aux influences corses ("See Arcturus") et aux sonorités acoustiques ("Matando") assez bien réussies même si du coup l'album ne présente que 7 titres complets.

La complexité rythmique de "My Fair Fury" est impressionnante. Ce qui surprend, c'est le mélange improbable de styles aussi opposés que peuvent l'être des passages à la Gojira, une partie vocale growlée proche de celle du Death Métal, des riffs parfois sombres s'inspirant du Black Métal tout en gardant ce chant méditerranéen. Clairement, on tient là  une pépite ovni de haut vol. Ne cherchez pas ! Vous ne trouverez rien de similaire dans l'univers du métal aujourd'hui !

On adore les grosses guitares de "The Color Of The Walls" (probablement le titre le plus immédiat) et son rythme hypnotique qui nous oblige à headbanguer non stop du début jusqu'à la fin. Cette addiction au headbanging continue avec "Weak" et son couplet proche de l'esprit rap/nu-metal. Diane double les parties rap avec une grande efficacité. La fin est absolument magique avec une coupure en guitare acoustique qui tranche avec l'agressivité des riffs.

Sur "God Is Dead", Jean-Bernard arbore un chant à cheval entre celui de Sully Erna et celui de Robb Flynn, ce qui confère à ce titre une influence Machine Head évidente.

Pour ceux qui ont l'habitude de n'écouter que les premiers titres d'un album, prenez sur vous et allez jusqu'à  la fin car Silence Of The Abyss nous délecte d'un mystérieux et sombre mid-tempo instrumental, "Lunar" absolument envoutant. Tout démarre avec une première partie en arpèges flangées, suivie d'un mur de son de riffs sombres et lents qui s'enchainent sur un long passage avec des riffs complexes en symbiose total avec la rythmique. La fin nous amène vers l'apocalypse avec la noirceur des riffs en mode blackened death metal et une outro acoustique de toute beauté. Ce titre instrumental démontre le talent à  l'état pur de Silence Of The Abyss.

En passant de Gojira à System Of A Down, Silence Of The Abyss grave dans le marbre son identité musicale unique faite de gros riffs, structures complexes, chant de haut vol et rythmique techniquement impressionnante. "Unease & Unfairness" est un ovni metal qui va marquer l'année 2020.