Under A Mediterranean Sky
Baptman
Journaliste

STEVE HACKETT

«Un superbe voyage musical ensoleillé autour de la Méditerranée qui met la guitare à l'honneur»

11 titres
Rock Progressif
Durée: 52 mn
Sortie le 22/01/2021
137 vues

A l’heure où tout voyage nous est interdit, alors qu’un mois de janvier glacial nous encercle, Steve Hackett, légende du rock progressif et véritable aventurier de la musique vient nous offrir un peu d’évasion et de soleil bienvenus avec son nouvel album solo : "Under a Mediterranean Sky", véritable voyage musical autour de la Méditerranée.

Il s’agit là de son 2ème opus 100% acoustique depuis "Tribute" (2008) sur lequel il reprenait des pièces classiques, de Bach en particulier.

"Under a Mediterranean Sky" se présente comme un carnet de voyage musical qui nous emmène à travers l'Europe méditerranéenne jusqu'en Afrique du Nord en passant par le Proche Orient.

Chacune des pistes prend sa source dans l’histoire musicale des pays traversés par Hackett lors de ses voyages, l’occasion pour le maître de démontrer sa maîtrise des instruments ethniques.

On l’entend ainsi non seulement s’illustrer à la guitare classique, acoustique et 12-cordes mais aussi jouer avec une grande sensibilité de l’oud ou du charango.

Il est appuyé sur ce disque de son frère à la flûte mais aussi de son camarade de longue date Roger King qui s’occupe de la prise de son, du mix mais aussi des claviers et des arrangements orchestraux.

Une poignée de musiciens jouant des instruments exotiques sont invités sur l’album.

Le résultat est envoûtant. Certaines pistes sont tellement évocatrices qu’on les croiraient sorties de films.

On se laisse ainsi emporter dès le premier titre : 'Mdina (The Walled City)' qui nous transporte dans un péplum des années 60 dans la Rome antique avec son introduction dramatique qui laisse la place à un jeu à la guitare d’une grande sensibilité.

D’autres titres laissent la part belle aux instruments ethniques et nous font voyager par leur exotisme : on visite l’Egypte avec 'Sirocco' et ses arrangements de cordes orientales ornés de derboukas et la Turquie avec 'The Dervish and The Djin' à l’introduction sombre et mystérieuse.

L’influence classique et baroque d’Hackett est palpable dans des titres comme 'Scarlatti Sonata' ou la très belle 'Casa del Fauno', dont la deuxième partie fera frissonner de plaisir les fans de Genesis de la première période au son de la flûte. On croirait entendre 'The Cinema Show' par moments.

L’ensemble de l’album offre une expérience contemplative et de relaxation particulièrement agréable. C’est surtout l’authenticité et la sincérité de la démarche de rendre hommage à ces musiques du monde qui séduisent dans cet album. On est loin du kitsch (charmant au demeurant) des albums d’exotica qui livraient une vision occidentale fantasmée des musiques d’Océanie, d’Afrique, d’Asie du Sud Est et d’Amérique du Sud dans les années 50. Derrière chaque morceau d’"Under a Mediterranean Sky" on sent un profond respect de la part de Steve Hackett pour ces pays qu’il a traversés, ces musiciens qu’il y a écoutés et ces instruments dont lui et ses amis jouent sur ce disque.

On regrettera peut-être que l'album ne soit qu'instrumental. Entendre des voix dans les langues locales des pays évoqués auraient sans nul doute contribué au dépaysement.

Le meilleur moyen d’apprécier ce voyage musical : installez-vous confortablement dans votre fauteuil préféré avec un thé à la menthe et laissez-vous emporter…