Unalive
The Effigy
Journaliste (Belgique)

MISTER MISERY

«Un tout premier album qui s'inscrit d' emblée dans la cour des grands !»

10 titres
Metal
Durée: 40 mn
Sortie le 04/10/2019
770 vues
ARISING EMPIRE
Janvier 2018, le guitariste-chanteur Harley Vendetta rentre en Suède après avoir étudié la musique pendant deux ans à Los Angeles. Il prend contact avec le guitariste Alex Nine, lui parle de son projet et envoie deux titres dans la foulée. Alex a le coup de foudre, c'est exactement ce dont il rêvait pour un groupe. C'est la naissance de MISTER MISERY, il y a seulement un an et demi. Ils sont rejoint par le bassiste Eddie Crow et plus tard recrutent Rizzy à la batterie. Bien que tout frais, tout va s'enchaîner très vite pour le groupe. Thomas de l'émission anglaise Top Of The pop conseille à Markus Staiger de Nuclear Blast d'écouter leurs titres et celui-ci craque littéralement en les signant sur Arising Empire.

Une grosse année après sa création, MISTER MISERY fait sa promo au Summer Breeze et est partout pour faire parler de lui. Ce groupe s'est fabriqué de lui-même mais possède un soutien précieux qui n'est pas négligeable. Alors qu'en est-il au delà de l'image très travaillée des vampires suédois ? Unilive est la réponse qui risque soit de vous mettre à genoux, soit de vous rebuter car il n'y a pas de demi-mesure avec ce groupe. Ce en quoi ils croient, ils s'y plongent à fond. Et tant pis si il y a des clichés qui se collent fatalement au groupe avec les thèmes exploités. MISTER MISERY va en jouer et maîtrise son sujet à la perfection.

« The Blood Waltz » est le titre choisi avec discernement pour débuter l'album. Non seulement parce qu'il rassemble l'intégralité de la recette du groupe mais fait également office de hit en puissance. C'est Glam, Metal, catchy et recherché tout en étant facile d'écoute. Tout comme un « You And I » ayant des couplets trashy qui semblent chanté par un Alice Cooper sous amphétamines, « Legion » possède cette tendance à passer du ravage avec double pédale au refrain catchy-pop. Ce qui déroutera certainement la plupart des auditeurs dans un premier temps.
Dans une ligne rapide mais bien plus dansante, « Live While You Can » qui clôture l'album ne fait pas dans la demi-mesure non plus.

D'un autre côté, des couplets catchy existent également avec par exemple ce « Tell Me How » doté d'une puissante mélodie vocale qui de plus, envoûte lors des refrains. Dans la même optique « Alive » est le grand frère du précédent. Il faut relever le travail de mixage avec des effets placés parcimonieusement pour que jamais la dynamique d'un titre ne retombe. Les solos de guitares ne sont pas en reste, que ce soit en ligne unique ou en doublé, ils sont un mélange de technicité et d'inspiration mélodique savamment équilibrés. Si nous n'avons pas encore parlé du grand savoir faire des musiciens sur leurs instruments, il est grand temps de le faire car, oui, catchy ne veut pas dire enfantin et Glam ne se rapporte pas à une facilité musicale comme c'est parfois le cas avec certains groupes.

Le plus bel exemple est ce « Stranger » entraînant au possible dès qu'il franchit le palier de nos tympans. Le côté décalé se ressent également avec les deux petits bijoux que sont « Dead Valentine » et « My Ghost ». L'écoute de ces titres avec le visuel vous rappellera un autre groupe qui pourtant n'a rien de semblable. Voyons voir si vous avez la même idée que nous. Groupe fort visuellement et musique Metal décalée ça offre des similitudes, et pourtant il n'y a rien de semblable après analyse.

Ce qui est étonnant c'est de voir avec quelle rapidité le sérieux du projet a débarqué pour en mettre plein la vue et les oreilles. Et tant mieux si le groupe est poussé par sa maison de disque. Etre aidé n'est pas nécessairement gage de pousser à coup de pub, mais aussi être dû au mérite du groupe. Seul le temps apportera les réponses mais dans l'immédiat, nous avons un album de qualité, truffé de bonne compositions que nous pourrons chanter en choeur lors d'une future tournée du groupe. Le conseil habituel, c'est bien de tester par vous même, mais pour nous, c'est gagné !