RECKLESS LOVE
Plus d'infos sur RECKLESS LOVE
Sleaze Hard Rock

Turborider
Fabien
Journaliste

RECKLESS LOVE

«Olli Herman, ancien de Crashdiet, en fait des tonnes mais s'appuie sur le savoir-faire d'une meute peroxydée au sommet de son art et c'est toute honte bue qu'on est contraint de dodeliner du popotin sur un missile sleaze parfait.»

11 titres
Sleaze Hard Rock
Durée: 33 mn
Sortie le 25/02/2022
566 vues

Vous connaissez tous la controverse de Valladolid ? Oubliez-la car ce n'est rien en comparaison des joutes enflammées suscitées par Reckless Love. Les termes du débat sont simples : est-ce du hard-rock ? Est-ce même du rock ? Est-ce seulement de la musique ou simplement de la crotte pailletée au glucose ? Le fait est que ''Turborider'', dernière production en date, ne risque pas de calmer les esprits chagrins puisque les Finlandais continuent d'assumer avec un aplomb étonnant tous les reproches qu'on leur a déjà faits... sans compter tous ceux à venir.

Le pain de sucre débute du reste sur les chapeaux de roue avec un 'Turborider' très leppardien (période Hysteria) qui met tout le monde d'accord. C'est tonique, c'est simple et... c'est surtout diablement efficace. Olli Herman, ancien de Crashdiet, en fait des tonnes mais s'appuie sur le savoir-faire d'une meute peroxydée au sommet de son art et c'est toute honte bue qu'on est contraint de dodeliner du popotin sur un missile sleaze parfait. Assumant sans vergogne leur parti-pris, les Finlandais n'auront de cesse tout au long de ces 33 minutes de flirter avec les bornes de l'acceptable.

Agaçants de facilité parfois, toujours horripilants d'aplomb, les gars de Reckless Love enchaînent les hymnes sans se préoccuper le moins du monde de savoir s'ils atteignent ou repoussent les frontières du mauvais goût. Claviers omniprésents, batterie électronique, guitare discrète quoique mélodiquement redoutable, le groupe semble s'amuser à brouiller les pistes en empruntant à droite, à gauche et au milieu (d'aucuns plus grossiers dont je ne suis pas, se plaindront qu'il bouffe à tous les râteliers). Reste quoi qu'on en dise cet art consommé du refrain, de préférence imparable, qui finira même par séduire l'oreille de ma voisine, fan inconditionnelle de Aha, et pourtant obstinément rétive aux délires métalliques de votre serviteur.

Hard FM, Rock FM, Pop FM, Glam FM, Soupe FM, rien n'est épargné à l'auditeur qui doit, au bout de quelques écoutes, se résoudre à rendre les armes en fredonnant malgré lui ces refrains hautement régressifs et pourtant addictifs. 'Outrun' et ses choeurs festifs, 'Prodigal Sons' et sa rythmique Michaeljacksonnienne, 'Future Lover Boy' et ses claviers aux relents eigthies, les hits se déploient tout à leur aise dans un univers de paillettes et de légèreté susceptible d'animer n'importe quelle fête d'étudiants attardés soucieux de se rattraper d'une année covidesque déprimante à souhait. Le fait est, et l'aveu me coûte un peu, que ce maelstrom récréatif a tendance à tout emporter sur son passage.

Les bornes ont cependant des limites, du moins le croyait-on, et '89 Sparkle' aurait sans doute pu être la goutte de rimmel qui fait déborder le vase. Dégoulinant de niaiserie, ce morceau pourrait en effet faire passer sans conteste 'The Final Countdown' pour du black-grindcore extrême et avant-gardiste, la performance est à saluer. Un conseil cependant, gardez-vous de l'écouter trois fois de suite ou vous risquez de vous retrouver à le passer en boucle planqué dans les toilettes à l'abri des regards inquisiteurs de vos amis d'enfance pour le coup très inquiets pour votre santé mentale.

Véritable antidote à la morosité ou régression post-covid (c'est au choix) ce ''Turborider'' survitaminé et décomplexé risque bien à terme de provoquer quelques crises d'urticaire carabinées... à moins que vous n'acceptiez de faire votre coming out en vous trémoussant et en reprenant en choeur les Whaouuu ! houu houu ! de ces Finlandais fous dont on peut au moins saluer le jusqu’au-boutisme que chacun jugera à l'aune de son seuil de tolérance. En attendant me revoilà dans les toilettes... Whaouuu ! Houu houu ! Yeahh yeahh !...