VAN CANTO
Plus d'infos sur VAN CANTO
Power A Cappella

Trust In Rust
Enora
Journaliste

VAN CANTO

«« Trust In Rust », un album à la hauteur de ce que nous a toujours offert Van Canto avec le renouveau d'un nouveau chanteur n'occulte pas le passé du groupe»

11 titres
Power A Cappella
Durée: 48 mn
Sortie le 10/08/2018
3951 vues

Faut-il encore présenter Van Canto, le plus grand groupe (et le seul ?) de Power Metal a cappella ? Pour ceux qui les découvrent encore, il s'agit d'une formation allemande composée de cinq chanteurs, une chanteuse et un batteur. Après « Voices of Fire » (2016), Philip Dennis Schunke, jusqu'alors chanteur principal, est remplacé par Hagen Hirschmann que nous allons découvrir avec « Trust In Rust » !

« Back In The Lead » est un titre très bien choisi pour le premier morceau de cet album, et le moins qu'on puisse dire c'est qu'il remplit très bien son rôle avec une ligne rythmique entraînante et trépidante et un chant lead Rock old school très séduisant. La voix d'Inga Scharf se démarque, comme à son habitude, de celles de ses camarades, contrebalançant à merveille le timbre plus sec de Hagen Hirschmann, qui tient ici le premier rôle. Ne pas avoir envie de bouger sur cette chanson tient du miracle alors laissez-vous seulement aller car oui, du Metal uniquement à la voix a de quoi faire danser ! Dans un ton plus classique, « Javelin » prend la suite et ramène à la vie l'atmosphère des morceaux plus anciens qui ont assis le succès de Van Canto. Bastian Emig, le batteur, est plus libre de ses mouvements mais le morceau repose également en grande partie sur les chanteurs qu'on aurait tendance à considérer à tort comme secondaires, je veux bien entendu parler de Ross Thompson, Stefan Schmidt, Ingo Sterzinger et Jan Moritz. Leur virtuosité fait peur à voir tant on croirait parfois entendre une vraie guitare rugissante à notre oreille ! Le titre éponyme prend la suite avec une ligne de chant basse tout à fait réussie et accompagnée de touches de chant lyrique d'Inga. Le côté rocailleux de la voix du frontman apporte une touche Hard Rock/Heavy Metal qui semble encore renforcer l'originalité du groupe.

La fougueuse « Ride The Sky » nous emporte en quelques secondes sans qu'on ait pu comprendre ce qui nous arrivait ! Cette chanson en a cappella est une vraie prouesse vocale, pourtant exécutée avec une facilité déconcertante, et pleine d'énergie. Le groupe reste fidèle à sa réputation en offrant à son public des morceaux plus aboutis et vivants les uns que les autres. Cette fois-ci, la chanteuse Inga Scharf reprend le dessus sur celles de ses collègues masculins. N'hésitez pas à headbanguer sur le refrain ! Van Canto continue sur sa lancée avec l'explosive « Melody », dévoilée avec un clip à l'occasion de l'anniversaire de Hagen Hirschmann en juillet dernier. La multiplicité d'ambiances de ce titre a de quoi surprendre mais ne déçoit jamais. De la même façon, vous avez probablement déjà entendu « Neverland », qui met la douce voix d'Inga à l'honneur (et si ce n'est pas le cas, jetez-y une oreille). Le rythme ralentit et l'accent est mis sur la délicatesse et la mélodicité de sa voix. Le groupe nous surprend en se mettant au scream (juste pour une introduction, soyez rassurés) sur « Desert Snake ». Et le moins qu'on puisse dire c'est que la chanson porte bien son nom tant elle évoque le Rock chaud du Sud, avec l'éternelle pointe de Power Metal qui a rendu le groupe si célèbre. Les ondulations du reptile sont palpables dans la performance vocale de Van Canto.

« Darkest Days » offre une occasion toute trouvée de prendre un peu de recul sur cet album enflammé avec une chanson douce. Inga Scharf et Hagen Hirschmann associent leurs voix et se répondent sur la ligne rythmique que le groupe alimente. Si elle n'est pas la meilleure chanson ce « Trust In Rust », elle a le mérite d'illustrer une facette plus calme et mélodique de la musique de Van Canto. Au contraire, « Infinity » rassemble tout ce qui a fait la force du groupe à travers les albums (et ils en sont déjà à leur septième) et mérite une attention toute particulière. En cinq minutes, le groupe nous laisse le temps de savourer ! Aussi surprenant que cela puisse sembler, la chanson suivante est une reprise de « Hells Bells » d'ACDC, et il faut admettre qu'elle est plutôt réussie, peu importe ce qu'en diront les inconditionnels (qui salueront sans doute la prestation du frontman). Le groupe a toujours fait des reprises, que ce soit Sabaton avec « Primo Victoria » mais aussi Grave Digger avec « Rebellion » ou « Fear Of The Dark » d'Iron Maiden, et « Trust In Rust » est un album placé sous l'égide du Hard Rock chaud et sensuel d'ACDC ! La belle « Heading Home » marque la fin de cet album, avec maîtrise et élégance.

« Trust In Rust » est un album à la hauteur de ce que nous a toujours offert Van Canto, à savoir un album de Power Metal rendu original par les impressionnantes techniques de chant des membres du groupe qui passent de la ballade à la chanson galopante sans peine. Le nouveau chanteur du groupe semble avoir trouvé sa place et apporter un peu de renouveau au groupe sans occulter son passé avec son prédécesseur.