Hel
Enora
Journaliste

TýR

«« Hel », un album qui semble enfin amorcer une évolution dans les propositions musicales de Tyr qui pouvaient parfois, soyons honnêtes, donner l'impression de tourner en rond»

13 titres
Folk Metal
Durée: 69 mn
Sortie le 08/03/2019
831 vues

Que ce soit dit, la polémique relative à Tyr est un sujet qui ne sera pas abordé ici puisque l'idée est de se concentrer uniquement sur la production musicale du groupe qui revient à la charge après « Valkyrja », paru en 2013. Le groupe des îles Féroé dévoile donc un huitième album qui promet de belles surprises.

‘Gates Of Hel' est merveilleusement bien nommé car le morceau ouvre ce nouvel album et plonge l'auditeur dans l'univers de Tyr, familier pour ses préoccupations mélodiques, et renouvelé avec des jeux de voix plus intenses que précédemment. Une nouvelle fois, la fougue du groupe frappe un grand coup avec ‘All Heroes Fall', une chanson pleine d'énergie et qui joue, comme souvent, du contraste entre des effets de choeurs et la voix seule d'Heri Joensen. Les guitares ne sont pas en reste et continuent de proposer des riffs et soli de belle qualité. Dévoilé il y a quelques jours, la belle ‘Ragnars Kvæði' ne vous est probablement pas inconnue. La lenteur hypnotique de ‘Garmr' fait tout son charme et offre une sorte de pause, bien que les musiciens ne laissent jamais leurs fans souffler bien longtemps et que la basse de Gunnar H. Thomsen apporte une sorte de tension sourde. Prêts, on repart au combat !

‘Sunset Shore' était le premier clip de cet album que Tyr a dévoilé à son public, et sa douceur a rapidement conquis les amateurs du genre. On pouvait commencer à s'inquiéter sur la capacité du groupe à proposer quelque chose de vraiment novateur mais, s'il ne constitue pas une révolution en soi, ‘Downhill Drunk' offre une rythmique rafraîchissante et groovy sur laquelle on se verrait bien headbanguer. Les guitares d'Heri Joensen et d'Attila Vörös se font un peu plus sombres et agressives sur ‘Empire Of The North', une chanson bien pensée et qui apporte enfin quelque chose de vraiment nouveau ! ‘Far from the Worries of the World' prend des accents festifs et dansants, avec quelque chose de mystique, comme si un troll nous invitait à un banquet dans les épaisses forêts nordiques. Après une ouverture soignée et délicate aux guitares, ‘King of Time' se révèle assez ouvert, proposant de nouveaux horizons musicaux qui, s'ils ne sont que timidement abordés, ont le mérite d'exister.

Si ‘Sunset Shore' était le premier clip dévoilé, c'est bien ‘Fire & Flame' qui a permis aux amateurs du groupe des îles Féroé de découvrir la teneur de « Hel » au début d'année. La technicité est au rendez-vous, tout comme l'atmosphère plus joyeuse qu'on devine de plus en plus sur les morceaux de cette seconde moitié de l'album, et ça va plutôt bien au groupe. ‘Against the Gods' monte dans les aigus, autant à la voix qu'aux guitares, dans une ambiance assez épique, soutenue par la batterie de Tadeusz Rieckmann. Lancinante et grave, ‘Songs Of War' jongle entre sobriété et surenchères mélodiques avec un art que seul Tyr maîtrise aussi bien, au point qu'elles en sont devenues la marque de fabrique du groupe. Et c'est avec la sublime ‘Alvur Kongur' que Tyr nous guide vers la sortie.

« Hel » est un album qui semble enfin amorcer une évolution dans les propositions musicales de Tyr qui pouvaient parfois, soyons honnêtes, donner l'impression de tourner en rond. Le quatuor dévoile une prestation honnête et qui reste dans leurs standards puisqu'il ne s'agit pas d'une révolution franche mais bien d'une ébauche qui mérite d'être saluée.