Thousand Years Of Terror
Enora
Journaliste

SKYGLOW

«« Thousand Years Of Terror », un album qui manque de maturité et d'un bon mixage mais qui propose quelques belles idées, en particulier la magnifique chanson « Losing Humanity »»

6 titres
Progressive Death Metal
Durée: 41 mn
Sortie le 30/06/2018
2690 vues

Skyglow est un tout jeune duo de Progressive Death Metal créé à l'initiative du chanteur et claviériste Alexander Mokin en juillet 2016. Portant ce projet depuis 2012, il a composé bon nombre de chansons, n'attendant qu'une occasion de les enregistrer, et cette occasion s'est présentée avec le guitariste Vlad Kudryavtsev avec qui il enregistre une première demo, « Curse of a Butterfly », sorti en 2017. Sergey Stepanenko, leader du groupe Excruciation by Silence, a accepté de l'aider à enregistrer un album complet, ce qui a donné naissance à « Thousand Years Of Terror ».

Si « Sacred Self-Deceit » s'ouvre avec lenteur, enveloppée dans un certain mystère grâce à une ligne de guitare seule, on ne tarde pas à comprendre que Skyglow se plaît à y ajouter une pointe d'agressivité, à force de batterie et de riffs plus lourds. Malheureusement pour le groupe, le mixage laisse totalement à désirer et met au même niveau tous les instruments qui sonnent avec sécheresse, manquant totalement de relief, ce qui peut rendre l'écoute assez désagréable, malgré quelques bonnes idées de compositions autour du projet de nous plonger dans leur univers Progressive Death Metal. La basse est le seul instrument qui profite peut être de ce mixage, en revanche, tous les autres instruments, la voix et l'atmosphère générale en souffrent terriblement. Le son s'évanouit doucement pour laisser place à la mélodie de piano par laquelle débute « Limitless Fog Of Anguish », ce qui témoigne une nouvelle fois de l'importance que Skyglow accorde aux introductions. Une nouvelle fois, c'est la ligne rythmique qui domine la composition avec une batterie effrénée. Avec tout ça, la voix d'Alexander Mokin semble parfois superficielle, ayant du mal à s'imposer sur une composition aussi ambitieuse et mal mixée. « Losing Humanity » n'échappera pas à la règle et débute par une introduction au piano qui, comme pour les morceaux précédents, donne un côté presque Gothic à la chanson. Pour la première fois depuis le début de l'album, le riff de guitare de Sergey Stepanenko parvient à trouver un équilibre entre mélodicité et efficacité ; de même que le scream qui apporte une touche de force brute au morceau. Le groupe se permet même quelques passages en chant clair, ce qui apporte un vrai plus ! Audace et réflexion sont les maîtres-mots de ce titre, le plus abouti jusque là.

La chanson éponyme, « Thousand Years Of Terror », marque la moitié de ce court album ; enfin c'est une façon de parler parce que les titres font, en moyenne, entre 8 et 10 minutes. Cette longueur permet à Skyglow, dont le mixage ne s'est pas amélioré de façon suffisamment significative pour rendre l'écoute réellement plus agréable, de déployer lentement ses créations et de mener l'auditeur à travers différents paysages musicaux, aux ambiances diverses, mais toujours sous-tendues d'une rythmique électrique et de riffs puissants. Avec « A New Age », on renoue plutôt avec le tout premier morceau de cet album, en particulier en raison de la ligne de guitare aux accents Folk, puis bien plus sombres et angoissants, qui sert de base à la chanson. Elle semble davantage réfléchie que les autres puisque la transition est ici cohérente et délicate alors que, sur les morceaux précédents, Skyglow pouvait donner l'impression de passer de l'introduction au coeur du morceau sans logique, juste en superposant les deux. Il faut prendre le temps de se pencher sur cet album pour en profiter pleinement (tout en essayant d'oublier le mixage, je ne le dirais que trop). De la même façon, le scream d'Alexander Mokin, qui peut semble superflu par moment, se révèle dans sa plénitude au fil des chansons. Comme s'il fallait concevoir cette création comme un ensemble conçu pour avancer et proposer une progression, la boucle est bouclée avec « ...And The Circle Closed ». Sans apporter grand-chose de transcendant, le morceau souligne une nouvelle fois les capacités musicales des musiciens, qui flirtent de plus en plus fréquemment avec des influences Thrash.

« Thousand Years Of Terror » est un album qui aurait peut être eu besoin de grandir un peu plus, et qui aurait sans doute mérité un meilleur mixage. Le jeune groupe devrait prendre le temps d'affiner ses compositions pour éviter de s'y perdre. Malgré les défauts de ce projet ambitieux, ne perdons pas de vue les rythmiques puissantes, les riffs mélodieux et surtout la chanson « Losing Humanity », la plus prometteuse selon moi !


SKYGLOW
Plus d'infos sur SKYGLOW
Progressive Death Metal