Wake Up Call
Maitre Jim
Journaliste

THEORY OF A DEADMAN

«Wake up call. OK, mais vous d'abord les gars!»

11 titres
Rock alternatif
Durée: 41 mn
Sortie le 27/10/2017
6054 vues

Ne connaissant le groupe que de nom, c'est Wikipédia qui m'a fourni les informations de base sur Theory Of A Deadman. A priori déniché par « Chad Kroeger, leader du groupe canadien Nickelback », je m'attendais donc à découvrir musicalement leurs petits frères. Ou tout du moins à tomber sur du grunge new school enchaînant les passages tantôt mélancoliques, tantôt heavy. Du style gratte sèche + voix rocailleuse, puis grosses guitares + … voix rocailleuse, du grunge quoi. Surtout que le quatuor a eu la bonne idée de sortir ses 5 premiers albums sur Roardunner, donc de belles promesses en perspective.

Eh ben pas tant que ça, malheureusement. On commence pourtant bien par un petit riff de piano qui pouvait être prometteur, et après 1 minute d'intro on s'attend à ce que les guitares explosent et emportent tout sur leur passage. Mais la saturation n'est jamais arrivée, et du coup, on est parti pour du synthé pendant 41 minutes de promesses non tenues, dommage…

A part 3 morceaux qui sortent du lot comme RX (Medicate) qui rappelle un peu Staind et ses relents mélancoliques, PCH qui est sympa et catchy (et qui est il me semble un jingle pour un site de streaming musical bien connu) et une reprise plutôt bien foutue de Chris Isaak (eh oui !), le reste est assez fade, malheureusement. Bon, ça fait 3 ou 4 morceaux intéressants sur tout l'album qui en compte 11. Je fais un peu mon difficile, OK. Mais il faut dire qu'on s'ennuie un peu avec cet album.

On a quand même beaucoup de soupe radio-compatible comme Echoes ou Wake up call qui sont des invitations à peine masquées à passer sur la bande FM, ou Loner et Time machine qui sont des morceaux qui frisent le boys band. Il y a de la mélodie, il y a de la voix suave, il y a de la batterie qui sonne 80's et il y a même du love là-dedans. Donc on a tous les ingrédients pour des super hits radio, puisque toujours pas de riff saturé à l'horizon. Chacun son style et loin de moi l'idée de dénigrer le radio-rock, j'en écoute un peu aussi à mes temps perdus. Mais Wake up call est un album qui reste trop plat, sans surprise et surtout qui ne colle pas avec son époque, tellement on a l'impression d'avoir entendu des titres pop / post-grunge des milliers de fois depuis la fin des année 90.

Par contre avec le dernier morceau, le groupe fait all-in et y va de sa contribution à l'histoire des cover songs. Et d'ailleurs, quelle meilleure façon de conclure un album ou un show? Une bonne petite reprise qui va bien. Et là, Theory Of A Deadman s'attaque à du très lourd puisque c'est un des classiques de la love song: Wicked game! Eh oui Madame, Monsieur. Force est de constater que c'est assez réussi, même si j'aurais aimé un peu plus de guitares là-dessus. Et qu'on ne vienne pas me dire que le groupe n'en est pas capable ; il n'y a qu'à écouter les premiers albums…

J'avoue ne pas trop aimer cataloguer les groupes ni quoi que ce soit d'ailleurs. Mais pour un groupe se réclamant rock et alternative, on est quand même plus sur de la pop-rock et du coup, on est loin du compte. Wake up call me fait plus penser à Maroon 5, Hoobastank voire Take That par moments qu'à un album de rock US. Et c'est bien ça qui m'embête.
THEORY OF A DEADMAN
Plus d'infos sur THEORY OF A DEADMAN
Rock alternatif