WAYWARD SONS
Plus d'infos sur WAYWARD SONS
Hard Rock
Chroniques

The Truth Ain't What It Used To Be
Seb Gallagher
Journaliste

WAYWARD SONS

«Un nouvel album de nos britanniques riche en surprises qui fera frissonner les adeptes du styles !»

13 titres
Hard Rock
Durée: 48 mn
Sortie le 11/10/2019
1603 vues
FRONTIERS MUSIC SRL
Wayward Son, quel est ce groupe mystérieux formé il y a 2 ans en Angleterre ? C'est tout simplement le mix entre l'auteur compositeur multi instrumentiste Toby Jepson (ex Little Angels, Fastway, Gun), le bassiste Nic Wastell, le batteur Phil Martini, le guitariste Sam Wood et le claviériste Dave Kemp. Deux ans après l'album « Ghosts Of Yet To Come » qui a révélé ce nouveau groupe au grand public, les voilà de retour avec un nouveau brulot Hard Rock nommé « The Truth Ain't What It Used To Be ». Cette nouvelle mouture saura-t-elle convaincre une nouvelle fois les encenseurs du premier opus ?

Les British ouvrent les hostilités de la meilleure des manières avec l'explosif « Any Other Way ». Riff de guitare puissant pour intro, combiné à la superbe voix de Toby, et nous voilà déjà en train de secouer la tête d'avant en arrière. Une composition nous rappelant par moments le bon hard des année 80, un solo plus qu'efficace, nous voilà conquis dès le premier morceau.

Enchaînant sur les excellents « As Black As Sin » et « Joke's On You », notre quintet nous séduit sans compromis ni tergiversions, faisant de l'instrumental piano-guitare une arme de destruction massive qui fera à coup sûr frissonner les passionnés du style dès la première écoute de ces deux super titres.

Dans un rythme et des mélodies entêtantes, nous continuons l'écoute de ce nouveau brulot Hard Rock nous faisant par moments penser aux années glorieuses de Bon Jovi, Judas Priest et autre Motley Crue. D'ailleurs, « Feel Good Hit » à la mélodie punchie rentrera dans votre tête sans en sortir pendant quelques jours.

Au tour de la ballade que tout bon album de hard rock qui se respecte arbore fièrement. A l'instar du magnifique « Fade Away », là encore nous retrouvons quelques ressemblances avec les américains de Bon Jovi, ce qui n'est pas pour nous déplaire, bien au contraire. Avec sa prédominance de piano et l'accompagnement bien équilibré, en fond d'une basse batterie et de guitare, un taf incroyable est réalisé.

Après quelques minutes d'écoute avec deux titres un peu en dessous du reste, nous voilà au titre éponyme de l'album « The Truth Ain't What It Use To Be » qui pour le coup relève le niveau par rapport à ses prédécesseurs. Chant rageur et énergique guitare sont à nouveau au rendez-vous, soutenus par une section rythmique d'un rendement sans précédent, mais le tout sans oublier un court solo indiscutablement efficace qui fait de ce morceau sûrement l'un des meilleurs de la galette.

Pensant finir ce nouvel opus par un douzième morceau, la surprise fut grande lorsque que nous découvrîmes « Totally Screwed » titre caché et de ce fait treizième titre de l'album. Qui plus est une surprise qui nous fera sauter partout et volera même la vedette au titre éponyme. Riche en tous points, ce morceau d'un punch hors du commun, transformera l'essai et mettra tout le monde d'accord sur le fait que nos britanniques sont bel et bien revenus avec un meilleur opus que le précédent.

En conclusion, du Hard Rock et même du putain de bon Hard Rock qui montre une fois de plus toute l'étendue du talent du grand Toby Jepso et de son groupe. Deux ans après l'album révélation de nos British, Wayward Sons revient en force et détrône l'opus précédent par une galette qui ravira à coup sûr et sans aucune hésitation les fans du groupe de l'auteur compositeur qu'est Toby Jepson, mais surtout les fans de Hard Rock en général.