DEFACING GOD
Plus d'infos sur DEFACING GOD
Death/Black Metal

The Resurrection Of Lilith
Schnabel
Journaliste

DEFACING GOD

«Un excellent premier album, qui saura ravir les fans du style. A l’instar de grands groupes du style (SepticFlesh, Rotting Christ, voire même Cradle of Filth et Dimmu Borgir), Defacing God saura trouver son public et remplir des salles.»

12 titres
Death/Black Metal
Durée: 49 mn
Sortie le 02/09/2022
371 vues
Defacing God fait parti de ces groupes que l’on a pas vu arriver. Evoluant depuis 2015 sur la scène death mélodique, les Danois ne sortent leur premier album qu’après 7 ans de formation. Groupe formé par la chanteuse Sandie « The Lilith » Gjortz et le batteur Michael Olsson, les deux membres fondateurs sont accompagnés de Rasmus Kalke Nielsen (basse) et Signar Petersen (guitare). Puisant leur inspiration dans l’occulte et la sorcellerie, le groupe a su retranscrire la noirceur du metal scandinave dans sa musique, ce qui en fera un album qui plaira à plus d'un.
La sortie anticipée des excellents singles (accompagnés de leur clip); « Rise Of The Trinity », « The End Of Times » et « The Resurrection », a eu exactement l’effet escompté. C’est à dire nous mettre l’eau à la bouche, et annoncer un album grandiose.

C’est en effet ce que l’on ressent dès l’instrumentale d’introduction « Black Moon », d’environ 2 minutes, à la Cradle Of Filth ou Dimmu Borgir. L’atmosphère de la suite de l’album est placée et le voyage vers les limbes de l’occultisme peut ainsi débuter.
Dès les premières étapes du voyage, avec « The Invocation Part I Lilith », « The End Of Times », « Echoes From Fulda » les influences du groupe sautent aux yeux (ou aux oreilles pour le coup). De l'instrumentale, aux rythmiques en passant par l’orchestration, dignes d’un Septicflesh, d’une voix qui n’est pas sans rappeler celle d’Alissa White, le tout enveloppé d’une noirceur à la Behemoth, tous les ingrédients d’un groupe hors normes sont réunis. Il est même possible d’entendre des instru à la Rotting Christ en s'y attardant un peu, notamment dans les riffs d’intro de « The Invocation Part II Jezebel » et « The Invocation Part III Abyzou », qui cela dit en passant forment une continuité est faite entre ces deux titres avec la même partition mais à des tempos différents.

Après plusieurs écoutes il est possible de s’affranchir de la couche épique des morceaux et de profiter de la technicité du chant. Avec un growl très travaillé, inépuisable, Lilith montre qu’elle en a en réserve et ne tombe jamais dans le caricatural. Nous pouvons être sûr qu’en live l'album doit rendre vraiment bien.
Ecoute après écoute, on découvre les différentes strates de technicité et de musicalité de l’album, tout cela sans jamais s’ennuyer.

Mention faite pour « Echoes From Fulda » où il semblerait que la partition de guitare emprunte des éléments à … « This Is Halloween » (The Nightmare Before Christmas). Il est possible qu'il ne s'agisse que d'une vue de mon esprit, mais c’est la référence qui m’est venue lors de la première écoute du morceau.

L'avant-dernier morceau "In the Land of Rain and Sorrow" explose avec un mur de son dense avant que l'album ne se termine avec la bulle symphonique "Into the Mist of Memories », mettant en vedette un solo de guitare d'inspiration néo-classique.

Le groupe a su profiter de la production de Jacob Hansen (Fleshgod Apocalypse, Evergrey, Epica) pour sortir avec brio un premier album.

En conclusion:
Un excellent premier album, qui saura ravir les fans du style black/death/symphonique. A l’instar de grands groupes du style (SepticFlesh, Rotting Christ, voire même Cradle of Filth et Dimmu Borgir), Defacing God saura trouver son public et remplir des salles. Je remercie mon ami, Julien, sans qui je serais lamentablement passé à côté de ce groupe.

Setlist :
01- Black Moon (2:10)
02- The Invocation Part I Lilith (4:40)
03- The Resurrection (4:31)
04- The Invocation Part II Jezebel (3:07)
05- The Invocation Part III Abyzou (3:09)
06- Rise Of The Trinity (4:38)
07- The End Of Times (4:19)
08- Echoes Form Fulda (4:30)
09- Death Followed Like A Plague (4:08)
10- Enslaved (5:18)
11- In The Land of Rain And Sorrow (4:42)
12- Into The Mist Of Memories (4:03)