The Resilient
Julien Pingenot
Journaliste

BETRAYING THE MARTYRS

«Betraying The Martyrs revient avec un solide et puissant 3ème album !!»

12 titres
Extreme Metal
Durée: 48 mn
Sortie le 27/01/2017
9484 vues
En ce début d'année 2017, la scène extrême française se porte bien avec les récentes sorties comme le dernier The Great Old Ones ou encore le sujet de cette chronique, le troisième album des parisiens de Betraying the Martyrs « The Resilient ».

The Resilient s'ouvre sur « Lost for Words » et ce qu'on peut dire c'est que Betraying est prêt à en découdre, des riffs accrocheurs, un chant puissant surtout au niveau des growls et le refrain reste en tête. De plus, l'ajout de choeurs rajoute un aspect grandiose au morceau. Bref, une bonne entrée en matière. Ensuite arrive « Take me Back » qui, pour le coup, casse la dynamique instaurée par le premier morceau et nous propose un morceau plus mid-tempo avec beaucoup de chant clair mais cela reste un bon morceau.

Ensuite s'enchaînent « The Great Disillusion », « Dying to Live » et le morceau éponyme « The Resilient » qui sont trois morceaux qui se construisent un peu de la même manière en alternant couplets violents avec un chant growl et des refrains beaucoup plus mélodieux et aériens. Et encore, il y a pas mal d'alternance au sein des couplets comme sur «The Great Disillusion ».

Arrive ensuite une des claques de l'album, « Unregistered » qui est un des morceaux les plus violents de l'album. En effet, le morceau privilégie des riffs rapides et aggressifs, une batterie rapide et un chant growl des plus puissants. « Won't Back Down » est une morceau dans la droite lignée des précédents mais ce qui m'intéresse c'est son contexte de sortie puisqu'il fut publié le 13 novembre 2016 soit un an après les attentats de Paris. Le morceau est accompagné d'une lyrics vidéo illustrée de photos et vidéos des différents lieux des attentats mais aussi des lieux de commémorations.

« (Dis)connected » commence de la meilleure de manières, un énorme growl sur un riff énervé, ce qui montre toute la capacité vocale d'Aaron. De plus, le morceau possède un bon gros break qui arrive juste après le premier refrain et relance la chanson. Ensuite s'enchaîne « Behind The Glass » et « Waste my Time » qui montre le côté beaucoup plus violent du groupe, c'est sur ces morceaux que leur deathcore s'exprime de la plus puissante et violente des manières.

« Ghost » est un peu plus calme que les trois précédents morceaux et revient sur un schéma plus classique déjà entendu pendant l'écoute. Et enfin arrive « Wide Awake » qui est un bon morceau de conclusion, épique et efficace.

Avec ce troisième album, Betraying The Martyrs s'affirme encore plus et confirme sa place de représentant de la scène extrême de l'hexagone au côté des plus grands comme Gojira par exemple.

BETRAYING THE MARTYRS
Plus d'infos sur BETRAYING THE MARTYRS
Extreme Metal
Chroniques