WINTERFYLLETH
Plus d'infos sur WINTERFYLLETH
Black Metal

The Reckoning Dawn
Anibal BERITH
Journaliste

WINTERFYLLETH

«Avec un album tout aussi épique que ténébreux, les anglais surprennent par la maitrise de leur musique et de l'atmosphère qu'ils distillent !»

8 titres
Black Metal
Durée: 60 mn
Sortie le 08/05/2020
708 vues

Le quintet britannique originaire de Manchester est particulièrement prolifique ! 13 ans d'existence et déjà un septième album ! Intitulé "The Reckoning Dawn", ce nouvel opus reste dans la veine de ce que fait le groupe anglais : du Black Metal atmosphérique aux relents pagans.

Nous avions quitté le groupe en 2018 sur une touche automnale avec "The Hallowing of Heirdom"; nous les retrouvons deux ans plus tard avec une sensibilité hivernale. Avant de se plonger dans ce nouveau matériel, je vous propose de vous arrêter quelques instants et de contempler la magnifique pochette décrivant un paysage montagneux sublime, invitant au voyage par la mise en valeur des grands espaces.

C'est exactement ce que j'ai ressenti au cours de l'écoute de ce disque, surtout en cette période de quarantaine forcée ! Il m'a suffit de fermer les yeux et de me laisser emporter par la musique des anglais, une musique incroyablement enivrante comme peut l'être l'air de la montagne !
Tout au long de la galette, je me suis senti pousser des ailes et virevolter au dessus des cimes enneigées au rythme du vent, de la nature, de cet espace presque infini qu'offre le groupe sur l'heure d'écoute distillée autour de huit titres denses et puissants.

Au delà d'une production irréprochable, le Black Metal de Winterfylleth est épique et intense ; il se déverse pour immerger l'auditeur dans une musique aussi bien mélancolique que triomphante ('A Hostile Fate (The Wayfarer, Part 4)', 'Absolved in Fire') !
Les compositions sont complexes et s'harmonisent de passages pagans ('Misdeeds of Faith') comme de plans plus incisifs et rugueux ('The Reckoning Dawn', 'A Greatness Undone').

Plus on avance dans le disque et plus l'univers se fait froid et hostile grâce à un chant plus ténébreux, des riffs acérés et un tempo plus intense ('A Greatness Undone', 'Yielding the March Law'). L'histoire qui nous est contée s'assombrit. Elle abandonne les douces mélodies épiques du début de l'opus où chant clair se mêle aux plans majestueux effectués au violon au cours de l'intro de 'Absolved in Fire' (que l'on retrouve fort heureusement sur l'outro de 'In Darkness Begotten').
On ne peut que se griser de la beauté maléfique engendrée par les anglais qui n'ont rien à envier à leurs homologues scandinaves ! Le relief anglais n'est peut-être pas aussi dépaysant que celui de la Norvège, ce n'est pas pour autant qu'il ne délivre pas autant d'intensité et d'animosité dans leurs compositions.

Avec un septième album en si peu de temps, on pourrait penser que Winterfylleth tomberait dans la facilité en proposant un disque bon mais peu varié; il n'en est rien, les deux ans qui se sont écoulés ont permis au quintet de composer un album puissant, mature et sans fausses notes. Difficile de reposer les pieds sur terre après ces 60 minutes épico-ténébreuses.

Tracklist :
1. Misdeeds of Faith
2. A Hostile Fate (The Wayfarer, Part 4)
3. Absolved in Fire
4. The Reckoning Dawn
5. A Greatness Undone
6. Betwixt Two Crowns
7. Yielding the March Law
8. In Darkness Begotten