The Pursuit of Vikings: 25 Years in the Eye of the Storm
Enora
Journaliste

AMON AMARTH

«« The Pursuit Of Vikings », un album qui permet pleinement de retrouver la fougue d'Amon Amarth à travers 7 albums tout en restant chez soi et avec un enregistrement live de qualité»

16 titres
Melodic Death Metal
Durée: 78 mn
Sortie le 16/11/2018
299 vues
SONY (R)
Même sans être un grand amateur de Melodic Death Metal (et non, pas de Viking Metal car bien que leur univers y emprunte beaucoup d'éléments, les musiciens refusent cette appellation), il est dur de passer à côté d'Amon Amarth, groupe suédois formé en 1992 ! Ils sont, depuis quelques années, une des figure de proue du Metal européen et, après plus de 25 ans de bons et loyaux services, et 12 ans après le DVD « Wrath of the Norsemen », le quintet dévoile « The Pursuit of Vikings: 25 Years in the Eye of the Storm » avec un documentaire sur le groupe ainsi que l'enregistrement de leur set au Summer Breeze 2017 !

Les acclamations du public du Summer Breeze retentissent alors que la musique d'introduction d'Amon Amarth s'élève, lente, solennelle et majestueuse. Les fans sont plus qu'au rendez-vous puisque le groupe est acclamé avec une ferveur presque religieuse, et c'est ‘The Pursuit Of Vikings', seul morceau de ce set tiré de l'album « Fate Of Norns » (2004) qui a la lourde tâche d'ouvrir le show ! Soyons honnête, il ne faut pas longtemps à la bande de Johan Hegg pour emporter la fosse qu'ils haranguent sans relâche. Le groupe propose ensuite une virée vers l'album plus récent « Deceiver Of The Gods » (2013) avec ‘As Loke Falls', introduite par un solo de guitare sur lequel le frontman motive le public et suivie par un triplé ‘First Kill', ‘The Way Of Vikings' et enfin ‘At Dawn's First Light' qui proviennent quant à eux de « Jomsviking », dernier album en date du groupe mais qui devrait très bientôt avoir un successeur. L'enregistrement live est vraiment d'une propreté impeccable tout en conservant la force du live, ce que l'auditeur saura apprécier.

Johan Hegg remercie les fans alors que des cris d'oiseaux remplacent les acclamations dans un silence de mort ; et c'est bien à ‘Cry Of The Blackbird', un titre plus lancinant et apaisé en comparaison de ce qu'Amon Amarth a proposé jusque là. La basse de Ted Lundström et la batterie de Jocke Wallgren dominent sans conteste le titre, dont la qualité sonore est peut être un peu moins bonne que le reste. ‘Runes To My Memory', second morceau tiré de « With Oden On Our Side » paru en 2006 arrivera plus tard. La légendaire ‘Deceiver Of The Gods' arrive ensuite, son riff d'introduction étant immédiatement repris en choeur par le public, visiblement prêt à en découdre ! Et le groupe leur en redemande en envoyant ensuite ‘Destroyer Of The Universe', première chanson issue de l'album « Surtur Rising » (2011) de ce set endiablé. La batterie est frénétique et entraîne les guitares dans sa folie. Le chanteur annonce alors : « Cette chanson s'appelle ‘Death in…' ! » et laisse le public compléter « Fire ! », faisant ainsi un accueil triomphal à la plus ancienne chanson de ce concert puisque l'album « Versus The World » date de 2002.

Une voix enregistrée introduit ensuite ‘Father Of The Wolf' et le public se met à taper des mains en rythme, chauffé à blanc par ce show explosif et mené à la perfection par les Suédois ! Et on le comprends, comment résister à cette envie de headbanguer, voire de partir en guerre pour les plus téméraires, lorsque ces hymnes du Metal retentissent ? L'excellent ‘War Of The Gods' annonce ensuite le retour de titres tirés de l'album « Jomsviking », décidément mis à l'honneur, avec ‘Raise Your Horns' suivi de ‘Dream That Cannot Be'. Le chanteur annonce d'ailleurs ainsi la première chanson : « Maintenant, on s'en fiche de savoir si vous buvez ou pas parce qu'il est temps pour vous de lever votre corne ! Et cette fois c'est vraiment de la musique lourde alors c'est parti ! ». Amon Amarth a choisi de garder les pépites de « Twilight Of The Thunder God” (2008) pour la fin mais la fatigue des musiciens est à peine palpable et les guitaristes Olavi Mikkonen et Johan Söderberg survolent ‘Guardians of Asgaard' et ‘Twilight Of The Thunder God' comme ils l'ont fait tout au long du set.

« The Pursuit Of Vikings » est un album live enregistré avec soin et qui permet pleinement de retrouver la fougue du groupe en live tout en restant chez soi. Si le frontman ne se démarque pas par sa capacité à communiquer (à part annoncer les morceaux et lancer une phrase de temps en temps), cela ne laisse que davantage de place à la musique et aux seize titres de cet album qui passent par sept albums du groupe, entre 2002 et 2016. Les fans du groupe et du genre seront sans aucun doute conquis !


AMON AMARTH
Plus d'infos sur AMON AMARTH
Melodic Death Metal
Chroniques