The Phoenix
The Effigy
Journaliste (Belgique)

CKY

«Les fans peuvent être rassurés par ce très bon disque qu'est « The Phoenix » !»

8 titres
Rock
Durée: 31 mn
Sortie le 16/06/2017
8609 vues
CKY (Camp Kill Yourself) est un groupe américain assez difficile à catégoriser tant les genres pratiqués par le groupe sont variés. Alternative métal, Skate-punk, post-grunge et stoner rock sont les définitions qui reviennent le plus souvent. Personnellement je parlerai d'un metal-rock alternatif. Le point de départ vient du chanteur guitariste Deron Miller et du batteur Jess Margera qui ont déjà publié ensemble plusieurs albums avec d'autres groupes. En 97-98 le groupe enregistre son premier album « Volume 1 ». Le disque sort en 1999 en même temps que « Volume 2 » qui compile de la matière brute enregistrée auparavant.

Le frère de Jess, Bam Margera va caser un grand nombre de titres dans ses vidéos Viva La Bam, Jackass ou encore Haggard, ce qui offrira une belle exposition à CKY. Le second album « Infiltrate-Destroy-Rebuild » sort en 2002 et rencontre un succès dans les charts en se classant 99ième du Billboard 200. Le groupe accumule alors les tournées. En 2005 sort « An Answer Can Be Found » qui se classera en 35ième position du Billboard. « Carver City » sort en 2009 mais le groupe est confronté à de nombreuses tensions internes. Celles-ci iront grandissant jusqu'à la décision en 2016 de continuer le groupe sans son front-man Deron Miller.

Le guitariste Chad I Ginsburg se chargera donc des vocaux et CKY devient dès lors un trio, préférant simplement engager un musicos pour les concerts que d'intégrer un nouveau membre au groupe. Le nouvel album « The Phoenix » enregistré en Californie au studio Rancho De la Luna sort donc ce 16 juin et le groupe confirme que la perte d'un membre qui semblait indispensable ne l'affecte pas le moins du monde.

« Replaceable » ouvre le bal en mid tempo bien groovant. Le son est puissant et la prépondérance des guitares nous ramène à l'époque du deuxième album « Infiltrate-Destroy-Rebuild ». On sent comme une continuité du travail de l'époque et dès ce premier titre, nous savons que nous avons là un retour gagnant. Accrocheur au possible avec un groove rock bien à eux, les CKY de 2017 n'ont rien perdu de leur superbe et nous plongent directement dans leur monde. Un rock plus groovy encore mais avec des touches supplémentaires de clavier enchaîne et continue de convaincre. « Days Of Self Destruction » contient un super solo de guitare bien rentre dedans et de bonne longueur qui servira de fin au titre.

Une entrée en rythme disco pour un « Unknow Ennemy » qui sera probablement un single au vu de son caractère particulier. Le groupe jongle avec les genres sans aucun souci et malgré ce style disco-funky, garde vraiment bien sa touche personnelle. Départ bien plus calme pour « Head For A Breakdown ». le morceau possède un parfum du sud de l'Amérique et l'on se rapproche du désert pour un titre musicalement paisible mais rythmé malgré tout. Rien à dire sur la capacité de composition, une belle structure, quelques beaux arrangements de clavier sur des lignes mélodiques de guitares qui restent en tête.
Nous repartons dans un mid tempo groovy à tendance disco mais bien plus carré sur le titre « The Other Ones ». La pédale wah-wha est de sortie et le thème principal de guitare s'incruste dans le cerveau à force de répétition. Le groupe aura en tout les cas laissé une belle place aux solos de guitare tout au long de l'album. « Wipping Off The Dead » laisse un petit goût Alice In Chain, une influence plus grunge avec une basse boostée à la distorsion. Encore une fois nous sommes amené sur un terrain que rien ne laissait présager à l'écoute du titre précédent. Le groupe se joue de ses auditeurs avec un culot monstre, et c'est vraiment plaisant.

« Lies From You » revient sur une musique plus joyeuse, fait des pauses plus calmes pour certains passages de couplets avant de repartir en découpant son rythme pour des refrains emballant. L'album se clôture en mélangeant les passages très doux et la dance music version rock sur le titre « Better Than Get Even ». Nous sommes assez près d'un résumé de l'album contenu dans ce titre qui comblera les fans du groupe en retrouvant leur touche si particulière.

L'album est très court, 8 titres et 30 minutes, mais se veut efficace au possible. Peut-être le moyen pour le groupe de prouver qu'il est solide malgré ce retour en trio. En tout les cas, c'est réussi ! Pas le temps d'être lassé et une envie d'en avoir un peu plus, ce qui au bout du compte est un bon signe. Le manque est préférable à la lassitude sans aucun doute dans ce cas de figure. Nous sommes en présence d'une réussite avec des compositions bien fouillées et variées qui ne peuvent que faire plaisir à l'auditeur. Les fans ne seront pas perdu mais au contraire pourront être rassurés par ce très bon disque qu'est « The Phoenix ».