ARCHGOAT
Plus d'infos sur ARCHGOAT
Black Metal

The Luciferian Crow
Shades Of God
Journaliste

ARCHGOAT

«À la fois sadique, perverse, bestiale mais maitrisée, cette nouvelle oeuvre ne peut que réjouir les fans et attirer les amateurs de sensations fortes»

11 titres
Black Metal
Durée: 35 mn
Sortie le 14/09/2018
4048 vues

Dans la catégorie ''groupe qui ne pense qu'à faire mal'' Archgoat tient un place de choix. Il faut avouer que les Finlandais n'ont jamais cherché à faire dans la dentelle avec leur Black / Death qui n'a qu'un but : être destructeur. Trois après le très bon « The Apocalyptic Triumphator », Archgoat remet le bleu de chauffe avec « The Luciferian Crown » et reprend les choses là où il s'est arrêté, pour le plus grand plaisir des amateurs de sensations extrêmes.

Dire de « The Luciferian Crown » qu'il est dans la droite lignée de « The Apocalyptic Triumphator » n'a rien de péjoratif ou d'injurieux. La marque de fabrique d'Archgoat c'est avant tout une musique franche, directe et bestiale, un Black / Death à la limite du minimaliste qui transpire le vrai et sonne cru. Le tout venant verra « The Luciferian Crown » comme une ode au satanisme ou à la perversion, l'amateur de musiques extrêmes reconnaitra lui que même pour faire dans le cru, l faut un certain professionnalisme. Archgoat balance la sauce et les décibels en règles, à peine le temps d'une intro et c'est l'avalanche, 'Jesus Christ Father of Lies' possède bien plus qu'un nom évocateur, il est le socle de ce représente les 35 minutes de « The Luciferian Crown » : un mélange poisseux et vindicatif de la brutalité du Death Metal et de la fureur du Black. Quand les Finlandais lèvent le pied de l'accélérateur c'est uniquement pour mettre des breaks lourds et vicieux où viennent se mêler des cris d'horreurs ('The Jezebels black mass orgy') ou pour balancer de sublimes orchestrations qui plombent une ambiance des plus délétère ('Star of Darkness and Abyss'). Histoire de pousser le vice encore plus loin (ou le mauvais goût, à vous de choisir), c'est par des hurlements de porcs que démarre le remarquable 'The Messiah of Pigs' dont vous imaginez sans peine le contenu blasphématoire des paroles. Pour autant, Archgoat soigne la production et propose avec « The Luciferian Crown » une galette qui certes sonne résolument old school et sauvage mais qui reste excellente, chaque instrument tient sa place, on n'est relativement loin des productions qui cherchent à être mauvaises pour renforcer le côté ''Trve''. Archgoat n'a pas besoin de ça, sa musique se suffisant à elle-même. Si l'on ajoute un artwork des plus réussis qui donne un effet de grandeur sur sa version vinyle, on obtient un album de classe dans sa catégorie et c'est peu de le dire.

En 2018 Archgoat a toujours de la haine à revendre et « The Luciferian Crown » en est une belle preuve. À la fois sadique, perverse, bestiale mais maitrisée, cette nouvelle oeuvre ne peut que réjouir les fans et attirer les amateurs de sensations fortes. Un peu de sang de vierge avec votre digestif ? Allez, juste un peu.