ULTHA
Plus d'infos sur ULTHA
Black Metal

The Inextricable Wandering
Anibal BERITH
Journaliste

ULTHA

«Ultha réalise la prouesse de délivrer un black mélancolique sans tomber dans la caricature du black pleurnicheur et plaintif.»

6 titres
Black Metal
Durée: 68 mn
Sortie le 05/10/2018
2852 vues
Ce jeune groupe allemand officie dans un black metal mélancolique et obscure depuis 2014 et nous présente sa 3ème création conforme à son thème. Ainsi, avec ''The Inextricable Wandering'', ne vous attendez pas à sauter de joie au plafond ou à partir en guerre contre les chrétiens, ce n'est pas le cheval de bataille du quintet germanique.
S'intéressant à l'humain, le thème traite essentiellement de la dépression, sa cause et ses conséquences. Cette maladie de plus en plus répandue est évoquée par les allemands en 6 chapitres sur plus d'une heure, par des compositions denses et intenses.

Comme vous l'aurez compris, l'album est sombre, mélancolique, presque inquiétant par moment (interlude 'There Is No Love, High Up in the Gallows'). Malgré l'incursion dans cette maladie pour tacher de la comprendre ou tout du moins la décrire, cela n'empêche pas aux artistes allemands de produire un album riche et varié comme l'est hélas, la dépression. Différents thèmes sont abordés dont tous les détails sont apportés dans l'interview que nous a octroyé le groupe ici : www.unitedrocknations.com/interviews-ult.......5 .

Toute la subtilité de cet album réside dans la composition des riffs et du tempo à apporter. La rythmique est clairement sombre et lancinante. Le rythme, étant apporté par le batteur, optera pour un mid tempo plus ou moins intense afin que la montée en puissance soit marquée par des blast beats énergiques ( second tiers de 'The Avarist (Eyes of a Tragedy' ou encore l'intro très directe de 'With Knives to the Throat and Hell in Your Heart').
La mélodie est prenante, pénétrante et le chant plaintif ou rageur ('With Knives to the Throat and Hell in Your Heart', 'Cyanide Lips') suivant la phase que décrit le frontman .

Les chansons étant longues, elles prennent le temps pour se positionner sans pour autant lasser l'auditeur. Tout est créé de sorte que celui qui écoute soit en attente permanente afin d'être prêt pour la claque qui va arriver... ou pas. L'exemple parfait réside dans l'interlude qui nous tient en haleine pendant plus de 6 minutes !

Le titre qui montre clairement le savoir faire du groupe est incontestablement le dernier 'I'm Afraid to Follow You There'; c'est LA pièce maîtresse de l'oeuvre qui sur près de 20 minutes ne lâche pas l'auditeur d'une semelle ! Targuée d'une intro de près de 7 minutes, moment où l'on commence à entendre quelques cris éraillés lançant la partie chantée, cette chanson regroupe tous les ingrédients qui font que ce groupe maîtrise parfaitement l'art de l'attente.
Balançant une mélodie cristalline lancinante, le titre monte en puissance de minute en minute pour se durcir et s'assombrir à mi-parcours. On passe par tous les stades sans s'en rendre compte pour être enveloppé petit à petit dans un univers ambiant presque épique. Les 18 minutes passent à une vitesse folle bien que ce seul titre représente quasiment le tiers de l'album et qu'il est joué en live !

Avec ce nouvel opus, Ultha réalise la prouesse de délivrer un black mélancolique sans tomber dans la caricature du black pleurnicheur et plaintif tout en gardant la férocité des racines de cette musique sans pour autant être guerrier voire satanique. A suivre !