The Face Of Fear
Valerian Morillas
Journaliste

ARTILLERY

«Artillery nous offre un album de Thrash Metal efficace, mélodique à souhait et bien produit... mais très classique. Un disque qui, à défaut d'être original, saura forcément plaire aux amateurs du genre.»

11 titres
Thrash Metal
Durée: 46 mn
Sortie le 16/11/2018
277 vues

Voilà maintenant trente six-ans que le groupe Danois Artillery sillonne le monde et ses salles de concerts, évangélisant les foules à grands coups de Thrash Métal. Ou bien exagéré-je?
D'abord, bien qu'ayant vu le jour au moment opportun, en 1982, précédant ou suivant ainsi la formation des Big Four Of Thrash d'un an à peine (Metallica, Megadeth, Slayer et Anthrax), et ayant posé les bases du genre au même titre qu'eux, la formation Danoise n'a jamais connu le même succès (peut-être suffisait-il d'être Américain?). Elle n'a ensuite pas été réputée pour sa constance, ayant splitté deux fois, et changé de line-up à maintes reprises (le chanteur actuel, Michael Bastholm Dahl, est le cinquième que le groupe ait connu), elle se trouve, de fait, être un groupe terriblement sous-estimé (selon les aficionados).

Qu'importe ces considérations ; le quintette nous offre, en cette période automnale, son neuvième album studio : ''The Face Of Fear''. Et allons droit au but : c'est un album de Thrash Metal efficace, mélodique, bien produit... et très classique. Le groupe continue sur sa trajectoire et présente un album qui, à défaut d'être très original, saura forcément plaire aux amateurs du genre.

De fait, les riffs de guitare concilient rapidité et efficacité, les solos sont d'une technicité imparable, la production (inchangée depuis quatre albums) est excellente, et les morceaux sont donc globalement très bons. Cependant, il est parfois difficile de faire abstraction de sa subjectivité, et la mienne refait particulièrement surface lorsqu'il est question des lignes de chant d'un album : à quelques exceptions près, je trouve celles de cet album peu inspirées et trop calquées sur les mélodies des guitare, et j'ai beaucoup de mal avec les voix haut-perchées et clean, typées Power Metal, lorsqu'elles sont appliquées au Thrash, pour la simple et bonne raison qu'elles font perdre beaucoup d'intensité et d'efficacité aux morceaux. Un exemple flagrant en est le titre 'Preaching To The Converted', particulièrement agressif et dynamique par ailleurs sur toute son intro, mais qui se trouve - selon moi - desservi par l'arrivée du chant.

Pour autant, certaines mélodies vocales sont très bonnes : on pense par exemple au morceau éponyme qui ouvre l'album, ''The Face Of Fear'', dont la musique pourrait définir à elle seule le Thrash, et dont le refrain reste en tête dès la première écoute ; ou bien à 'Sworn Utopia', qui, dans le même registre, est sans conteste l'un des titres les plus forts du disque. Celui-ci est par ailleurs - et c'est là un de ses défauts - d'une régularité à la limite de la monotonie : les morceaux s'enchaînent, beaucoup de ressemblent, et peu se démarquent.

Point positif de l'album, les thèmes abordés dans les chansons sont particulièrement intéressants, réfléchis et profonds - ce qui n'est pas toujours le cas, et c'est donc tout à son honneur -, et traiteront par exemple de sujets graves comme les crimes contre l'humanité perpétrés à travers le monde, des horreurs parfois commises au nom de la religion ou bien encore des conflits intérieurs et du poids de nos (mauvaises) décisions qu'il faut parfois surmonter pour avancer.

Il est intéressant de noter que les deux titres clôturant l'album sont des versions réenregistrées d'anciens morceaux du groupe, dont 'Mind Of No Return' qui date de l'année de formation du groupe en 1982, alors que l'autre, 'Doctor Evil', était pour sa part présent sur l'opus de 2013 'Legions', qui... bénéficiait alors de la même qualité de production qu'aujourd'hui. Choix étrange, donc, mais qui aura au moins le mérite de faire re-découvrir ce morceau à ceux qui ne le connaitraient pas ou l'auraient oublié.

Clôturons cette chronique en résumant donc ''The Face Of Fear'' comme une belle pièce d'artillerie, qui n'offre quasiment aucun temps mort sur ses trois quarts d'heure d'écoute (à l'exception d'une track instrumentale relativement courte et tout aussi relativement peu inspirée) et qui saura à coup sûr plaire aux fans de Thrash mélodique pour lesquels l'usage de la voix clean (et haute !) ne pose pas de problème.


ARTILLERY
Plus d'infos sur ARTILLERY
Thrash Metal
Chroniques