Evil Spirits
Maitre Jim
Journaliste

THE DAMNED

«Evil Spirits est un psyché-délice pour les amateurs des 70's»

10 titres
Punk
Durée: 43 mn
Sortie le 13/04/2018
4798 vues

The Damned, punks avant l'heure, ont démarré leur carrière le siècle dernier, en 1976. Et de ce fait, il s'agit donc probablement du plus vieux groupe punk de tous les temps. Alors OK on peut batailler sur les vraies dates du punk et ses origines. Mais ne chipotons pas. The Damned est le seul ancêtre des groupes punk encore en activité. Point. Voilà, c'est dit. Mais bon, là où les étiquettes peuvent se coller, sur The Damned, cela ne marche pas trop. Et ce n'est pas ce nouvel album qui viendra renforcer ce sentiment, tellement le son du groupe est… à des années-lumière du punk-rock. Les gars le sont peut-être encore aujourd'hui, mais en aucun cas leur son ne le reflète.
42 ans de carrière donc, 11 albums et 17 lives (!!!) enregistrés, c'est absolument phénoménal. Au démarrage, leurs contemporains s'appelaient Sex Pistols, The Clash, Stiff Little Fingers, Buzzcocks, Ramones… Aujourd'hui le monde, l'industrie de la musique, toute proportion gardée et la scène punk-rock n'ont plus rien de comparable, ce qui rend la présence de The Damned encore plus improbable et donc plus remarquable. Changements de line-up ou pas, on ne peut que s'incliner devant une telle longévité. Donc hats-off guys, déjà !

Pour ce qui est de l'album, que nous réservent les Londoniens pour ce 11ème effort, nommé Evil Spirits? Eh bien tout, sauf du punk-rock. Les connaisseurs s'en doutaient probablement ; les novices un peu moins sans doute. On se croirait dans la bande originale d'Austin Powers avec plein de synthé psychédélique (Procrastination), de mélodies qui fleurent le brit rock des 60's et des 70's (Devil In Disguise, Sonar Deceit Tremolos), justement avant l'avènement du punk. C'est assez surprenant d'ailleurs.
Surprenants et pas désagréables, les morceaux très mélodiques et musicaux s'enchaînent. Sur We're So Nice, on a droit à un joli riff qui donne envie de faire un pic-nic dans la campagne anglaise main dans la main avec Kate Middleton. Et en guise de clôture, le morceau I Don't Care et son intro au piano sonnent comme un thème de la BO de James Bond. Le groupe ne lésine pas sur le tremolo et offre une belle chanson mélancolique avec une instrumentation complexe et riche mise en lumière par les cuivres, et les back ups. Et en prime, le couplet rappelle le Que Je T'Aime de Johnny. Improbable.
Ce qui frappe aussi, c'est cette production authentique qui nous fait remonter le temps directement dans les 60's. Le groupe a l'élégance de ne pas abuser d'overdubs de guitares et donc laisse la basse ressortir bien comme il faut. Tout comme les claviers so sixties. L'exemple parfait de cette musicalité tout-sauf-punk est le titre éponyme Evil Spirits. On est à la limite d'un surf rock psychédélique à la Beach Boys. Les claviers sont so seventies ; on dirait The Doors ! Mais quel psyché-délice les amis !

Bon, on a bien regardé et bien écouté surtout, à part le nom du groupe, il n'y a plus rien de punk chez The Damned. Les amateurs de punk 77 à la GBH, The Exploited ou UK Subs passeront très vite leur chemin. Les curieux et nos amis adeptes de brit-pop ou mods à la The Who, Small Faces se réjouiront de ce bel album des anglais.
C'est un album haut en couleurs que nous livrent les damnés. 10 titres étonnants pour leur ambiance, leur musicalité, leur instrumentation (mais merci le clavier !), leur fraîcheur. Avec Evil Spirits, The Damned montrent qu'ils sont là et bien là !